Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

SPORT

Espagne/Portugal : un choc ibérique explosif pour une place en finale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2012

L’Espagne, championne du monde en titre, et le Portugal de Cristiano Ronaldo (photo) s’affronteront sur la pelouse du stade de Donetsk, mercredi soir, dans une demi-finale aux allures de clasico entre les deux rivaux ibériques.

AFP - Les champions du monde et d'Europe espagnols vont tenter d'atteindre une 3e finale d'affilée lors d'un grand tournoi face au Portugal de Cristiano Ronaldo, "LA" star de la compétition au sommet de son art, mercredi à Donetsk en demi-finales de l'Euro-2012.

L'objectif est simple pour les joueurs de Vicente Del Bosque: poursuivre leur insolente domination sur le football international et rejoindre dans les annales la RFA, seule nation à avoir aligné 3 finales de rang en l'espace de quatre ans, entre 1972 et 1976.

Mais pour réussir cet exploit et écrire une nouvelle page d'Histoire, l'Espagne devra d'abord museler celui qui est pour le moment la grande vedette de la compétition. Avec trois buts sur les six inscrits par son équipe, Ronaldo survole les débats avec en point de mire un 2e Ballon d'Or après celui décroché en 2008.

Avec un tel joueur, capable de gestes techniques inouïs et bien décidé à offrir à son pays une 2e finale dans un Euro après celui de 2004, la Roja peut se faire du souci d'autant que la sélection portugaise fait preuve d'une discipline sans faille, entièrement mise au service du génial CR7.

Outre la proximité géographique, les deux formations se connaissent bien, la plupart de leurs cadres évoluant en Espagne et plus particulièrement au Real Madrid (Ronaldo, Pepe et Coentrao côté Portugal, Casillas, Arbeloa, Ramos, Xabi Alonso et Albiol côté espagnol). Ce qui rajoute encore plus de piment à ce véritable derby.

"On se connaît très bien. Il ne devrait pas y avoir de grosses surprises, mais ce sera un match très intense", a ainsi prévenu le milieu espagnol Xabi Alonso.

Pour autant, les tenants du titre martèlent depuis plusieurs jours le même message: il n'est pas question de faire de Ronaldo une obsession.

"Nous n'avons rien prévu de spécial pour freiner Ronaldo. Durant le match, nous tenterons de le contenir comme n'importe quel autre adversaire", a expliqué Xabi Alonso.

DÉJÀ AU MONDIAL-2010...

Info ou intox pour froisser l'ego de Ronaldo avant le match? Le précédent affrontement entre les deux pays dans une phase finale sert en tout cas de référence aux Espagnols. En 8e de finale de la Coupe du monde en 2010, Ronaldo avait été inexistant et l'Espagne s'était tranquillement imposée 1-0 sur un but de Villa.

Mais cette fois, l'ex-Mancunien est habité par une ambition qui lui donne des ailes, sortir de l'ombre de Lionel Messi et récupérer le titre officieux de "meilleur joueur du monde".

Le coup est largement jouable, l'Espagne paraissant moins souveraine que par le passé et n'ayant pas encore eu affaire à une grosse cylindrée, hormis l'Italie au 1er tour (1-1).

Sans David Villa, forfait pour cet Euro, Vicente Del Bosque tâtonne en attaque et a jusque-là alterné deux systèmes, avec ou sans avant-centre de métier.

Quelle sera cette fois l'option choisie? Comme contre l'Italie et la France (2-0 en quart de finale), le milieu Fabregas pourrait jouer les "neufs menteur" à la place d'un Fernando Torres pour l'instant assez décevant au poste d'avant-centre.

Mais pour le reste, tout sera à l'avenant: Casillas comme ultime rempart face à CR7, Piqué-Ramos comme sentinelles de la défense et Xavi-Iniesta dans la salle des machines.

Côté portugais, Paulo Bento a démontré qu'il n'était pas un adepte du turn-over et devrait encore reconduire ce bloc compact et hermétique sur lequel nombre d'équipes, à part l'Allemagne lors du premier match (défaite 1-0), se sont cassé les dents dans ce Championnat d'Europe.

Seule la défection de l'attaquant Helder Postiga (lésion à la cuisse droite), va obliger le sélectionneur portugais à modifier son onze de départ. Hugo Almeida devrait logiquement le suppléer. Mais quels que soient les joueurs alignés, tous les regards devraient converger vers Ronaldo, véritable baromètre de cette demi-finale.

Première publication : 27/06/2012

  • EURO-2012

    Laurent Blanc : partira, partira pas ?

    En savoir plus

  • EURO-2012

    L'Allemagne qualifiée pour les demi-finales en toute logique

    En savoir plus

  • EURO-2012

    L'Italie bat l'Angleterre aux tirs au but

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)