Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle: le double 21 avril"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

Economie

Le directeur général de Barclays démissionne à son tour

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2012

Au lendemain du départ de Marcus Agius, président de l'établissement, le directeur général de Barclays, Bob Diamond (photo), démissionne. Il est accusé de manipulations de taux dont les ramifications s'étendraient à d'autres banques dans le monde.

REUTERS - Le directeur général de Barclays Bob Diamond a démissionné mardi avec effet immédiat, à la suite d'un scandale relatif à des manipulations de taux dont les ramifications s'étendent à plusieurs autres établissements de par le monde.

La troisième banque britannique précise que le président Margus Agius, lui-même démissionnaire depuis lundi, sera chargé de lui trouver un successeur. Lui-même avait dit lundi qu'il resterait en place le temps de dénicher son propre successeur.

"La pression extérieure qui s'exerce sur Barclays atteint un degré tel que le nom risque d'en pâtir; il est hors de question que je laisse faire", explique Diamond dans un communiqué.

Barclays devra verser 453 millions de dollars de dédommagements aux autorités britanniques et américaines pour mettre un terme aux poursuites engagées contre la banque pour manipulation du Libor, un taux interbancaire de référence.

Le ministre des Finances britannique George Osborne a déclaré lundi que la commission d'enquête parlementaire sur les banques mise en place après le scandale du Libor devrait rendre ses conclusions d'ici la fin de l'année pour permettre au gouvernement de modifier le droit existant.

Il a salué ce mardi la démission de Diamond, espérant qu'elle constitue un premier pas vers une nouvelle culture de responsabilité dans le secteur bancaire.

"Je pense que c'est la bonne décision pour Barclays et pour le pays parce qu'il est nécessaire que Barclays se focalise sur le crédit à notre économie et n'en soit pas détournée par cette dispute sur qui doit être aux commandes", a-t-il dit à la BBC.

Autre élément de la tourmente qui agite actuellement le secteur bancaire britanniques, les quatre principales banques du pays ont accepté de verser des dédommagements à leurs clients, en l'occurence des PME, pour les avoir mal informées sur des produits de couverture de taux.

Dans les premiers échanges, le titre Barclays gagnait 1,2% alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes prenait 0,58%.
 

Première publication : 03/07/2012

  • FINANCE

    Royaume-Uni : quand le Libor ébranle la City

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    "Je ne crois pas au grand soir dans le secteur bancaire"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)