Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Economie

Le FMI refuse d’aider une Autorité palestinienne de plus en plus exsangue

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/07/2012

Pour la première fois, l'Autorité palestinienne, qui est au bord de la banqueroute, a reçu l'aide d'Israël pour tenter de décrocher un prêt d'un milliard de dollars auprès du Fonds monétaire international (FMI). Sans succès.

C’est une bien mauvaise nouvelle pour l’Autorité palestinienne. Le Fonds monétaire international (FMI) aurait refusé de lui accorder un prêt de 100 millions de dollars, revèle le quotidien de gauche Haaretz, du lundi 3 juillet. Un refus qui n’a pas été motivé par des raisons économiques, alors que la Cisjordanie et Gaza traversent leur “pire crise économique depuis 1994”, selon Ahmed Majdalani, ministre palestinien du Travail.

Le FMI a, en fait, invoqué son règlement : il ne peut prêter à une entité non étatique et ne voulait pas créer “un dangereux précédent”. Tant que les Palestiniens n’auront pas d’État reconnu au plan international, ils ne pourront donc pas compter sur le soutien financier du principal bailleur de fonds mondial.

Pourtant, l’appel à l’aide ne provenait même pas des Palestiniens. C’est Israël - une première - qui est à l'origine de cette demande.

Car la situation palestinienne est urgente - même Israël le reconnaît. Dans sa demande au FMI, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a évoqué un “risque d’effondrement de l’Autorité palestinienne”. “C’est un scénario qu’Israël veut éviter pour des raisons sécuritaires”, souligne le quotidien Haaretz pour expliquer l’intérêt de l’État hébreu à agir en intermédiaire de son voisin.

Rapide et brutale

La Banque mondiale avait déjà tiré la sonnette d’alarme, en mars dernier, dans son rapport sur l’économie palestinienne. L’institution internationale y relèvait qu’il manquait actuellement à l’autorité palestinienne 1,1 milliard de dollars pour assurer la continuité des services publices. “Nos fonds disponibles ne nous permettent de payer ni les salaires des fonctionnaires ce mois-ci, ni nos factures aux entreprises privées”, a confirmé Ahmed Majdalani mardi à l’AFP.

La chute économique des territoires palestiniens a été rapide et brutale. En 2010, la croissance palestinienne était encore de 8% contre 5,2% en 2011. “Si on regarde simplement les indicateurs économiques, la Palestine a eu de très bons résultats entre 2008 et 2010 avec un taux de croissance de 8% en moyenne, alors que nous nous attendions plutôt à 4%”, rappelait lors d’un colloque sur l’économie palestinienne, en mars 2012 à Washington, Oussama Kanaan, chef de mission du FMI pour Gaza et la Cisjordanie.

Mais au-delà des chiffres, la croissance palestinienne est un leurre car “elle ne crée ni réelle activité économique, ni emploi “, a expliqué, lors de ce même colloque, Firas Raad, chef de mission du Quartet pour le Moyen-Orient (États-Unis, Russie, Union européenne et Nations unies). Le taux de chômage dans les Territoires palestiniens s'établit à 22% et monte à 30% à Gaza. “Il dépasse même 40% pour les jeunes dans la bande de Gaza, ce qui est l’un des taux les plus élevé au monde pour les moins de 25 ans”, déplore Firas Raad.

Accès restreint et crise économique

“Ce chômage élevé est la conséquence directe des restrictions aux mouvements imposées par Israël, pour des raisons de sécurité”, note Firas Raad. D’un côté, les Palestiniens peuvent difficilement se déplacer pour trouver du travail, et de l’autre ces restrictions rendent les Territoires très peu attractifs pour les investissements étrangers. “Personne ne va monter un projet économique en Palestine sans pouvoir librement s’y rendre quand il veut”, note Firas Raad.

La croissance économique palestinienne provient donc quasi exclusivement des projets publics d’infrastructures. Pour les financer, l’Autorité palestinienne dépend fortement des aides de l’étranger qui sont, à cause de la crise économique internationale, en forte baisse. “Nous avions tablé, avec une aide internationale d’États et d’ONG, sur environ 700 millions de dollars en 2011 ; l’Autorité palestinienne n’a reçu qu’un peu moins de la moitié de ce montant”, souligne Oussama Kanaan.

La crise économique internationale a donc servi de révélateur à une croissance dont les bons chiffres masquaient, ces dernières années, un modèle de développement trop dépendant de l’extérieur.

Première publication : 04/07/2012

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Bethléem inscrite en urgence au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Ces Israéliens qui boycottent le "Made in Israel" sur les produits des colonies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)