Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

Perquisitions au bureau et au domicile de Nicolas Sarkozy

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/07/2012

La brigade financière et un juge en charge de l'affaire Bettencourt ont perquisitionné mardi le bureau et le domicile parisien de Nicolas Sarkozy, soupçonné d'avoir bénéficié d'un financement illicite lors de la campagne électorale de 2007.

AFP - Le bureau de la rue de Miromesnil mis à la disposition de Nicolas Sarkozy et son domicile du XVIe arrondissement de Paris ont été perquisitionnés mardi matin par un juge en charge de l'affaire Bettencourt, selon des sources concordantes et l'avocat de l'ex-président.

Les explications de Gérard Davet, reporter au journal Le Monde

Une dizaine de policiers de la brigade financière accompagnaient le juge d'instruction bordelais Jean-Michel Gentil, a précisé à l'AFP une de ces sources, proche de l'enquête. Le juge s'intéresse à un éventuel financement politique illicite de la campagne présidentielle de 2007 de M. Sarkozy.

Ces opérations ont été menées en l'absence de M. Sarkozy, "parti (lundi) en famille au Canada", a indiqué son avocat, Me Thierry Herzog, dans un communiqué transmis à l'AFP, selon qui ces perquisitions "se révèleront être (...) des actes inutiles".

Lemonde.fr, qui a révélé ces perquisitions avec France Inter, a également évoqué une perquisition au cabinet d'avocats dont M. Sarkozy était un associé, ce qui n'a pas été confirmé par les sources interrogées par l'AFP.

"En l'absence de M. Nicolas Sarkozy, parti hier en famille au Canada, comme cela était annoncé de longue date", le juge Gentil "a perquisitionné ce jour son domicile et les locaux mis à sa disposition par la République", a expliqué Me Herzog.

Christian Estrosi, ancien ministre UMP : "C'est de la justice spectacle."
"Ces perquisitions, alors qu'avaient été envoyés à ce magistrat, depuis 15 jours, tous les éléments nécessaires, se révèleront être, ce qu'on peut en attendre, des actes inutiles", selon l'avocat, qui explique avoir envoyé le 15 juin "les extraits certifiés conformes de l'agenda de M. Nicolas Sarkozy pour l'année 2007".

Ces documents démontrent selon lui "l'impossibilité absolue de prétendus +rendez-vous secrets+ avec Mme Liliane Bettencourt", selon Me Herzog.

L'avocat précise avoir, dans ce courrier, informé le juge Gentil "que la totalité des déplacements et des lieux, où s'était rendu M. Nicolas Sarkozy durant l'année 2007, l'avait été sous le contrôle des fonctionnaires de police chargés d'assurer sa sécurité".

Il explique avoir de nouveau écrit au magistrat ce mardi pour lui donner l'identité de ces policiers, "afin qu'ils puissent certifier qu'il n'y a eu qu'un seul rendez-vous le 24 février 2007, à son domicile, avec M. André Bettencourt", époux défunt de Mme Bettencourt.

Première publication : 03/07/2012

  • FRANCE

    À peine son immunité levée, Sarkozy contre-attaque dans l'affaire Bettencourt

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Patrice de Maistre voit sa demande de libération rejetée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Bettencourt : Éric Woerth mis en examen pour recel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)