Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La loi Macron à l’épreuve de l'hémicycle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet de l'UA : la lutte contre Boko Haram à l'ordre du jour

En savoir plus

FRANCE

Agression d'un élève de l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2012

Un élève de l'école de Toulouse, où quatre juifs ont été tués par Mohammed Merah, a été violemment agressé mercredi soir dans un train par deux hommes, qui ont été placés en garde à vue. Selon la justice, l'antisémitisme n'est pas encore avéré.

AFP - Le caractère antisémite de l'agression d'un jeune juif de 17 ans, mercredi soir dans un train entre Toulouse et Lyon, "n'est pas encore avéré", a déclaré jeudi soir une source judiciaire à l'AFP, confirmant que les deux auteurs présumés se trouvaient toujours en garde à vue.

"Dans le cadre du début de l'enquête, le caractère antisémite de l'agression n'est pas encore avéré", a déclaré cette source judiciaire à l'AFP évoquant "des témoignages contradictoires".

Interpellés peu après 11H00 dans un bureau de recrutement de l'armée à Lyon, les deux auteurs présumés, deux hommes de 18 ans, d'origine maghrébine et sans casier judiciaire selon une source policière, ont été placés en garde à vue.

"Leur garde à vue a vocation à être prolongée vendredi", a poursuivi la source judiciaire interrogée par l'AFP, précisant qu'aucune information judiciaire n'avait encore été ouverte.

"Les faits de violences sont là, par pluralité d'auteurs et dans un moyen de transport, mais il faut continuer à recueillir des témoignages, notamment des passagers de la rame, pour considérer un caractère antisémite", a encore indiqué cette source.

Mercredi soir, un élève de l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse, où quatre personnes avaient été tuées par Mohamed Merah, avait été agressé dans un train alors qu'il rentrait dans sa famille, un mois après une attaque antisémite dans la banlieue de Lyon. Il avait porté plainte à son arrivée, au commissariat de Lyon.

Dans une interview publiée sur le site internet du quotidien régional Le Progrès, la victime a témoigné jeudi après-midi d'une "référence à son judaïsme" faite par un de ses deux agresseurs.

 

Première publication : 05/07/2012

  • FRANCE

    La hausse du nombre d'agressions contre des juifs relance le débat sur l'antisémitisme

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Merah : les failles des services de renseignement français

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    La justice française réclame les vidéos qu'aurait filmées Merah le jour de sa mort

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)