Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Angela Merkel à Kiev pour arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

Economie

Le FMI refuse d’aider une Autorité palestinienne de plus en plus exsangue

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/07/2012

Pour la première fois, l'Autorité palestinienne, qui est au bord de la banqueroute, a reçu l'aide d'Israël pour tenter de décrocher un prêt d'un milliard de dollars auprès du Fonds monétaire international (FMI). Sans succès.

C’est une bien mauvaise nouvelle pour l’Autorité palestinienne. Le Fonds monétaire international (FMI) aurait refusé de lui accorder un prêt de 100 millions de dollars, revèle le quotidien de gauche Haaretz, du lundi 3 juillet. Un refus qui n’a pas été motivé par des raisons économiques, alors que la Cisjordanie et Gaza traversent leur “pire crise économique depuis 1994”, selon Ahmed Majdalani, ministre palestinien du Travail.

Le FMI a, en fait, invoqué son règlement : il ne peut prêter à une entité non étatique et ne voulait pas créer “un dangereux précédent”. Tant que les Palestiniens n’auront pas d’État reconnu au plan international, ils ne pourront donc pas compter sur le soutien financier du principal bailleur de fonds mondial.

Pourtant, l’appel à l’aide ne provenait même pas des Palestiniens. C’est Israël - une première - qui est à l'origine de cette demande.

Car la situation palestinienne est urgente - même Israël le reconnaît. Dans sa demande au FMI, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a évoqué un “risque d’effondrement de l’Autorité palestinienne”. “C’est un scénario qu’Israël veut éviter pour des raisons sécuritaires”, souligne le quotidien Haaretz pour expliquer l’intérêt de l’État hébreu à agir en intermédiaire de son voisin.

Rapide et brutale

La Banque mondiale avait déjà tiré la sonnette d’alarme, en mars dernier, dans son rapport sur l’économie palestinienne. L’institution internationale y relèvait qu’il manquait actuellement à l’autorité palestinienne 1,1 milliard de dollars pour assurer la continuité des services publices. “Nos fonds disponibles ne nous permettent de payer ni les salaires des fonctionnaires ce mois-ci, ni nos factures aux entreprises privées”, a confirmé Ahmed Majdalani mardi à l’AFP.

La chute économique des territoires palestiniens a été rapide et brutale. En 2010, la croissance palestinienne était encore de 8% contre 5,2% en 2011. “Si on regarde simplement les indicateurs économiques, la Palestine a eu de très bons résultats entre 2008 et 2010 avec un taux de croissance de 8% en moyenne, alors que nous nous attendions plutôt à 4%”, rappelait lors d’un colloque sur l’économie palestinienne, en mars 2012 à Washington, Oussama Kanaan, chef de mission du FMI pour Gaza et la Cisjordanie.

Mais au-delà des chiffres, la croissance palestinienne est un leurre car “elle ne crée ni réelle activité économique, ni emploi “, a expliqué, lors de ce même colloque, Firas Raad, chef de mission du Quartet pour le Moyen-Orient (États-Unis, Russie, Union européenne et Nations unies). Le taux de chômage dans les Territoires palestiniens s'établit à 22% et monte à 30% à Gaza. “Il dépasse même 40% pour les jeunes dans la bande de Gaza, ce qui est l’un des taux les plus élevé au monde pour les moins de 25 ans”, déplore Firas Raad.

Accès restreint et crise économique

“Ce chômage élevé est la conséquence directe des restrictions aux mouvements imposées par Israël, pour des raisons de sécurité”, note Firas Raad. D’un côté, les Palestiniens peuvent difficilement se déplacer pour trouver du travail, et de l’autre ces restrictions rendent les Territoires très peu attractifs pour les investissements étrangers. “Personne ne va monter un projet économique en Palestine sans pouvoir librement s’y rendre quand il veut”, note Firas Raad.

La croissance économique palestinienne provient donc quasi exclusivement des projets publics d’infrastructures. Pour les financer, l’Autorité palestinienne dépend fortement des aides de l’étranger qui sont, à cause de la crise économique internationale, en forte baisse. “Nous avions tablé, avec une aide internationale d’États et d’ONG, sur environ 700 millions de dollars en 2011 ; l’Autorité palestinienne n’a reçu qu’un peu moins de la moitié de ce montant”, souligne Oussama Kanaan.

La crise économique internationale a donc servi de révélateur à une croissance dont les bons chiffres masquaient, ces dernières années, un modèle de développement trop dépendant de l’extérieur.

Première publication : 04/07/2012

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Bethléem inscrite en urgence au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Ces Israéliens qui boycottent le "Made in Israel" sur les produits des colonies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)