Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Amériques

La Cour suprême américaine approuve l'essentiel de la réforme de santé d'Obama

Vidéo par Anthony SAINT-LÉGER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/06/2012

La Cour suprême des États-Unis a validé jeudi l'obligation pour tout Américain de se munir d'une assurance-maladie à partir de 2014. Cette disposition est la pierre angulaire de la réforme de santé voulue par le président Barack Obama.

AFP - La Cour suprême des Etats-Unis a validé jeudi la réforme de l'assurance maladie, une décision qui touche des millions d'Américains dépourvus de toute couverture et accorde une victoire retentissante à Barack Obama, en pleine campagne pour sa réélection.

Au terme de trois mois de débats passionnés, le président conservateur de la Cour, John Roberts, a sauvé la loi en se joignant aux votes des quatre juges progressistes sur les neuf que compte la plus haute juridiction du pays.

Plus de la moitié des Etats du pays, tous gouvernés par des Républicains, avaient demandé à la Cour de retoquer l'ensemble de la réforme phare de Barack Obama, lequel a salué, aussitôt la décision connue, "une victoire pour tous" les Américains.

"l'epreuve de force ne fait que commencer"
La pièce maîtresse de la loi et aussi la plus contestée -- l'obligation pour tout Américain de se doter d'une assurance maladie avant 2014 sous peine de sanctions financières -- a été approuvée dans son principe.

John Roberts a estimé que rien ne justifiait de censurer cette disposition car elle fonctionne comme un impôt.

"Le gouvernement fédéral n'a pas le pouvoir d'ordonner aux gens d'acheter une assurance santé", a dit M. Roberts, mais il "a le pouvoir d'imposer un impôt à ceux qui n'ont pas d'assurance maladie". "Comme la Constitution autorise un tel impôt, ce n'est pas notre rôle de l'interdire", a-t-il ajouté.

MOMENT DE FRAYEUR POUR OBAMA

AFP - Le président américain Barack Obama a connu jeudi un moment de frayeur, quand il a cru pendant quelques instants --induit en erreur par des chaînes d'information en continu-- que sa réforme de l'assurance maladie avait été rejetée par la Cour suprême.

Dans l'attente de la décision --finalement dans l'ensemble très favorable à sa réforme-- Barack Obama suivait à proximité du Bureau ovale les informations sur quatre chaînes télévisées en même temps, ont rapporté jeudi des responsables de la Maison Blanche.

CNN et Fox News ont alors dans un premier temps rapporté de manière erronée que la Cour avait invalidé la pièce maîtresse de la loi et aussi la plus contestée: l'obligation pour tout Américain de se doter d'une assurance maladie avant 2014, finalement approuvée dans son principe.

Désarçonné, le président a toutefois été rapidement rejoint par sa conseillère juridique Kathy Ruemmler, qui l'a immédiatement rassuré en pointant deux pouces en l'air, a déclaré un responsable sous couvert d'anonymat.
 

De l'avis des quatre juges conservateurs opposés au texte, "la loi est invalide dans son intégralité", a dit le juge Anthony Kennedy.

La Cour suprême a cependant apporté une limite à l'extension de l'aide aux plus pauvres à 16 millions de personnes. Elle a estimé que les Etats ne devaient pas perdre la totalité des fonds fédéraux alloués pour ce programme, s'ils refusaient le l'élargir.

Des centaines de manifestants devant la Cour

La décision a été accueillie par des clameurs devant la Cour où s'étaient massées un millier de personnes, dont certaines se montraient enthousiastes et d'autres dépitées.

"C'est une victoire pour tous" les Américains, s'est félicité le président Obama, puisque la loi vise à assurer une couverture maladie à 32 millions d'Américains qui en sont dépourvus.

Son rival républicain Mitt Romney, qui avait pourtant institué une législation similaire au niveau de l'Etat du Massachussetts dont il était gouverneur, a réaffirmé qu'il s'empresserait d'abroger le texte s'il entrait à la Maison Blanche.

La Chambre des représentants, à majorité républicaine, a immédiatement annoncé un vote le 11 juillet pour abroger la loi. Mais une abrogation éventuelle n'a aucune chance de passer le cap du Sénat qui reste aux mains des démocrates.

Depuis la Russie où elle est en déplacement, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, qui avait tenté de réformer le système de santé lorqu'elle était la Première dame des Etats-Unis, s'est dite "très heureuse" de la décision de la Cour.

"C'est une victoire retentissante pour le président et la réforme de la santé", s'est félicité l'ancien avocat du gouvernement Obama, Neal Katyal, qui avait plaidé en faveur de la réforme devant la justice inférieure.

"C'est aussi une victoire pour l'état de droit", a-t-il dit à l'AFP. "Dans un domaine où, à droite comme à gauche, beaucoup de gens voient les juges de la haute Cour et les questions constitutionnelles à travers un prisme politique, la Cour a montré aujourd'hui que la loi prime et qu'elle ne fait de politique".
 

Première publication : 28/06/2012

  • ÉTATS-UNIS

    La réforme de l'assurance maladie passe son oral devant la Cour suprême

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La réforme du système de santé américain jugée inconstitutionnelle

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le Congrès boucle le processus législatif sur la réforme de l'assurance maladie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)