Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

La ville de Gao est tombée aux mains des islamistes

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2012

Après une journée de violents affrontements avec les rebelles touareg, les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) contrôlent désormais l'intégralité de la ville de Gao (nord-est).

AFP - Un groupe armé islamiste a infligé mercredi une lourde défaite à la rébellion touareg dans le nord du Mali après de violents combats qui ont fait au moins vingt morts à Gao, ville désormais sous le contrôle total des islamistes qui renforcent leur emprise déjà forte sur la région.

Les combats ont débuté mercredi matin dans plusieurs quartiers de Gao et ont duré plusieurs heures entre les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et les membres de la rébellion touareg du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA).

Zone aux mains des groupes indépendantistes et islamistes au Mali


"Nous avons pris le palais du gouverneur (qui servait de quartier général du MNLA pour tout le nord du Mali) et la résidence de Bilal Ag Chérif, secrétaire général du MNLA, qui a fui avec ses soldats", a déclaré en fin de journée à l'AFP Adnan Abou Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao.

La prise du palais du gouverneur (ou gouvernorat) a été confirmée par de nombreux témoins interrogés par l'AFP au téléphone depuis Bamako.

Les islamistes "sont entrés à l'intérieur du gouvernorat", a ainsi déclaré le propriétaire de la station-service qui jouxte le palais du gouverneur. Les combattants du MNLA "ont fui, d'autres ont été tués, d'autres arrêtés", selon lui, information confirmée par d'autres témoins.

Un ancien policier en poste à Gao a précisé que de nombreux prisonniers avaient été conduits au commissariat central de la ville.

"Le Mujao contrôle actuellement le terrain. Des prisonniers du MNLA sont au commissariat, d'autres ont fui la ville, d'autres sont morts ou blessés mais c'est la débandade" dans les rangs du mouvement rebelle touareg, a-t-il affirmé.

Au moins vingt personnes, essentiellement des combattants, ont été tuées et quatorze blessées lors des combats, selon les témoins et une source hospitalière.

La population malienne désemparée face aux affrontements entre Touareg et islamistes
Un enseignant de Gao, désertée toute la journée par ses habitants terrés chez eux, a estimé qu'il faut s'attendre à un bilan bien plus "lourd".

Ces combats sont intervenus au lendemain de manifestations à Gao d'habitants indignés par l'assassinat lundi d'un conseiller municipal, Idrissa Oumarou, enseignant et membre du parti du président malien de transition, Dioncounda Traoré.

Des hommes armés ont tiré sur des centaines de manifestants, faisant au moins un mort et une dizaine de blessés.

Des manifestants ont accusé le MNLA d'avoir ouvert le feu, ce que ce mouvement a catégoriquement démenti, parlant d'une "manipulation" du Mujao, mouvement considéré comme dissident d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Impuissance à Bamako

Depuis fin mars/début avril, les villes et régions administratives du nord du Mali --Tombouctou, Kidal et Gao-- sont tombées aux mains des groupes armés islamistes que sont le Mujao et Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), soutenus par Aqmi, du MNLA et de divers groupes criminels.

Cette chute de plus de la moitié du territoire malien a été précipitée par un coup d'Etat qui, le 22 mars, a renversé le président Amadou Toumani Touré.

Depuis, l'armée malienne en pleine décomposition, est incapable de reprendre le terrain perdu et les autorités de transition mises en place à Bamako après le retrait des putschistes du pouvoir le 6 avril paraissent impuissantes.

La tension était vive ces derniers temps entre le MNLA, mouvement laïque qui a déclaré unilatéralement l'indépendance du nord du Mali, et les islamistes dont l'objectif proclamé est l'application de la charia (loi islamique) dans tout le Mali.

Le MNLA avait déjà été marginalisé dans plusieurs localités, en particulier à Tombouctou contrôlée par Ansar Dine qui y impose la charia, distribuant des coups de fouet aux "déviants" que sont, selon ce mouvement, les couples non mariés, les fumeurs ou les buveurs d'alcool.

En mai à Gao, des membres du Mujao avaient empêché des jeunes de jouer au football et de regarder la télévision, provoquant de violentes manifestations anti-islamistes, qui avaient fait au moins cinq blessés.

L'occupation du Nord et les violences qui y sont commises, entraînant des pénuries de toutes sortes, a provoqué un afflux de déplacés et de réfugiés dans les pays voisins évalués à quelque 300.000 personnes par les ONG qui parlent de situation "alarmante".

 

Première publication : 27/06/2012

  • MALI

    Le nord du Mali en proie à une grave crise alimentaire

    En savoir plus

  • MALI

    François Hollande craint l'installation de groupes terroristes au nord-Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Accrochages entre rebelles touareg et islamistes dans le nord du Mali

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)