Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

FRANCE

Olivier Ferrand, député socialiste et président du think tank Terra Nova, est décédé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2012

Le député socialiste Olivier Ferrand est décédé ce samedi à l'âge de 42 ans. Il avait créé Terra Nova, laboratoire d'idées proche du Parti socialiste. "L'Assemblée nationale est en deuil", a déclaré Claude Bartolone.

AFP - Olivier Ferrand, fondateur du think tank proche du PS Terra Nova, qui venait d'être élu député socialiste de la 8e circonscription des Bouches-du-Rhône, est décédé samedi matin à Velaux, non loin de Marseille, d'un arrêt cardiaque, à 42 ans.

L'accident s'est produit aux alentours de 10H30, quand le quadragénaire féru de sport, et qui s'était mis récemment au marathon, s'est effondré dans le jardin de la résidence familiale au retour d'un jogging.

"En fondant et animant le think tank Terra nova, il avait utilement contribué à alimenter le débat public. Il avait choisi de faire de la politique avec des idées et chacun, au-delà des clivages partisans, regrettera sa qualité humaine et son intégrité intellectuelle."

"Il a fait un arrêt cardiaque. Les pompiers n'ont pas réussi à le ranimer", a dit à l'AFP le premier secrétaire de la fédération du PS-13, Jean-David Ciot.

"Il est tombé dans son jardin, c'est sa mère qui l'a découvert", a expliqué, très ému, son suppléant Jean-Pierre Maggi, maire de Velaux, qui avait rendez-vous avec lui à 11H00.

L'élu, qui ne lui connaissait pas d'antécédents cardiaques, a rappelé qu'il "avait fait une campagne longue et rude": "Est-ce la fatigue accumulée ?", s'est-il demandé. "Il roulait à 100 à l'heure, dormait peu, bossait beaucoup", a-t-il ajouté, rappelant les "courses à pied" auxquelles le futur élu avait continué à participer pendant la campagne. "Il fallait qu'il coure".

A la mairie, une "cellule de crise", selon le terme de l'édile, a été ouverte, où se sont retrouvés des compagnons de campagne "sous le choc", a constaté un journaliste de l'AFP. Le député devait partager dimanche un repas de la victoire avec les militants, où étaient aussi attendues son épouse et leur fille de 12 ans.

Aux législatives, il l'avait emporté avec 40,48% des suffrages face à l'UMP (39,91%) et au FN (19,61%). Il sera remplacé sur les bancs de l'Assemblée par M. Maggi, 68 ans.

Il s'agissait du tout premier mandat légistatif pour Olivier Ferrand, haut fonctionnaire surdiplômé qui avait créé en 2008 le laboratoire d'idées Terra Nova.

" J'ai pu apprécier tout le talent de cet homme jeune, entreprenant, heureux de vivre, qui avait su, en créant Terra Nova, prendre une place originale et féconde dans le paysage intellectuel français et européen et a su aussi fédérer les énergies."

Ce think tank, et son président, qui fut un strauss-kahnien convaincu, prônent une orientation du PS vers la social-démocratie. Il est l'artisan de l'organisation de la primaire ouverte en 2011 pour la désignation du candidat socialiste à la présidentielle.

Un rapport de Terra Nova avait déclenché une vive polémique en mai 2011. Constatant un "divorce" entre la gauche et la classe ouvrière, il proposait de s'appuyer sur d'autres électorats. Une vision rejetée par la première secrétaire du PS Martine Aubry et l'aile gauche du parti.

Samedi, le président François Hollande a exprimé dans un communiqué sa "vive émotion" et salué un "brillant acteur de notre vie intellectuelle": "Il était l'un de ces talents dont la République pouvait s'enorgueillir, et dont l'avenir était plein de promesses".

L'Assemblée nationale "pleure la disparition d'un tout jeune député apprécié à la fois pour ses grandes qualités humaines et sa remarquable intelligence", a dit son président Claude Bartolone.

Martine Aubry a salué "un homme qui incarnait admirablement la génération du changement arrivée au Palais-Bourbon": la France "perd un homme pour qui l'engagement public n'était pas séparable du débat d'idées".

Lionel Jospin s'est dit "bouleversé par la disparition" de son ex-collaborateur à Matignon, "foudroyé peu après la magnifique campagne qui en avait fait un député des Bouches-du-Rhône porteur, avec d'autres, de promesses de rénovation".

Pour le Modem, "il était de ceux qui dépassent les clivages convenus. Il a su proposer des idées neuves, parfois étonnantes. Toujours innovantes."

La fédération socialiste du département a salué "ce jeune député, symbole du renouvellement du personnel politique dans les Bouches-du-Rhône".

Sur Twitter, l'ex-ministre UMP Roselyne Bachelot s'est dite "bouleversée" par la perte "d'un homme de grande qualité", et l'ex-ministre UMP Benoist Apparu, "très touché", a rappelé qu'ils avaient débattu vendredi à la télévision.

La députée PS des Hautes-Alpes Karine Berger, "à côté (de lui) toute la soirée" de vendredi, a confié sur le réseau social qu'il était alors "heureux, serein et volontaire".

Première publication : 30/06/2012

  • FRANCE

    Claude Bartolone, du "9-3" à la présidence de l'Assemblée nationale

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES 2012

    Lourde défaite pour Ségolène Royal à La Rochelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)