Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

Afrique

La coalition du président Macky Sall en position favorable

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/07/2012

Benno Bokk Yakaar, la coalition qui soutient le nouveau président sénégalais Macky Sall, semble en passe d'obtenir la majorité au Parlement, selon des résultats partiels. Les chiffres définitifs sont attendus pour mardi.

AFP - La coalition soutenant le président sénégalais Macky Sall s'acheminait lundi vers une large victoire aux législatives de dimanche, permettant ainsi au chef de l'Etat élu le 25 mars de pouvoir mener sa politique de "rupture" d'avec celle de son prédécesseur Abdoulaye Wade.

Ce scrutin n'a cependant pas enthousiasmé les électeurs: selon de premiers chiffres officieux obtenus par l'AFP de source proche de la Commission électorale nationale autonome (Céna), le taux de participation tourne autour de 37% après dépouillement de 20% des bulletins.

Ce taux, s'il devait être confirmé, serait nettement en baisse par rapport au second tour de la présidentielle du 25 mars (55%) mais légèrement plus élevé que celui des dernières législatives de 2007 (34,7%), boycottées par l'opposition pour exiger des réformes électorales.

Les premiers résultats officiels provisoires sont attendus mardi, mais les chiffres compilés à Dakar et en province par les médias locaux, dont l'Agence de presse sénégalaise (APS, publique), plaçaient en tête la coalition présidentielle "Benno bokk yaakkar" ("Unis pour un même espoir", en langue wolof).

Elle obtiendrait au moins 100 députés sur 150, selon ces premiers résultats officieux.

La coalition présidentielle est suivie du Parti démocratique sénégalais (PDS) d'Abdoulaye Wade, qui n'était pas candidat, et de la coalition "Bokk gis gis" ("Vision commune", en wolof), coalition de dissidents du PDS dont le président du Sénat, Pape Diop, et celui de l'Assemblée nationale, Mamadou Seck, ainsi que des anciens ministres et directeurs de sociétés publiques.

Au moins trois listes menées par d'influents chefs religieux musulmans devraient également faire leur entrée ou renforcer leur présence à l'Assemblée nationale, dans un pays laïc, mais à 95% musulman.

Vingt quatre listes de partis et coalitions étaient en lice à ce scrutin devant renouveler l'Assemblée nationale sortante, largement dominée par le PDS.

"Gifle à la classe politique"

Elles avaient lieu trois mois après la victoire écrasante (65% des voix) à la présidentielle de Macky Sall face à Abdoulaye Wade, chef d'Etat vieillisant très contesté à la fin de son règne, qui était au pouvoir depuis douze ans.

Le chef de l'Etat avait souhaité une victoire de son camp pour disposer d'une majorité à l'Assemblée nationale lui permettant de mettre en oeuvre sa politique affichée de "rupture" par rapport aux années Wade, ainsi que des mesures économiques en faveur du développement et de lutte contre la pauvreté.

"Les dépités boudent les urnes", titrait lundi Sud quotidien (privé), jeu de mots traduisant le dépit d'électeurs démobilisés.

Pour ce journal, "ce qui vient de se passer ce 1er juillet est une gifle à toute la classe politique. Le pied de nez est manifeste" et "la démocratie gagnerait à très rapidement tourner la page des législatives".

La forte abstention prévisible peut s'expliquer par divers facteurs, selon les observateurs: l'idée selon laquelle l'étape décisive avait été franchie avec la défaite d'Abdoulaye Wade en mars, la mauvaise image de députés considérés privilégiés et peu assidus, la présence d'un trop grand nombre de listes, dix de plus qu'en 2007.

Un chiffre est très attendu, celui du nombre de femmes qui seront présentes à l'Assemblée nationale, actuellement au nombre de 33.

Elle devraient théoriquement être beaucoup plus nombreuses, grâce à une loi adoptée en mai 2010 qui instaure la parité absolue dans toutes les institutions totalement ou partiellement électives.

Première publication : 02/07/2012

  • LÉGISLATIVES SÉNÉGALAISES

    Les divisions de l’opposition favorisent la coalition présidentielle

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La France et le Sénégal signent des accords économique et militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)