Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Etienne-du-Rouvray: après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

Afrique

Le président Mohamed Morsi prend officiellement ses fonctions aujourd'hui

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2012

Mohamed Morsi prête officiellement serment à 11 heures (heure de Paris) devant la Haute Cour constitutionnelle. Le nouveau président devra composer avec le Conseil suprême des forces armées, qui conserve de larges prérogatives.

AFP - Le président égyptien élu, l'islamiste Mohamed Morsi, prend officiellement ses fonctions samedi après sa prestation de serment, qui ouvrira une période de cohabitation délicate avec l'armée.

M. Morsi doit prêter serment à 11h00 (09H00 GMT) au siège de la Haute Cour constitutionnelle, en banlieue du Caire. Il se rendra ensuite à l'Université du Caire pour célébrer son investiture et adresser un discours à la population.

PORTRAIT



Le président élu, issu des Frères musulmans, est le premier islamiste à accéder à la magistrature suprême en Egypte et sera le premier chef d'Etat à ne pas sortir des rangs de l'armée.

Il devra toutefois composer avec le Conseil suprême des forces armées (CSFA), à qui Hosni Moubarak a remis le pouvoir en démissionnant sous la pression d'une révolte populaire le 11 février 2011, et qui conservera de larges prérogatives même après le transfert officiel du pouvoir.

La junte a en effet récemment récupéré le pouvoir législatif après la dissolution à la mi-juin de l'Assemblée du peuple, dominée par les islamistes, à la suite d'un jugement annulant le mode de scrutin.

Ces derniers jours, la procédure de la prestation de serment a été au centre d'une polémique entre le nouveau président et la junte.

Selon les militaires, l'Assemblée ayant été dissoute, le président doit prêter serment devant la Haute Cour constitutionnelle. Mais pour les Frères musulmans, pour qui l'Assemblée est toujours légitime, c'est devant les députés que la cérémonie doit avoir lieu.

M. Morsi prêtera finalement serment devant la Haute Cour constitutionnelle, selon un communiqué de la présidence.

Dans un apparent signe de défi à l'égard des militaires, le président élu s'est toutefois rendu vendredi place Tahrir, le symbole de la "révolution", où il a symboliquement prêté serment devant des dizaines de milliers de personnes.

Analyse de la spécialiste de politique internationale Armelle Charrier


"Vous êtes la source du pouvoir et de la légitimité, qui est au-dessus de tout le monde. Il n'y a de place pour personne, pour aucune institution (...) au-dessus de cette volonté", a-t-il lancé.

M. Morsi a battu le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq, lors de la première présidentielle après la révolte.

Il a commencé à travailler à la formation d'un "gouvernement de coalition" destiné à donner des gages d'ouverture et élargir son assise politique face aux militaires et devra faire face à de nombreux défis, notamment une économie mal en point.

Première publication : 29/06/2012

  • ÉGYPTE

    Place Tahrir, le président Mohamed Morsi prête symboliquement serment

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les libéraux attendent Morsi au tournant

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi prône un renouveau des relations diplomatiques entre Téhéran et Le Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)