Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut faire preuve de fermeté face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

EUROPE

Une loi en faveur de la langue russe provoque des affrontements à Kiev

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/07/2012

Vingt ans après la dissolution de l'URSS, à laquelle appartenait l'Ukraine, une loi visant à renforcer l'usage du russe dans le pays a donné lieu à de violents affrontements. En réaction, le président du Parlement a présenté sa démission mercredi.

REUTERS - Le président du Parlement ukrainien a offert mercredi sa démission, après des affrontements qui ont opposé à Kiev la police anti-émeutes à des centaines de manifestants opposés à une loi visant à renforcer l'usage du russe.

La loi, qui confère au russe le statut de langue "régionale" dans les zones où il est parlé par une majorité de la population, a été adoptée mardi en seconde et dernière lecture après la proposition surprise d'un des députés de la majorité, laissant peu de temps à ses opposants pour voter.

"Je vous demande d'étudier ma démission et de prendre une décision là-dessus", a déclaré Vladimir Litvine, à la réouverture des débats, mercredi matin.

Les manifestants s'étaient rassemblés devant un bâtiment où le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, devait prononcer un discours consacrant l'organisation réussie de l'Euro 2012 de football (voir ), et ont été repoussés par la police à coup de matraques et de gaz lacrymogènes.

Viktor Ianoukovitch, qui appartient au Parti des régions (pro-russe), a annulé son discours et convoqué Vladimir Litvine et les dirigeants des principales factions parlementaires.

Le russe est la langue natale de près d'un tiers des Ukrainiens, notamment dans l'est du pays, mais les opposants au Parti des régions voit le texte de loi comme une menace face à l'influence de Moscou.

La primauté de l'ukrainien, langue officielle, est considérée par ses locuteurs comme une garantie de l'indépendance du pays, vingt ans après la dissolution de l'URSS à laquelle appartenait l'Ukraine.

Selon les opposants, il s'agit d'une manoeuvre électorale des partisans de Viktor Ianoukovitch pour mobiliser son électorat traditionnel dans l'Est, en vue des élections
législatives du mois d'octobre.

Première publication : 04/07/2012

  • UKRAINE

    Le procès Timochenko sonne la fin de la Révolution orange

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Viktor Ianoukovitch se rend à Moscou pour appaiser les relations russo-ukrainiennes

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Investiture de Viktor Ianoukovitch dans un climat politique tendu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)