Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi à 22h10.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 07/07/2012

Libye : Toubous, les maîtres du Sud

Marginalisés sous Kadhafi, les Toubous, les Libyens noirs du sud du pays, sont bien décidés à prendre leur place dans la nouvelle Libye. Ils contrôlent aujourd’hui les frontières vers le Tchad et le Niger, dans un contexte de violence ethnique.

En quittant Tripoli pour le grand sud Libyen, notre mission est claire : nous voulons entrer dans Koufra, l’une des deux grandes villes qui commandent l‘entrée du territoire toubou. Elle est en proie à des violences ethniques. On parle de dizaines de morts et de blessés, de quartiers en état de siège encerclés par les milices arabes. La situation sur place a l’air pour le moins tendue… et il faut aller voir.

Avant de tenter d’accéder à Koufra, il nous faut atteindre Rabyana, le dernier village toubou avant Koufra, il est à 150 km de la ville, en plein désert. Nous prenons d’abord un avion pour Sebha, avant de nous lancer en 4x4 dans les immensités du Sahara libyen. Après 10 minutes de route goudronnée, Mohamed, notre chauffeur, bifurque sur une piste poussiéreuse. C’est parti pour 1 200 km de désert.

Sur le sable, il roule à 140 km/h, le paysage défile à toute allure, la voiture semble planer au-dessus du sol, l’air est brûlant, il fait plus de 45°C, et la clim’ ne fonctionne pas…

Dans les virages, Mohamed rattrape les amorces de dérapage d’un bref coup de volant. Il "lit" le sable avec l’expertise de ceux qui ont aligné des dizaines de milliers de kilomètres de désert. La vitesse chute dans les sections pierreuses, la piste traverse des zones de montagne ; là, impossible de dépasser les 20 km/h. Le chauffeur garde aussi un œil sur son GPS. Pas un village, pas une maison… Se perdre ici peut vous coûter la vie.

En chemin, on s’arrête pour manger, dormir quelques heures, ou faire le plein. Il n’y a pas de station-service dans le Sahara. L’essence provient d’un fût de 200 litres arrimé dans la benne du pick-up. En tout, le voyage dure une trentaine d’heures.

Koufra, ville assiégée

Nous arrivons épuisés à Rabyana, trempés de sueur, couverts de poussière ; mais pas le temps de souffler. Il fait nuit et les habitants du village toubou nous annoncent qu’il faut repartir de suite. L’accès à Koufra est très dangereux et il y a une fenêtre pour passer les lignes ennemies dans la pénombre et entrer dans les quartiers assiégés.

Nous transférons nos sacs dans un nouveau véhicule et repartons dans le désert. Le 4x4 traverse une zone de dunes avant de s’arrêter dans une plaine poussiéreuse. C’est le point de rendez-vous. Nos guides nous expliquent qu’une voiture doit venir de la ville de Koufra pour nous escorter.

Il est 3h du matin, le ciel est majestueux, éclairé par des myriades d’étoiles dont on ne soupçonne même plus l’existence en Europe tant la pollution lumineuse les masque. Au bout d’une demi-heure, le chauffeur arrive à joindre son contact sur notre téléphone satellitaire : "La route est trop dangereuse", opération annulée, retour au village.

Nous sommes logés chez Khamis, sorte de chef informel du village. Une pièce spartiate avec des matelas au sol. Nous y passerons trois jours. Le lendemain de notre arrivée, un groupe de combattants part pour Koufra, ils doivent forcer le passage et récupérer les blessés toubous coincés à l’intérieur. L’équipage compte quatre pick-up, dont deux équipés de mitrailleuses lourdes, et une trentaine d’hommes, la plupart en civil. Le plus jeune a 12 ans. Ils refusent que nous les suivions pour filmer leur expédition. Ils nous disent qu’ils vont "nous ouvrir la route". L’unité quitte le village en convoi au son des "Allah Akhbar !".

La journée se passe, nous n’arrivons toujours pas à obtenir des informations fiables sur la situation militaire à Koufra. Chaque personne qui passe dans notre maison a une histoire différente. Certains disent que les quartiers sont bombardés toutes les heures, d’autres affirment que les combats ont cessé depuis deux jours. Impossible de comprendre exactement ce qui se passe dans la ville.

"La route est trop dangereuse"

Le soir, alors que nous mangeons un ragoût à base de viande de chèvre, un groupe d’habitants fait irruption dans la pièce. Ils sont hystériques : "Nous avons repris Koufra, vous allez pouvoir y aller demain !". Tout le monde est très excité, a hâte de retrouver ses proches coincés dans les quartiers assiégés de la ville depuis des jours. La décision est prise de partir pour Koufra aux premières lueurs de l’aube.

Le lendemain, nous repartons en direction de Koufra en convoi. Les trois véhicules se suivent dans les dunes. À une cinquantaine de kilomètres de la ville, les chauffeurs s’arrêtent. Il faut en savoir plus avant de s’avancer vers les check-points qui commandent l’entrée de la ville. L’un d’entre eux appelle un responsable militaire de la ville, et le verdict tombe : "Il faut faire demi-tour, la route n’est pas sûre". Une fois de plus nous rentrons au village…

Nous passons l’après-midi à tenter de nous renseigner sur la situation à Koufra, sans succès. Personne ne semble savoir ce qui s’y passe exactement. Impossible de rester plus longtemps, il faut avancer dans notre reportage. Nous quittons le village de Rabyana sans avoir pu déterminer ce qui se passe à Koufra. La seule information que nous ayons pu vérifier est que la Croix-Rouge a bel et bien évacué 62 blessés de Koufra dans la nuit du 16 au 17 juin…
 

Par James ANDRE , Catherine NORRIS TRENT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/04/2015 Centenaire Première Guerre mondiale

Première Guerre mondiale : la mémoire dans la pierre

En 1914, une ancienne carrière souterraine est réquisitionnée en Picardie par l'armée française. Des centaines de soldats y stationnent pendant près de quatre ans et y ont laissé...

En savoir plus

17/04/2015 Arménie

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

À une semaine de la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens, nos reporters ont accompagné les descendants de ceux qui ont survécu : les Arméniens cachés de...

En savoir plus

10/04/2015 Burkina Faso

Burkina Faso : la génération Sankara

Difficile de comprendre le soulèvement des Burkinabè, qui a conduit à l’éviction du président Blaise Compaoré en octobre 2014, sans évoquer Thomas Sankara. À six mois des...

En savoir plus

03/04/2015 Islam

France : zone de turbulences au sein de l'UOIF

Alors que le congrès annuel de l'Union des organisations islamiques de France s'ouvre, vendredi, au Bourget autour du thème "Mohammed, prophète de miséricorde et de paix",...

En savoir plus

27/03/2015 Venezuela

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

Au Venezuela, depuis plus d’un an, la contestation contre le gouvernement de Nicolás Maduro enflamme régulièrement la ville de San Cristóbal, dans l’État de Táchira, à l’ouest du...

En savoir plus