Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande, Macron, passage de témoin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences dans le Kasaï : le pouvoir congolais est responsable, selon Félix Tshisekedi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mossoul et Raqqa, des batailles perdues pour les jihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel en France : une nouvelle ère ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

FRANCE

Ayrault promet un pacte pour la croissance, la compétitivité et l'emploi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2012

Lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale ce mardi, le Premier ministre a évoqué les grands chantiers pour les cinq ans à venir. Sur fond de crise économique, il a promis de mener le "combat" de la croissance.

AFP - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a proposé mardi un "pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi" afin de "mettre un terme" au "décrochage" industriel de la France, lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée.

Ce pacte "sera au coeur de la conférence sociale" organisée les 9 et 10 juillet avec les partenaires sociaux, associations et collectivités territoriales, a-t-il précisé.

En 10 ans, "la part de l'industrie dans la richesse produite en France a été divisée par 2" et "750.000 emplois industriels ont été perdus". "Mon gouvernement entend mettre un terme à ce décrochage! C'est le sens du +pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi+ que je vous propose", a dit M. Ayrault.

Le Premier ministre a expliqué que son gouvernement mènerait le "combat" de la croissance en France en menant une politique de "redressement productif", en même temps qu'il se battra, sur le "front européen", pour une "réorientation de la politique de l'Union".

Le redressement productif, a-t-il dit, "c'est d'abord la volonté de rompre avec la désindustrialisation qui est à l'oeuvre" et "un plan de reconquête industrielle sera prochainement présenté" avec "pour ambition de repositionner la France au meilleur niveau mondial".

Le redressement productif concernera "tous les secteurs économiques: les services, l'industrie, l'agriculture et l'industrie agroalimentaire, l'économie maritime, le tourisme et la culture, l'économie numérique, la recherche, l'économie sociale et solidaire". Très prochainement, un "plan pour la filière automobile" sera dévoilé, a-t-il ajouté.

"La compétitivité structurelle est l'une des clés essentielles du redressement" mais "la croissance et la compétitivité, que nous voulons conforter, doivent être au service de l'emploi", affirme le Premier ministre.

Alors que "près de trois millions de salariés ne retrouvent pas de travail", "la bataille de l'emploi" est "un impératif de chaque instant" pour le gouvernement, l'une de ses "trois priorités" avec la "jeunesse" et "la lutte contre la vie chère", a insisté M. Ayrault.

"Pour les travailleurs les moins qualifiés, la maîtrise du coût du travail reste un enjeu essentiel. Mais mon gouvernement ne sacrifiera pas le pouvoir d'achat des Français", a-t-il poursuivi.

Les PME aussi "seront l'objet d'un soutien déterminé" et leur croissance "doit être encouragée", a-t-il dit.



Première publication : 03/07/2012

  • FRANCE

    Revivez le discours de politique générale d'Ayrault à l'Assemblée

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Cour des comptes préconise une réduction drastique des dépenses publiques

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les effectifs et les dépenses de l'État resteront stables entre 2013 et 2015

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)