Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Moyen-orient

"La Turquie n'a aucun intérêt à rentrer en guerre avec la Syrie"

Vidéo par Assia SHIHAB , Kadir DEMIR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2012

Suite à la destruction d'un avion turc par l'armée syrienne, Ankara a riposté en déployant des forces à la frontière des deux pays. Mais la Turquie s'engagera-t-elle vraiment dans un conflit armé ? Rien n'est moins sûr.

La Turquie prépare-t-elle une riposte militaire contre Damas ? Depuis que l’armée syrienne a abattu le 22 juin un avion des forces aériennes turques au large de ses côtes, la tension est montée d'un cran entre les deux pays qui partagent une frontière de plus de 900 kilomètres et qui entretiennent des relations difficiles depuis le début e

Avion turc abattu: Bachar al-Assad "regrette à 100%"

AFP - Le président syrien Bachar al-Assad a regretté que la défense de son pays ait abattu, le 22 juin, un avion de combat turc, affirmant dans un entretien au journal turc Cumhuriyet publié mardi que l'appareil volait dans un espace utilisé dans le passé par des avions israéliens.

"L'avion volait dans un couloir aérien utilisé trois fois par le passé par l'aviation israélienne", a dit le président syrien, regrettant "à 100%" cet incident qui a fait monter d'un cran les tensions entre la Turquie et la Syrie.

n mars 2011 de la révolte syrienne. Ankara, qui soutient ouvertement l'opposition syrienne, a affirmé qu'elle agirait avec détermination face à Damas.

 
Les images de blindés et de batteries de missiles turcs faisant mouvement en direction de la frontière syrienne la semaine dernière nourrissent les spéculations. D’autant plus qu’un haut responsable rebelle a affirmé le 29 juin à l’AFP que l’armée syrienne a massé des troupes, "2 500 soldats et 170 véhicules et chars", à 15 kilomètres de la frontière avec la Turquie. Néanmoins, si la tension entre les deux voisins a rarement été aussi forte, l’hypothèse d’une riposte armée turque est toutefois jugée peu crédible.
 
"La Turquie n'a aucun intérêt à rentrer en guerre avec la Syrie, mais elle joue un rôle important dans la dynamique pour renverser le régime. Elle mène indirectement une guerre secrète contre son voisin en soutenant l'opposition par tous les moyens possibles", explique à FRANCE 24, Soli Ozel, profes s eur de relations internationales à l' université Kadir Has à Istanbul.
 
"Le moral de l'armée est mauvais"
 
Le déploiement de forces turques à la frontière serait d'abord un message de dissuasion, même si la Turquie a prévenu que l'armée ouvrira le feu au moindre incident. Selon les experts, cette action reste de l’ordre du symbole. "Ankara veut montrer qu'elle fait quelque chose, la Syrie est un objet d'humiliation pour le parti AKP au pouvoir. Il a condamné Assad, lui a dit de partir et il est toujours là", juge de son côté Gareth Jenkins, analyste au Silk Road Studies Program à l’université John Hopkins à Washington.

 
Enfin, ce dernier avance un autre argument pour écarter la thèse de la riposte militaire : l’état de marche des troupes turques, qui serait loin d’être optimal. À l’instar de l’état-major de l’armée qui a souffert d'une mise au pas par le pouvoir civil. "Le moral de l'armée est mauvais, beaucoup de généraux et d'amiraux sont en prison, et elle est déjà en guerre contre les Kurdes du PKK. Ce serait très difficile pour elle de se battre sur un autre front", poursuit Gareth Jenkins.
 
Ces dernières années ont en effet été marquées par un bras de fer entre l'AKP et l'armée qui a dû faire face à des arrestations en série. Près de 15% des officiers sont actuellement jugés pour leur implication dans différents complots présumés contre le gouvernement. Une victoire politique pour le président Recep Tayyip Erdogan, mais un coup dur porté à l'institution militaire
 
"Il y a 68 généraux et amiraux en prison mais il y a aussi des centaines de colonels emprisonnés. C'est très perturbant pour l'organisation, il ne peut pas en être autrement", conclut l’expert américain.
 

 

Première publication : 02/07/2012

  • TURQUIE

    La Turquie prévient Damas qu'elle ripostera en cas de violation de ses frontières

    En savoir plus

  • SYRIE

    De hauts gradés syriens désertent pour se rendre en Turquie

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie abat un avion de combat turc en Méditerranée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)