Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

FRANCE

Manuel Valls souhaite régulariser les sans-papiers au cas par cas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2012

Le ministre français de l'Intérieur a annoncé son intention de régulariser au cas par cas les sans-papiers étrangers. Il a néanmoins exclu d'augmenter le nombre de régularisations, 30 000 par an, par rapport à l'ère Sarkozy.

AFP - Le ministre de l'intérieur Manuel Valls a annoncé mercredi une circulaire sur la régularisation au cas par cas des sans-papiers étrangers, excluant dans un entretien au Monde de dépasser le chiffre d'environ 30.000 par an que réalisait l'ex-gouvernement de droite.

"Une circulaire pour préciser les critères" de régularisation "est donc en préparation", a déclaré le ministre en soulignant qu'"il n'y aura pas de régularisation massive".

Il a précisé que les critères sont "les années de présence en France, la situation par rapport au travail, les attaches familiales, la scolarisation des enfants".

"Les régularisations doivent se faire en s'appuyant sur des critères précis, objectifs, compréhensibles, à la fois par ceux qui sont dans cette situation, ceux qui pourraient venir sur notre sol national, et nos compatriotes", a expliqué M. Valls.

Selon lui, les critères ont été interprétés de manière beaucoup trop restrictive et n'ont pas été appliqués de manière uniforme sur l'ensemble du territoire par le précédent gouvernement".

"Je veux mettre fin à l'arbitraire mais les personnes susceptibles d'être éloignées, et il y en aura, doivent être traitées dignement et être en mesure de faire valoir leurs droits", a souligné le ministre.

Le ministre a écarté une régularisation plus ample que les 30.000 par an réalisées sous Nicolas Sarkozy, qui militait pour une réduction des flux: "Aujourd'hui, la situation économique et sociale ne permet pas d'accueillir et de régulariser autant que certains le voudraient. C'est ma responsabilité de ministre de l'intérieur de le dire. Je l'assume", affirme Manuel Valls.

Se défendant d'être le "monsieur Sarkozy" du gouvernement de gauche, M. Valls estime que la politique de l'ex-chef de l'Etat "a été marquée par des coups de menton et par l'idée que l'immigré était responsable des problèmes des Français".

"Etre de gauche, ce n'est pas régulariser tout le monde et se retrouver dans une impasse. Il faut mener une politique républicaine, conforme aux valeurs de la France, tenir compte de la situation économique et sociale de notre pays et poser, effectivement, des critères. La politique que j'applique n'est pas celle de Manuel Valls, c'est celle du président de la République et du premier ministre, a-t-il insisté.

Le ministre a annoncé une autre circulaire pour mettre fin à la rétention des familles, une autre pour faciliter les naturalisations qui ont chuté de 40% entre 2010 et 2011, et une loi pour créer un nouveau titre de séjour de trois ans.
 

Première publication : 27/06/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    L'UE n'exclut plus de fermer ses frontières en cas de forte pression migratoire

    En savoir plus

  • FRANCE

    La très controversée "circulaire Guéant" a été abrogée

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande souhaite encadrer l'immigration économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)