Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

Les mausolées de Tombouctou victimes de la vindicte d'Ansar Dine

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/07/2012

Les islamistes d'Ansar Dine continuaient ce dimanche leur entreprise commencée la veille de destruction des mausolées de saints musulmans à Tombouctou. Ces mausolées, lieux de recueillement, sont considérés à Tombouctou comme des protecteurs.

AFP -  Des islamistes d'Ansar Dine, un des groupes armés contrôlant le nord du Mali, poursuivaient dimanche la destruction de mausolées de saints musulmans dans la ville de Tombouctou, classée patrimoine mondial en péril, en dépit du tollé qu'ont provoqué ces démolitions.
              
Après les mausolées de Sidi Mahmoud (nord de la ville), Sidi Moctar (nord-est) et Alpha Moya (est) samedi, les hommes d'Ansar Dine se sont attaqués dimanche matin à coups de houes et burins aux quatre mausolées, dont celui de Cheikh el-Kébir, situés dans l'enceinte du cimetière de Djingareyber (sud), selon un témoin présent sur les lieux.
              
Ils ont cassé le site, bâti en terre à l'instar de la quasi-totalité des édifices de cette ville à la lisière du désert, a dit ce témoin, employé d'un média local, en indiquant que de nombreux habitants assistaient, impuissants, à l'opération de destruction. "Ca fait mal, mais on ne peut rien faire. Les +fous+ sont armés", a-t-il ajouté.
              
Un habitant de Tombouctou, ancien opérateur touristique, a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat avoir entendu des islamistes évoquer une éventuelle démolition de mosquées: "Ce (dimanche) matin, les islamistes ont dit devant nous que s'il y a des saints dans les mosquées, ils vont détruire aussi ces mosquées".
              

Témoignage d'une habitante de Tombouctou : "C'est notre richesse, notre histoire qui est détruite".

Aucun responsable d'Ansar Dine n'a pu être joint à ce sujet.
              
Après le lancement des démolitions samedi, le porte-parole d'Ansar Dine à Tombouctou, Sanda Ould Boumama, avait expliqué à l'AFP que le groupe agissait "au nom de Dieu" et en représailles à la décision de l'Unesco, le 28 juin, d'inscrire Tombouctou sur la liste du patrimoine mondial en péril.
              
L'agence onusienne a estimé que la présence des islamistes mettait en danger cette ville mythique, comportant au total 16 cimetières et mausolées, qui est surnommée "la cité des 333 saints", en référence aux personnages vénérés de son passé qui y gisent.
              
Ces mausolées, avec des tombes portant des stèles et autres insignes funéraires, sont d'importants sites de recueillement. Les saints sont considérés à Tombouctou comme des protecteurs. Selon un expert malien spécialiste de l'histoire de Tombouctou et originaire de la ville, ils "représentent ceux que, dans la culture occidentale, on appelle saints patrons".
              
Ansar Dine va détruire "tous les mausolées sans exception. (...) Dieu, Il est unique. Tout ça, c'est +haram+ (interdit en islam)", avait dit Sanda Ould Boumama.           

Appel à une intervention

Samedi, l'Unesco avait déploré une "nouvelle tragique", et le gouvernement malien avait dénoncé "la furie destructrice assimilable à des crimes de guerre" du groupe islamiste armé Ansar Dine en menaçant les auteurs de ces actes de poursuites au Mali et à l'étranger.
              
La France, ex-puissance coloniale, a regretté une "destruction délibérée de mausolées de saints musulmans", en demandant la "fin de ces violences".
              


Dimanche, la ministre malienne de la Culture, Fadima Touré Diallo, présente à la réunion annuelle de l'Unesco à Saint-Petersbourg (Russie), a appelé les Nations unies "à prendre des mesures pour arrêter ces crimes contre l'héritage culturel" du Mali. Le chef de la diplomatie malienne Sadio Lamine Sow a de son côté entamé dimanche une visite en Algérie, pays voisin, pour discuter avec Alger de la situation au Mali entre autres sujets.
              
Le Maroc a réclamé "une intervention urgente" des Etats islamiques et de la communauté internationale pour protéger le riche patrimoine du Mali.
              
Tombouctou, Gao et Kidal (nord-est), les trois régions formant le Nord, sont depuis trois mois sous le contrôle des islamistes et de divers groupes armés qui ont profité de la confusion créée à Bamako par un coup d'Etat militaire le 22 mars.
              
Pour l'expert malien originaire de Tombouctou, Ansar Dine et ses alliés jihadistes dans le Nord "prétendent défendre un certain islam qui n'est pas celui, ouvert, tolérant" pratiqué au Mali et généralement en Afrique de l'Ouest.
              
"Ils ont horreur de tout ce qui a un lien avec le passé, ils ne veulent pas d'oeuvres qui ont un lien avec le passé", comme un mausolée ou un musée, alors que "chez nous, il y a une très grande place qu'on donne aux érudits, aux saints", a-t-il regretté.
              
Tombouctou compte trois grandes mosquées (Djingareyber, Sankoré et Sidi Yahia), joyaux architecturaux témoignant de son apogée, toutes trois sur la liste du patrimoine mondial.
              
"Il y a des saints enterrés dans les mosquées de Djingareyber et Sidi Yahia. Il n'y a pas de mausolées en tant que tel, mais des tombes très visibles", a dit l'expert de Tombouctou. La ville a été fondée entre le XIe et le XIIe siècles par des tribus touareg, et fut un grand centre intellectuel de l'islam et une cité commerçante prospère.

Première publication : 01/07/2012

  • MALI

    Des mausolées détruits par les islamistes d'Ansar Dine à Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Après Gao, les islamistes d'Ansar Dine chassent les Touareg de Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Le nord du Mali en proie à une grave crise alimentaire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)