Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Afrique

La coalition du président Macky Sall en position favorable

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/07/2012

Benno Bokk Yakaar, la coalition qui soutient le nouveau président sénégalais Macky Sall, semble en passe d'obtenir la majorité au Parlement, selon des résultats partiels. Les chiffres définitifs sont attendus pour mardi.

AFP - La coalition soutenant le président sénégalais Macky Sall s'acheminait lundi vers une large victoire aux législatives de dimanche, permettant ainsi au chef de l'Etat élu le 25 mars de pouvoir mener sa politique de "rupture" d'avec celle de son prédécesseur Abdoulaye Wade.

Ce scrutin n'a cependant pas enthousiasmé les électeurs: selon de premiers chiffres officieux obtenus par l'AFP de source proche de la Commission électorale nationale autonome (Céna), le taux de participation tourne autour de 37% après dépouillement de 20% des bulletins.

Ce taux, s'il devait être confirmé, serait nettement en baisse par rapport au second tour de la présidentielle du 25 mars (55%) mais légèrement plus élevé que celui des dernières législatives de 2007 (34,7%), boycottées par l'opposition pour exiger des réformes électorales.

Les premiers résultats officiels provisoires sont attendus mardi, mais les chiffres compilés à Dakar et en province par les médias locaux, dont l'Agence de presse sénégalaise (APS, publique), plaçaient en tête la coalition présidentielle "Benno bokk yaakkar" ("Unis pour un même espoir", en langue wolof).

Elle obtiendrait au moins 100 députés sur 150, selon ces premiers résultats officieux.

La coalition présidentielle est suivie du Parti démocratique sénégalais (PDS) d'Abdoulaye Wade, qui n'était pas candidat, et de la coalition "Bokk gis gis" ("Vision commune", en wolof), coalition de dissidents du PDS dont le président du Sénat, Pape Diop, et celui de l'Assemblée nationale, Mamadou Seck, ainsi que des anciens ministres et directeurs de sociétés publiques.

Au moins trois listes menées par d'influents chefs religieux musulmans devraient également faire leur entrée ou renforcer leur présence à l'Assemblée nationale, dans un pays laïc, mais à 95% musulman.

Vingt quatre listes de partis et coalitions étaient en lice à ce scrutin devant renouveler l'Assemblée nationale sortante, largement dominée par le PDS.

"Gifle à la classe politique"

Elles avaient lieu trois mois après la victoire écrasante (65% des voix) à la présidentielle de Macky Sall face à Abdoulaye Wade, chef d'Etat vieillisant très contesté à la fin de son règne, qui était au pouvoir depuis douze ans.

Le chef de l'Etat avait souhaité une victoire de son camp pour disposer d'une majorité à l'Assemblée nationale lui permettant de mettre en oeuvre sa politique affichée de "rupture" par rapport aux années Wade, ainsi que des mesures économiques en faveur du développement et de lutte contre la pauvreté.

"Les dépités boudent les urnes", titrait lundi Sud quotidien (privé), jeu de mots traduisant le dépit d'électeurs démobilisés.

Pour ce journal, "ce qui vient de se passer ce 1er juillet est une gifle à toute la classe politique. Le pied de nez est manifeste" et "la démocratie gagnerait à très rapidement tourner la page des législatives".

La forte abstention prévisible peut s'expliquer par divers facteurs, selon les observateurs: l'idée selon laquelle l'étape décisive avait été franchie avec la défaite d'Abdoulaye Wade en mars, la mauvaise image de députés considérés privilégiés et peu assidus, la présence d'un trop grand nombre de listes, dix de plus qu'en 2007.

Un chiffre est très attendu, celui du nombre de femmes qui seront présentes à l'Assemblée nationale, actuellement au nombre de 33.

Elle devraient théoriquement être beaucoup plus nombreuses, grâce à une loi adoptée en mai 2010 qui instaure la parité absolue dans toutes les institutions totalement ou partiellement électives.

Première publication : 02/07/2012

  • LÉGISLATIVES SÉNÉGALAISES

    Les divisions de l’opposition favorisent la coalition présidentielle

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La France et le Sénégal signent des accords économique et militaire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)