Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à l'âge de 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Amériques

Le conservateur Peña Nieto remporte facilement l'élection présidentielle

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/07/2012

Avec le succès d'Enrique Peña Nieto, le PRI récupère un pouvoir qu'il a exercé pendant 71 ans avant d'en être écarté, en 2000. Le parti conservateur a bénéficié de l’incapacité du gouvernement sortant à rétablir la sécurité et à relancer l'économie.

REUTERS - Enrique Pena Nieto a largement remporté dimanche l'élection présidentielle au Mexique dont il était favori, scellant le grand retour du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) au pouvoir après une parenthèse de douze années dans l'opposition, selon un premier décompte officiel.

L'ancien président Calderon félicite Pena Nieto

L'équipe de campagne de Pena Nieto a immédiatement revendiqué la victoire en s'appuyant sur les estimations fournies par les chaînes de télévision qui lui donnaient une avance de cinq à onze points sur son rival de gauche, Andres Manuel Lopez Obrador, dans ce scrutin uninominal à un tour.

Josefina Vazquez Mota du Parti de l'action nationale (PAN) au pouvoir arrive en troisième position.

Un premier décompte officiel donnait un score compris entre 37,9 et 38,55% des voix pour le candidat du PRI devant Lopez Obrador crédité de 30,9 à 31,86% tandis que Vazquez Mota obtiendrait entre 25,1 et 26,0%, selon les chiffres rendus publics par l'Institut électoral fédéral (IEF).

"Il s'agit d'une victoire retentissante", a commenté Luis Videgaray, directeur de campagne du candidat du PRI, précisant espérer que son parti puisse également avoir une majorité à la chambre basse et à la chambre haute du parlement.

Pena Nieto a, lui, attendu l'annonce de l'IEF pour se proclamer vainqueur.

"Le nouveau gouvernement aura la grande responsabilité de tenir ses promesses et ses engagements. Mon parti agira avec responsabilité et s'assurera que cela soit le cas", a lancé Vazquez Mota à ses partisans.

La candidate du PAN a largement pâti de l'incapacité du président sortant Felipe Calderon à combattre efficacement le trafic de drogue et à relancer une forte croissance économique.

"Nieto veut changer l'image du PRI"

Calderon a félicité son successeur pour sa victoire tandis que Lopez Obrador a déclaré qu'il convenait d'attendre la publication des résultats définitifs.

"Nous n'avons pas encore dit notre dernier mot", a déclaré le candidat de la gauche devant ses partisns.

Retour du PRI

Avec ce succès de Pena Nieto, 45 ans, le PRI récupère un pouvoir qu'il a exercé pendant 71 ans avant de le perdre en 2000 au profit du Parti de l'action nationale et de son candidat Vicente Fox.

Émission FOCUS : Les défis d'Enrique Peña Nieto
Officiellement entré dans la course il y a quelques mois seulement, Pena Nieto avait fait campagne sur l'ouverture à des investisseurs étrangers de la compagnie Pemex, nationalisée en 1938 et qui possède le monopole de l'exploitation pétrolière au Mexique.

Il avait également promis une hausse des recettes fiscales et une libéralisation du marché du travail.

"Il est temps pour le PRI de revenir. Ce sont les seuls qui savent gouverner", a commenté une électrice de Cancun. "Le PRI est solide, ils ne vont pas laisser le trafic de drogue se développer".

D'autres électeurs craignent au contraire que l'élection de Pena Nieto marque un retour aux années les plus noires du gouvernement PRI.

"C'est toujours le même parti et les gens qui votent pour lui ont l'illusion qu'ils vont vivre heureux toute leur vie comme dans les feuilletons télévisés", a estimé un ingénieur de Mexico.

La victoire du PAN en 2000, puis en 2006 avec Felipe Calderon, avait sanctionné un parti soupçonné de corruption généralisée, de fraude électorale et d'autoritarisme.

En perte d'audience dans la population, le PRI avait terminé troisième de la course présidentielle il y a six ans, mais en se donnant un nouveau chef de file, il a su remobiliser son électorat.

Dans un pays où les violences liées au trafic de drogue ont fait plus de 50.000 morts depuis décembre 2006, Pena Nieto a également fait campagne sur le thème du rétablissement de la sécurité dans les centres urbains.

Première publication : 02/07/2012

  • MEXIQUE

    En proie au narcotrafic, le Mexique élit son nouveau président

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MEXICAINE

    "La victoire du PRI ne sera pas synonyme d'un retour à la dictature"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)