Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

L'interdiction de la circoncision provoque l'embarras en Allemagne

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/06/2012

La justice allemande vient d'interdire la circoncision des enfants, s'appuyant sur le droit fondamental de l’enfant à l’intégrité physique. Cette décision irrite les communautés juive et musulmane. Elle embarasse aussi le gouvernement allemand

"[Cette décision] m’inspire une ignorance totale des rites. La circoncision n’a jamais été dénoncée à cause de la souffrance et de la mutilation."

À Cologne, dans l’ouest de l’Allemagne, un tribunal a jugé, mardi 26 juin, que la circoncision d’un enfant pour des motifs religieux était une blessure corporelle passible de condamnation. Comblant un vide juridique qui permettait de tolérer jusqu’alors la circoncision à des fins non médicales, ce jugement a provoqué de vives réactions dans tout le pays. Notamment de la part des organisations religieuses mais aussi du gouvernement allemand.

L’affaire qui a déclenché la polémique remonte à 2010. À l’époque, la circoncision d’un enfant musulman de 4 ans entraîne des saignements, quelques jours après l’opération. Suite à des poursuites judiciaires, le médecin en charge de l’opération est condamné par le parquet de Cologne.

"Le droit fondamental de l'enfant à l'intégrité physique l'emporte sur les droits fondamentaux des parents", indique la décision de justice.

En France, la circoncision n’est pas officiellement interdite. Cependant, des poursuites pourraient être envisagées sur la base des deux articles suivants :

  • L’article 222-1 du code pénal, qui punit les violences ayant entraîné notamment des mutilations.
  • L’article 16-1 du code civil, sur le respect dû au corps humain.

Mais au-delà du rituel, c’est le fait de le pratiquer sur des enfants qui ne sont pas en âge de décider par eux-mêmes qui pose problème à la justice allemande. Ainsi, le tribunal de Cologne a précisé que "l’enfant [devait] décider plus tard par lui-même de son appartenance religieuse." L’ablation du prépuce pour des raisons médicales n’est pas concernée par l’interdiction.

Toutefois, cette priorité ne fait pas l’unanimité auprès des juifs et des musulmans.

L’ire des représentants religieux

La réaction des organisations musulmanes et juives ne s’est pas faite attendre. Ces dernières se sont insurgées contre une décision qui, selon le Conseil de coordination des musulmans en Allemagne (KRM), "criminalise" des coutumes islamiques et juives millénaires. Généralement effectué avant l’âge de 7 ans, ce geste signe l’entrée des pratiquants des deux religions dans la vie communautaire. Le conseil central des juifs d’Allemagne a, quant à lui, qualifié la décision d’"intrusion grave sans précédent".

Même l'Eglise évangélique allemande, a réagi en indiquant que "le droit fondamental de l'enfant à l'intégrité physique" devait tenir compte de la liberté religieuse et "du droit des parents à choisir l'éducation de leurs enfants".

Distance du gouvernement allemand

"C’est tellement scandaleux que je n’imagine pas un instant qu’un tel jugement puisse devenir loi. La circoncision est pratiquée depuis la nuit des temps par les juifs et les musulmans et, au-delà du simple aspect religieux, est un acte médicalement reconnu pour ses vertus préventives. Il permet de contenir l’épidémie de sida, notamment en Afrique, et réduit les risques de cancer de l’utérus chez les femmes."

Au milieu de ce concert d’indignations, Guido Westerwelle, le ministre allemand des Affaires étrangères, s’est attaché à rappeler, le 28 juin, l’ouverture de son pays en matière de religion. "L’Allemagne est un pays tolérant, sans préjugés, où la liberté religieuse est solidement établie et où les traditions comme la circoncision sont considérées comme une expression du pluralisme religieux," a commenté le chef de la diplomatie.

Faisant partie des adeptes de la pratique, la communauté musulmane allemande est constituée en très grande partie d’individus d’origine turque. La Turquie a d’ailleurs souligné, par la voix de son ministre chargé de l’Europe, que la circoncision relevait de la liberté de conscience.

"Beaucoup de familles turques préféraient déjà célébrer cet évènement en Turquie, dans une ambiance festive," explique Anne Mailliet, correspondante de FRANCE 24 à Berlin. "Suite à la décision de justice, cette tendance devrait être renforcée." Pour sa part, Ali Demir, président de la communauté musulmane de Cologne, a redouté la mise en place d’un "tourisme de la circoncision" vers les pays voisins de l’Allemagne.

Première publication : 29/06/2012

  • VATICAN

    Le pape Benoît XVI va béatifier un prêtre anti-mafia

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le permis de construire de la future grande mosquée de Marseille validé en appel

    En savoir plus

  • KOWEÏT

    Le Parlement koweïtien introduit la peine de mort pour blasphème

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)