Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

FRANCE

Les ministères "non prioritaires" invités à réduire leurs effectifs de 2,5 %

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/06/2012

Les effectifs des ministères considérés comme non prioritaires seront revus à la baisse de 2,5 % sur la période 2013-2015 pour compenser les créations de postes dans l'éducation, la justice et la police, a indiqué jeudi Matignon.

AFP - Les ministères jugés non prioritaires devront réduire leurs effectifs de 2,5% sur la période 2013-2015 afin de compenser les créations de postes dans l’éducation, la justice et la police, annoncent jeudi les services du Premier ministre.

Des lettres de cadrage en ce sens ont été envoyées à chaque ministère, précise un communiqué de Jean-Marc Ayrault.

"Les effectifs de l’État connaîtront une stabilité globale. Les créations d’emplois seront réservées à l’enseignement, la police, la gendarmerie et la justice", peut-on y lire.

L’ampleur des efforts demandés a soulevé l’inquiétude des syndicats, qui craignent des coupes claires et une détérioration de la qualité du service public.

Les efforts "porteront sur l’ensemble des ministères, y compris sur les ministères qui interviennent dans un domaine prioritaire pour leurs emplois situés en dehors de ce champ (prioritaire)", précise Matignon.

François Hollande s’est engagé pendant sa campagne présidentielle à créer sur cinq ans 60.000 postes dans l’Éducation Nationale et 5.000 dans la police, la gendarmerie et la justice. Une promesse qu’il a renouvelée à son arrivée au pouvoir.

S’agissant des dépenses de fonctionnement, le chef du gouvernement demande d’en réduire globalement le montant de 7% en 2013 par rapport à 2012, 4% en 2014 par rapport à 2013 et 4% en 2015 par rapport 2014.

Un effort "de même ampleur" est demandé aux opérateurs de l’Etat, comme le Centre national de recherche scientifique (CNRS) par exemple.

"Chaque ministre aura la responsabilité de répartir cet effort au plus juste entre son administration et les opérateurs qui lui sont rattachés", écrit Matignon.

Les lettres plafond fixant, pour chaque ministère, le niveau des crédits et des emplois, seront envoyées fin juillet, le temps pour le Premier ministre de procéder aux arbitrages nécessaires.

Les propositions de chaque ministre « feront l’objet d’un échange, au cours du mois de juillet, avec le ministre de l’économie et des finances et le ministre délégué au budget ».

A l’issue d’un séminaire réunissant lundi l’ensemble du gouvernement, le Premier ministre a rappelé les objectifs du gouvernement : réduire le déficit public à 3% de la richesse nationale en 2013 pour atteindre l’équilibre en 2017.

Un gage de crédibilité important alors que se tient à Bruxelles un sommet déterminant pour l’avenir de la zone euro.

A plus court terme, le gouvernement doit trouver les moyens de boucler le budget 2012, un casse-tête évalué à 7,5 milliards d’euros.

 

Première publication : 28/06/2012

  • FRANCE

    Les effectifs et les dépenses de l'État resteront stables entre 2013 et 2015

    En savoir plus

  • FRANCE

    Premier remaniement ministériel a minima du gouvernement Ayrault

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES 2012

    Sans surprise, François Hollande reconduit Jean-Marc Ayrault à Matignon

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)