Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-orient

À Genève, l'ONU et la Ligue arabe débattent de l'avenir de la Syrie

Vidéo par Julie ALBET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2012

À Genève, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU ainsi que des représentants de la Ligue arabe vont tenter ce samedi de s'entendre sur les solutions à apporter à la crise syrienne.

AFP - Pour la première fois les chefs de la diplomatie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU se retrouvent samedi à Genève pour essayer de s'entendre sur une transition en Syrie et arrêter la spirale de la violence qui plonge chaque jour un peu plus le pays dans la guerre civile.

William HAGUE, Ministre britannique des Affaires étrangères

A l'initiative de l'émissaire spécial de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, cette réunion du "Groupe d'action sur la Syrie" offre un cadre inédit, détaché du formalisme du Conseil de sécurité, pour tenter de dégager un consensus sur les moyens d'appliquer le plan en six points adopté en avril et resté lettre morte sur le terrain.

Outre la Russie, les Etats Unis, la Chine, la France et la Grande Bretagne, les secrétaires généraux de l'ONU et de la Ligue arabe, l'Irak, le Qatar et le Koweit - dans le cadre de leurs fonctions tournantes au sein de la Ligue - ainsi que la Turquie et la Haut commissaire aux Affaires étrangères de l'Union européenne seront présents à Genève.

Offensive gouvernementale à Douma, près de Damas

L'armée a bombardé au mortier les grandes villes syriennes samedi, faisant 16 morts, annonce l'opposition. Des vidéos diffusées par des membres de l'opposition dans la ville de Daïr az Zour, dans l'Est, montrent de la fumée s'élevant d'immeubles d'habitations. Des bombardements ont également été signalés à Homs, Idlib et dans la banlieue de Damas.

Des habitants de Douma, à la périphérie nord-est de Damas, ont rapporté une offensive des forces gouvernementales pour reprendre la ville assiégée et pilonnée depuis des semaines. D'après ces témoins, des centaines de personnes fuient Douma alors que les forces proAssad ratissent les rues à la recherche d'insurgés. Ils font état de centaines de corps ensevelis sous les gravats des maisons.  (REUTERS)

Les objectifs du Groupe d'action sur la Syrie sont "d'identifier les étapes et les mesures pour assurer l'application complète du plan en six points et des résolutions 2042 et 2043 du Conseil de sécurité, y compris l'arrêt imédiat de la violence sous toutes ses formes", a indiqué l'émissaire.

"Le groupe d'action doit ausi se mettre d'accord sur des directives et des principes pour une transition politique menée par les Syriens qui satisfassent les aspirations légitimes du peuple syrien, et s'entendre pour faire de ces objectifs une réalité sur le terrain", a-t-il dit.

Cette réunion est née dans la douleur, objet de multiples tractations qui ont fait douter à plusieurs reprises de sa tenue, l'opposition se cristalisant entre Occidentaux et Russes sur la création d'un gouvernement de transition et sur les méthodes pour faire de ce plan une réalité.

La Russie voit de "très bonnes chances" de progresser dans le règlement de la crise à Genève, a finalement déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à l'issue d'entretiens vendredi à Saint-Pérzesbourg avec son homologue américaine, Hillary Clinton.

"Je peux dire en toute confiance que nous avons de très bonnes chances demain (samedi) à Genève de trouver un dénominateur commun et de faire un pas en avant", a dit M. Lavrov, ajoutant que la Russie et les Etats-Unis étaient d'accord pour que l'avenir de la Syrie soit décidé par "les Syriens eux-mêmes".

La décision des organisateurs de cette conférence de ne pas inviter "des acteurs aussi importants que l'Iran et l'Arabie Saoudite, des voisins directs de la Syrie tels le Liban et la Jordanie, ainsi que l'Organisation de coopération islamique" n'est "pas la meilleure", a cependant regretté le ministère russe dans un communiqué.

Pour tenter de resserrer les boulons un comité préparatoire de hauts fonctionnaires représentant tous les participants a travaillé toute la journée vendredi à Genève. Il a clos ces travaux dans l'après midi, signe que les prolongations n'ont pas été nécessaires.
 

Première publication : 30/06/2012

  • SYRIE

    Kofi Annan plaide pour un gouvernement d'union nationale à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie est confrontée à un "état de guerre", estime Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    "L'armée d'Assad peine de plus en plus à maintenir ses officiers"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)