Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 27/06/2012

"Moi vivante, jamais!"

Presse internationale, Mercredi 27 juin 2012. Au menu de la presse internationale ce matin, la Turquie qui ne décolère pas après la destruction d’un de ses avions par la Syrie, une chancelière qui dit «non», la présidentielle au Mexique et les JO de Londres.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la colère de la Turquie, après la destruction de l’un de ses avions militaires par la Syrie.
 
L’image de cette colère fait la Une ce matin du quotidien turc Hurriyet, où l’on voit Recep Tayip Erdogan pointer du doigt Bachar El Assad, et ce  simple mot: «Tirez !». Non, a dit hier le premier ministre turc, son pays n’est animé d’aucune intention belliqueuse envers la Syrie, mais oui, des consignes ont été données à l’armée pour faire face à toute nouvelle menace.
 
 
On passe maintenant en Europe, où vient d’être rendue publique la feuille de route qui va être soumise dès demain Bruxelles aux pays de l’eurozone. Ce plan est évoqué à la Une du Wall Street Journal, qui explique que c’est un texte qui reste assez vague, qui évite les sujets qui fâchent, et où le mot fédéralisme n'est pas prononcé, mais à en croire ceux qui l’ont lu, ça y ressemble fort. Ce plan donne aussi à François Hollande un motif de satisfaction, puisqu’il est question dans le texte d’un projet qui lui tient à cœur, la mise en place d’eurobligations.
 
Mais avant que tout cela se concrétise, il va falloir convaincre Angela Merkel, ce qui est loin d’être gagné, puisqu’on le rappelle, le quotidien allemand Die Welt faisait état hier d’une déclaration pour le moins définitive de la part de la chancelière: il ne sera question ni de mutualisation des dettes ni d’eurobonds «autant que je vivrai» a-t-elle dit.
 
Angela Merkel qui subit toujours pas mal de pressions pour infléchir sa position. Pressions européennes, bien évidemment, mais aussi pressions venues de certains de ses concitoyens, qui se demandent si son intransigeance ne va pas finir par produire l’effet inverse à celui recherché. C’est une analyse qu’on retrouve du côté du International Herald Tribune, qui explique que, certes, l’Allemagne a plutôt tiré profit de la perte de confiance dans les pays d’Europe du sud, mais nuance: ces bénéfices sont précaires, et peuvent rapidement être érodés voire disparaître si ceux qu’on a surnommés les Piigs, ne parviennent pas à enrayer la spirale de la dette.
 
Et puis au Mexique, c’est la dernière ligne droite pour les candidats à la présidentielle. Le conservateur Pena Nieto est pour le moment le favori des sondages. Le candidat du PRI, qui est on le rappelle le parti qui a gouverné le Mexique d’une main de fer pendant 71 ans, doit toutefois affronter, depuis plusieurs semaines, une série de révélations embarrassantes sur ses liens avec la télé publique nationale, et un mouvement étudiant qui ne faiblit pas, d'après l’espagnol ABC.
 
On termine avec deux chiffres, qui concernent les Jeux olympiques de Londres. The Guardian nous apprend que 28 000 journalistes du monde entier ont été accrédités, et que 26 700 concombres vont être servis au centre de presse – ce qui fait tout de même moins d’un concombre par journaliste…
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus