Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Economie

Pourquoi Angela Merkel a besoin de François Hollande

Vidéo par Maylis DÉTROYAT

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/06/2012

Angela Merkel, qui souhaite briser son image de chancelière du "non", serait prête à lâcher du lest au sommet européen pour obtenir le soutien de François Hollande et ne pas se retrouver isolée dans l'UE.

Il a beau s'agir de l’énième sommet crucial destiné à sauver la zone euro, la réunion des chefs d’État et de gouvernement qui s’ouvre, ce jeudi 28 juin, à Bruxelles, contient un ingrédient inédit : le face-à-face entre François Hollande et Angela Merkel. Qui du président français, chantre d’un pacte de croissance pour une relance européenne et des euro-obligations, ou de la chancelière allemande - mère la rigueur - réussira à imposer son point de vue ?

Vue depuis Paris, Angela Merkel semble campée sur son refus d’entendre parler de nouvelles dépenses pour doper la croissance ou de mutualiser les dettes europénnes. N’a-t-elle pas déclaré, lundi 25 juin, que les euro-obligations ne verraient pas le jour “de son vivant” ? Avant de partir pour rencontrer François Hollande à Paris, mercredi 27 juin, elle a dénoncé “les solutions de facilité” visant, sans le nommer, le pacte de croissance proposé par la France.

Pourtant, en Allemagne, Angela Merkel est plutôt perçue comme une chancelière fragilisée qui a même besoin du soutien de François Hollande. C’est l’impression retenue par les principaux journaux allemands au lendemain de la visite rendue par la chancelière au président français, mercredi 27 juin.

ZONE EURO

“Merkel appelle Hollande à l’aide”, titre même RP-Online, le site du principal média du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Selon cet article, la chancelière allemande a multiplié les courbettes face à son hôte car “elle a besoin d’un allié de poids pour obtenir quelque chose au sommet européen”. Pour RP-Online, si la rencontre de Bruxelles se solde par un échec, Angela Merkel en serait largement tenue pour responsable, car elle “apparaît comme la seule à s’opposer aux eurobonds et à une vigoureuse politique de croissance”.

Concessions

Cette image de la femme seule contre les autres présentée comme la "maîtresse d'école" de l'Europe par le quotidien Die Welt explique pourquoi Angela Merkel cherche le soutien de François Hollande. Pourtant, le président français fait figure de principal opposant à la ligne défendue par Berlin... Mais la chancelière allemande n’a “aucune chance de convaincre Mario Monti ou Mariano Rajoy, qui considèrent qu'une politique de relance économique est le seul moyen de contrer la récession qui sévit dans leur pays”, rappelle Die Welt.

La rencontre Merkel-Hollande le 27 juin à Paris

François Hollande serait donc le dernier recours d’Angela Merkel qui devrait donc consentir à certaines revendications françaises. “Il y a de fortes chances pour que Berlin se montre plus conciliant que prévu sur la question du pacte de croissance”, croit savoir le magazine Focus. C’est d’ailleurs pour celà, d’après cet article, qu’Angela Merkel se montre aussi dure sur la question des euro-obligations : cette posture lui permet d’apparaître comme intransigeante alors qu’elle s’apprête à lâcher du lest sur le volet croissance.

Reste que le président de la deuxième puissance économique européenne aurait tout intérêt, selon la version allemande du Financial Times, à ne pas repousser les avances de son “alliée” allemande afin de se forger une image de “dirigeant responsable”.

Première publication : 28/06/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    Accord européen pour un pacte de croissance de 120 milliards d'euros

    En savoir plus

  • SOMMET EUROPÉEN

    Tous les chemins économiques repassent par Bruxelles

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Angela Merkel accepte de mutualiser la dette... en Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)