Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

SPORT

Euro-2012 : quelles retombées économiques pour l'Ukraine et la Pologne ?

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2012

La fin de l'Euro-2012 sifflée, la Pologne et l'Ukraine, co-organisateurs de la compétition, pensent déjà aux retombées économiques qu'elle a engendrées. Analyse avec Vincent Chaudel, directeur de la communication et du marketing chez Kurt Salmon.

Tandis que l'Espagne fête ses héros au lendemain de sa victoire 4 à 0 en finale de l'Euro-2012 contre l'Italie, l’Ukraine et la Pologne poussent un "ouf" de soulagement. Très critiquée avant le début de la compétition, l'organisation de l'évènement a finalement été unanimement saluée. À l’heure du bilan, les deux pays s’attendent à profiter des retombées économiques de l’Euro. Directeur de la communication et du marketing au sein du cabinet de conseil Kurt Salmon, Vincent Chaudel répond aux questions de FRANCE 24.

 
FRANCE 24 : Peut-on affirmer que l’organisation de l’Euro-2012 est une opération rentable pour la Pologne et pour l’Ukraine ?
 
Vincent CHAUDEL
Vincent Chaudel : C’est toujours le cas pour les pays organisateurs, mais à moyen et à long terme, car la rentabilité de l'évènement n’est pas immédiate. L’organisation d’une grande compétition comme une Coupe du monde, des Jeux olympiques ou un Euro est toujours bénéfique car cela permet de déclencher des investissements très importants dans des infrastructures qui vont changer le paysage du pays (les investissements ukrainiens liés à l’Euro ont atteint 11 milliards d'euros, soit 1,7 % du PIB, NDLR). Ils permettent également d’améliorer les équipements existants tels que l’hébergement et les transports (1 000 km d'autoroutes, 2 000 km de voies express et plus de 600 km de voies ferrées ont été construites ou modernisées en Pologne, NDLR), voire d’accélérer leur modernisation et leur développement. À titre d’exemple, sans les JO d’hiver d’Albertville, en 1992, le TGV qui nous emmène chaque hiver pour aller skier sur les pistes françaises aurait été créé bien plus tard. Ainsi, la Pologne, pays membre de l’Union européenne, a pu bénéficier de fonds structurels indirectement liés à l’Euro-2012 pour aider à améliorer des infrastructures telles que des aéroports.
 
L’organisation d’un tel évènement peut-il, a contrario, aggraver une situation économique délicate ?
 
V. C. : L’organisation d’une grande compétition est profitable aux pays émergents, je pense notamment au Brésil qui accueillera la Coupe du monde en 2014 et les Jeux d'été en 2016. En revanche, elle est déconseillée lorsqu’un pays est en grande difficulté économique. Les JO d’Athènes, en 2004, ont porté un coup fatal à l’économie de la Grèce et ont contribué à compliquer sa situation en terme d’endettement. On peut même parler d’un coup de grâce qui lui a été porté à la suite des excès liés à la mauvaise gestion de ce dossier.
 
Des bénéfices sont-ils également à attendre en matière touristique ?
 
V. C. : Cet Euro a offert à la Pologne et à l’Ukraine une campagne publicitaire mondiale. C'est le rêve de n’importe quel office du tourisme de toucher autant de monde sur toute la planète. Souvent caricaturée comme un pays austère de l’ex-bloc communiste ou encore comme le théâtre de la catastrophe de Tchernobyl, l’Ukraine a pu redorer son blason. Même si tout n’est pas encore parfait - une représentation sulfureuse de ce pays subsiste à cause de la prostitution et de l’insécurité -, Kiev peut capitaliser sur les retombées de l’Euro pour continuer à parfaire son image.

 

 

Première publication : 02/07/2012

Comments

COMMENTAIRE(S)