Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

La crise européenne nourrit les ambitions de l'agence de notation Egan-Jones

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/06/2012

La petite agence de notation Egan-Jones a dégradé la note de l’Allemagne en début de semaine, après avoir été très sévère avec la France, à la mi-juin. Celle-ci entend ainsi se démarquer des trois grands acteurs du secteur.

L’agence de notation américaine Egan-Jones entend profiter de la crise de la zone euro pour essayer de démontrer qu’il n’y a pas que les sempiternelles Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch.

Cette petite concurrente du triumvirat triomphant de la notation financière vient de se distinguer en abaissant, lundi 25 juin, la note souveraine de... l’Allemagne, de AA- à A+. Elle a, en outre, assorti son verdict d’une perspective négative qui promet d’autres dégradations. Une prise de position très éloignée du solide triple A dont profite Berlin auprès des grandes agences de notation...

L'initiative d’Egan-Jones n’est pas passée inaperçue auprès des marchés financiers qui ont propulsé l’euro à son plus bas en deux mois face au dollar, lundi. Preuve que, dans le contexte incertain de la zone euro, les investisseurs ne savent plus vraiment à quel saint financier se vouer...

Le “désastre français” aussi

Egan-Jones explique son coup de ciseau par la persistance d’une dette publique élevée en Allemagne qui atteint plus de 80 % du PIB. La petite agence ajoute qu’en tant que premier bailleur de fonds des plans européens de sauvetage, l’Allemagne va voir sa dette augmenter davantage. Egan-Jones anticipe, en effet, que les pays soutenus financièrement - Irlande, Grèce, Portugal, Chypre et Espagne - ne pourront pas rembourser l’intégralité de leurs prêts.

“La situation économique de l’Allemagne est, évidement, amenée à se détériorer en même temps que celle de la zone euro”, reconnaît Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences-Po contacté par FRANCE 24, qui trouve logique qu’une agence de notation “défie un peu la toute puissance économique germanique”.

Egan-Jones avait déjà dégradé la puissante Allemagne en janvier dernier. Le 15 juin, l’agence de notation avait été, en outre, particulièrement sévère avec la France de François Hollande. Elle avait, en effet, abaissé la note française de deux crans, soulignant la dérive “désastreuse” des finances et soupçonnant le nouveau pouvoir de n’être pas suffisamment rigoureux. De ce fait, Egan-Jones prédit la fin “d’une indulgence de 18 mois des marchés financiers” et un sort à l’italienne ou à l’espagnole pour la France.

Cette série de notations au scalpel et de jugements très sévères n'est pas passée inaperçue. “C’est évidement un coup médiatique pour Egan-Jones qui veut ainsi s’affirmer sur la scène de la notation financière”, souligne Pascal de Lima. En multipliant les coups d'éclats médiatiques, Egan-Jones espère que cette publicité lui apportera de nouveau clients qui paieront pour être notés.

Chevalier pas si blanc

La sévérité dans la notation a toujours été la marque de fabrique de cette agence. “Déjà, en 2008, lors de la crise des subprimes, elle critiquait les erreurs des autres agences qui n’avaient pas dégradé les notes de ces produits financiers toxiques”, explique-t-il. Elle avait également été la première à abaisser les notes d'Enron et de WorldCom, deux des plus retentissantes faillites du début du XXIe siècle aux États-Unis.

Egan-Jones - l’une des neuf agences de notation reconnues par la SEC (le gendarme de la Bourse américaine) - se présente comme une sorte de chevalier blanc de la profession. “Elle affirme donner des notes objectives alors que les trois grands acteurs du secteur seraient enclins à être indulgents avec ceux qu’ils supervisent car ce sont en même temps leurs clients”, explique Pascal de Lima. Egan-Jones n’aurait pas ce problème de conflit d’intérêts car le groupe affirme avoir suffisamment d’investisseurs extérieurs, qui ne sont pas notés par Egan-Jones, pour assurer sa pérennité financière.

“C’est peut-être une manière d’exister médiatiquement, mais ça ne tient pas la route économiquement”, juge Pascal de Lima. Une agence de notation n’existe que parce que des clients la paient pour être notés... “Si ces clients sont assurés d’être mieux traités ailleurs, ils iront ailleurs”, conclut cet économiste.

En outre, la petite concurrente aux Moody’s & Co est, depuis fin 2011, dans le collimateur de la SEC. Le gendarme de la Bourse de New York estime, après une enquête de plusieurs mois, qu’Egan-Jones lui aurait menti sur son expertise de notation afin d’être officiellement reconnue. Sean Egan, le fondateur de la société, a ainsi été accusé en avril dernier par la SEC d’avoir menti sur le nombre de notations effectuées et leur procédure.

Première publication : 29/06/2012

  • ESPAGNE

    L'agence Moody's abaisse la note de 28 banques espagnoles

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'agence de notation Egan-Jones dégrade encore la note de la France

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Après Fitch, Moody's dégrade à son tour la note souveraine de l'Espagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)