Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Economie

Quand la rigueur se conjugue à gauche

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/06/2012

Le ministre français de l’Économie, Pierre Moscovici, a confirmé lundi que l’État devait trouver entre sept et dix milliards d’euros. L’heure de la rigueur a donc sonné. Certains en appellent à une austérité de gauche. Un concept inédit.

Les modalités des mesures d’austérité devraient être à l’ordre du jour du séminaire budgétaire qui réunit le gouvernement Ayrault ce lundi 25 juin. La droite s’en frotte les mains et la gauche semble ne plus pouvoir l’éviter. Le gouvernement socialiste doit, comme l’a indiqué lundi le ministre français de l’Économie Pierre Moscovici, trouver entre 7 et 10 milliards d’euros qui manquent pour atteindre son objectif de déficit budgétaire. François Hollande a en, effet, affirmé pendant la campagne présidentielle qu’il ramènerait le déficit à 3% du PIB dès 2013.

La France s’apprêterait à connaître une “politique d'une brutalité inouïe" en matière de réduction des dépenses budgétaires avait averti, jeudi 21 juin, l’ancienne ministre UMP du Budget Valerie Pecresse. Elle faisait référence à des informations parues le même jour dans le Figaro qui détaillait la feuille de route gouvernementale des coupes budgétaires à venir. L’article évoquait une réduction importante des dépenses de l’État qui passerait, notamment, par une diminution supplémentaire du nombre de fonctionnaires.

Sans confirmer ou infirmer les informations du quotidien conservateur français, Michel Sapin, ministre français du Travail, a tenté de minimiser la portée des affirmations du Figaro. Il a souligné qu’il s’agissait simplement de la “traduction” des engagements électoraux de François Hollande.

La “parenthèse” de 83

Le gouvernement est, en outre, sous la pression du calendrier pour prouver que les propos du nouveau président n’étaient pas que des promesses en l’air. La Cour des comptes doit, en effet, remettre son audit sur le budget de l'État le 2 ou 3 juillet et dans la foulée, le gouvernement présentera le projet de loi de finances rectificative. Un texte qui devrait mélanger hausse des taxes et coupes budgétaires.

Un texte qui devrait aussi être, comme le souligne le quotidien Libération dans son édition du 22 juin, la traduction d’une “austérité de gauche”. “C’est un concept inédit car la gauche est traditionnellement associée à une augmentation des dépenses pour soutenir l’activité économique et pas à la rigueur”, remarque Pascal de Lima, économiste à Sciences-Po Paris. Même en 1983 lorsque le gouvernement de Pierre Mauroy avait dû serrer les vis budgétaires, le Président socialiste d’alors, François Mitterrand, avait parlé d’une “parenthèse” dans la politique économique socialiste.

En fait, depuis le début de la crise de la zone euro, aucun pays européen n’aurait, foi d’économistes, mis en pratique une rigueur de gauche. “Même les pays qui avaient des gouvernements socialistes, comme l’Espagne ou la Grèce, ont appliqué une austérité très classique et plutôt de droite”, note Mathieu Plane, spécialiste de l’économie française à l’Observatoire français des conjonctures économiques.

Coupe “de gauche” dans les dépenses ?

Comment alors distinguer une austérité “classique” de son homologue de gauche ? “Pour schématiser, la droite applique des plans de rigueur où 75% des économies sont réalisées grâce à des coupes budgétaires et 25% grâce à des hausses de taxes quand à gauche le rapport serait plutôt de 50%-50%”, juge Pascal de Lima. Au delà des questions de proportion, Mathieu Plane estime que la différence tient plutôt à ceux qui doivent fournir les efforts. “La droite aura tendance à faire payer tout le monde ce qui au final favorise les plus riches, tandis que la gauche aurait pour souçi d’éviter de creuser les inégalités”, analyse-t-il.

Conséquence : les taxes pour les plus hauts revenus devraient augmenter dès le mois de juillet. L’impôsition à 75% des revenus supérieurs à un million d’euros par an et la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires iraient dans ce sens. “Il y a aussi un bon nombre de niches fiscales qui sont autant de cadeaux fiscaux aux riches sans avoir d’impact réel sur l’activité économique”, assure Mathieu Plane.

Reste à savoir comment effectuer des coupes “de gauche“ dans les dépenses sociales. Un exercice bien plus périlleux tant la grande majorité de l’argent versé par l’État sert bien souvent à soutenir les populations les plus fragiles. Si le gouvernement ne cible que les quelques aides - notamment dans l’immobilier ou le droit de succession - qui bénéficient aussi aux plus riches, “cette discrimination ne serait pas de nature à donner un sentiment de cohésion sociale”, averti Pascal de Lima.

Première publication : 25/06/2012

  • ANALYSE

    Le Royaume-Uni peut-il séduire les entrepreneurs français?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le grand écart de Paris entre rigueur française et relance européenne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les salaires des patrons des entreprises publiques dans le viseur de l'État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)