Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

FRANCE

Manuel Valls souhaite régulariser les sans-papiers au cas par cas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2012

Le ministre français de l'Intérieur a annoncé son intention de régulariser au cas par cas les sans-papiers étrangers. Il a néanmoins exclu d'augmenter le nombre de régularisations, 30 000 par an, par rapport à l'ère Sarkozy.

AFP - Le ministre de l'intérieur Manuel Valls a annoncé mercredi une circulaire sur la régularisation au cas par cas des sans-papiers étrangers, excluant dans un entretien au Monde de dépasser le chiffre d'environ 30.000 par an que réalisait l'ex-gouvernement de droite.

"Une circulaire pour préciser les critères" de régularisation "est donc en préparation", a déclaré le ministre en soulignant qu'"il n'y aura pas de régularisation massive".

Il a précisé que les critères sont "les années de présence en France, la situation par rapport au travail, les attaches familiales, la scolarisation des enfants".

"Les régularisations doivent se faire en s'appuyant sur des critères précis, objectifs, compréhensibles, à la fois par ceux qui sont dans cette situation, ceux qui pourraient venir sur notre sol national, et nos compatriotes", a expliqué M. Valls.

Selon lui, les critères ont été interprétés de manière beaucoup trop restrictive et n'ont pas été appliqués de manière uniforme sur l'ensemble du territoire par le précédent gouvernement".

"Je veux mettre fin à l'arbitraire mais les personnes susceptibles d'être éloignées, et il y en aura, doivent être traitées dignement et être en mesure de faire valoir leurs droits", a souligné le ministre.

Le ministre a écarté une régularisation plus ample que les 30.000 par an réalisées sous Nicolas Sarkozy, qui militait pour une réduction des flux: "Aujourd'hui, la situation économique et sociale ne permet pas d'accueillir et de régulariser autant que certains le voudraient. C'est ma responsabilité de ministre de l'intérieur de le dire. Je l'assume", affirme Manuel Valls.

Se défendant d'être le "monsieur Sarkozy" du gouvernement de gauche, M. Valls estime que la politique de l'ex-chef de l'Etat "a été marquée par des coups de menton et par l'idée que l'immigré était responsable des problèmes des Français".

"Etre de gauche, ce n'est pas régulariser tout le monde et se retrouver dans une impasse. Il faut mener une politique républicaine, conforme aux valeurs de la France, tenir compte de la situation économique et sociale de notre pays et poser, effectivement, des critères. La politique que j'applique n'est pas celle de Manuel Valls, c'est celle du président de la République et du premier ministre, a-t-il insisté.

Le ministre a annoncé une autre circulaire pour mettre fin à la rétention des familles, une autre pour faciliter les naturalisations qui ont chuté de 40% entre 2010 et 2011, et une loi pour créer un nouveau titre de séjour de trois ans.
 

Première publication : 27/06/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    L'UE n'exclut plus de fermer ses frontières en cas de forte pression migratoire

    En savoir plus

  • FRANCE

    La très controversée "circulaire Guéant" a été abrogée

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande souhaite encadrer l'immigration économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)