Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Simple appareil"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le gazoduc "Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

SUR LE NET

Les hommages à Michael Brown se multiplient sur Internet

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • Le siège du parti de l'ex-président Gbagbo mis à sac

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

Amériques

Après sa défaite à la présidentielle, Obrador demande un recomptage des bulletins

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/07/2012

Dénonçant des "incohérences" lors du scrutin pour la présidentielle de dimanche dernier, Andres Manuel Lopez Obrador, candidat de la gauche arrivé en deuxième position derrière Enrique Peña Nieto, demande un recomptage des voix.

AFP - Le candidat de la gauche à l'élection présidentielle mexicaine, Andres Manuel Lopez Obrador, arrivé deuxième dimanche à 6 points du candidat du PRI Enrique Peña Nieto, va demander à recompter la totalité des bulletins de vote en raisons d'"incohérences" dans le scrutin.

"Nous présentons une demande formelle de la coalition (de gauche) pour un nouveau décompte des 143.000 postes de vote installés pour l'élection présidentielle", a dit mardi lors d'une conférence de presse le coordinateur de la campagne de la gauche, Ricardo Monreal, en présence de M. Lopez Obrador.

Selon Monreal, une "enquête" menée par la coalition de gauche a détecté qu'il y avait des "incohérences dans 113.855 des 143.000 postes de vote".

Pour M. Lopez Obrador, "ce qui ne fait aucun doute c'est qu'il n'y pas eu une élection propre et transparente". Il a accusé le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) d'avoir procédé à l'achat de "millions de voix".

Le candidat du PRI, Peña Nieto, a obtenu 38,15% des voix contre 31,6 à Lopez Obrador, selon un décompte portant sur près de 98,95% des bulletins dépouillés.

L'institut fédéral électoral (IFE) a indiqué de son côté qu'il avait déjà envisagé de faire recompter un tiers des votes pouvant donner lieu à des doutes.

Le gouvernement sortant, a estimé de son côté que l'élection s'est déroulée de manière "propre et transparente", a déclaré dans une conférence de presse le ministre mexicain de l'Intérieur, Alejandro Poiré.


La candidate du Parti action nationale (PAN, conserteur) au pouvoir, Josefina Vazquez Mota, grande perdante du scrutin, est arrivée en troisième position avec 25,4% des voix.

Candidat en 2006, Lopez Obrador avait contesté le résultat de l'élecion présidentielle, perdue contre Felipe Calderon, l'actuel président sortant, par 0,56% d'écart. Il avait alors lancé des manifestations massives qui avaient paralysé le centre de Mexico pendant plusieurs semaines.

A la différence de 2006, l'avance du candidat arrivé en tête est de 6,51%, soit un peu plus de trois millions de voix.

Selon Javier Oliva, chercheur à l'Université nationale autonome de Mexico, Lopez Obrador, "est en train de dilapider son capital politique. Il triche parce qu'il a accepté les règles, mais quand il perd, il sort de la partie".

Pour Nicolas Loza, de la Faculté latinoéaméricaine de Sciences sociales, Lopez Obrador peut avoir raison dans certaines de ses accusations, mais il doute qu'il puisse donner un fondement concret à sa contestation.

Pour annuler le résultat de l'élection présidentielle, la loi électorale prévoit qu'on doit prouver des irrégularités graves, comme des "achats de vote", dans au moins 25% de tous les bureaux de vote du pays.

Dans la ville de Mexico, dirigée depuis 1997 par la gauche, son candidat Miguel Angel Mancera a obtenu plus de 60% des suffrages et succédera à Marcelo Ebrard. Ce dernier était en septembre dernier le concurrent de Lopez Obrador dans la course à la candidature.

"Un groupe radical va faire pression pour la contestation des résultats, mais je crois que ni Mancera, ni Ebrard ne vont suivre. Ce qui va se passer maintenant dépendra de l'approfondissement de divisions internes déjà existantes", au sein de la gauche, a estimé Loza.

Première publication : 04/07/2012

  • MEXIQUE

    Lopez Obrador dénonce le résultat "frauduleux" de la présidentielle

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Le conservateur Peña Nieto remporte facilement l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Le mouvement étudiant "Yo soy 132", poil à gratter de la campagne présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)