Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leur frontière aérienne avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

Moyen-orient

L'opposition se réunit au Caire pour discuter de l'après-Assad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/07/2012

Rejetant la proposition des membres du Conseil de sécurité visant à la constitution d'un gouvernement de transition malgré les violences, l'opposition syrienne se réunit, lundi au Caire, pour réfléchir à une vision commune de "l'après-Assad".

AFP - Des opposants syriens se réunissent lundi au Caire pour tenter d'élaborer une vision commune de l'après-Assad, après avoir rejeté une feuille de route internationale prévoyant un gouvernement de transition malgré la poursuite des violences.

L'armée syrienne a poursuivi lundi le bombardement des quartiers rebelles de la ville syrienne de Homs (centre), où des médecins se voient forcés d'amputer des blessés en raison du manque d'aide médicale, selon des militants.

"Les gens ne peuvent pas sortir, les bombardements ne s'arrêteront pas, il y a des tanks partout", a raconté Khaled al-Tellawy, un militant de Homs contacté via Skype

L'accord de Genève critiqué de toutes parts

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus d'un millier de familles sont bloquées et manquent de tout dans certains quartiers de la ville où le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant rouge syrien ont tenté à plusieurs reprises d'entrer, en vain.

Dimanche, 79 personnes ont péri dans les violences, selon un décompte de l'OSDH, dont 38 civils, 28 soldats et 13 rebelles.

Un cessez-le-feu décrété le 12 avril est resté lettre morte, et les violences se sont intensifiées ces dernières semaines au point que les observateurs déployés par l'ONU pour surveiller la trêve ont suspendu leurs opérations.

Dans la capitale égyptienne, des ministres de pays arabes devraient participer à la réunion de l'opposition qui devait s'ouvrir en fin de matinée et durer deux jours.

L'objectif est de "parvenir à une vision unifiée concernant la période de transition et l'avenir de la Syrie", avait indiqué à l'AFP Georges Sabra, porte-parole du Conseil national syrien (CNS).

Cette coalition, la principale formation de l'opposition à l'étranger, participera à la réunion.

En revanche, les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), force armée d'opposition principalement composée de soldats déserteurs, ont annoncé leur intention de boycotter la rencontre, la qualifiant de "complot" et rejetant toute négociation avec le régime, indique un communiqué signé de l'ASL et de militants "indépendants".

Ils reprochent aux participants de "refuser l'idée d'une intervention militaire étrangère pour sauver le peuple" et "ignorer la question des zones tampons protégées par la communauté internationale, des corridors humanitaires, de l'embargo aérien et de l'armement des rebelles".

"La conférence du Caire vise à donner une nouvelle chance à l'émissaire Kofi Annan pour manoeuvrer de nouveau pour convaincre Assad d'appliquer son plan (...), oubliant que des milliers de personnes sont tombées en martyrs depuis le début de l'application de ce plan", le 12 avril, déplore le communiqué.


Ces opposants rejettent "les dangereuses décisions de la conférence de Genève qui visent à sauver le régime, à dialoguer avec lui et à former un gouvernement d'union avec les assassins de nos enfants".

Samedi à Genève, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Chine, Russie, France et Grande-Bretagne) mais aussi la Turquie et des pays représentant la Ligue arabe se sont accordés sur les principes d'une transition en Syrie, où la révolte contre M. Assad tourne au conflit armé.

Le Groupe d'action sur la Syrie est parvenu à un accord sur un gouvernement de transition politique qui pourra inclure des membres du gouvernement actuel et de l'opposition, et doit être formé sur la base d'un consentement mutuel.

La presse officielle syrienne et des opposants avaient qualifié dimanche cet accord d'échec, et la poursuite des violences semble le rendre difficilement applicable.

Sur sa page Facebook, Burhan Ghalioun, ancien chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a qualifié de "farce" l'accord de Genève, qui revient à demander aux Syriens de négocier avec "leur bourreau, qui n'a pas cessé de tuer, torturer (...) ou violer des femmes".

Dans un communiqué, le CNS a souligné que l'accord ne prévoyait "pas de mécanisme de travail clair ni de calendrier, laissant le régime impuni", réclamant à nouveau "le départ de Bachar al-Assad et de sa clique".

Les autorités syriennes n'ont pas commenté cet accord, mais la presse officielle parlait elle aussi d'"échec", car il n'est "pas basé sur l'avis du peuple syrien".

Les membres du Groupe d'action eux-mêmes ont divergé sur l'interprétation de l'accord, les Etats-Unis estimant qu'il ouvrait la voie à l'ère "post-Assad" tandis que la Russie et la Chine, alliés du président Assad, réaffirmaient qu'il revenait aux Syriens de choisir leur avenir.

En plus de 15 mois de révolte, la répression et, depuis quelques mois, les combats entre armée et rebelles ont fait plus de 15.800 morts, en majorité des civils, selon l'OSDH.
 

Première publication : 02/07/2012

  • SYRIE

    Pour le CNS, l'accord de Genève est "vague" malgré "des points positifs"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Accord à Genève sur les principes d'une transition politique en Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Genève, l'ONU et la Ligue arabe débattent de l'avenir de la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)