Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • En direct : Monaco-Leverkusen et les autres matches de la Ligue des champions

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

FRANCE

La Cour de cassation confirme l'interdiction de garde à vue pour les sans-papiers

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2012

La plus haute instance judiciaire française a conclu ce jeudi que le seul séjour irrégulier d'un étranger en France ne pouvait suffire à le placer en garde à vue. Chaque année, 60 000 clandestins étaient concernés par cette mesure.

AFP - La Cour de cassation a décidé jeudi que le séjour irrégulier d'un étranger ne pouvait plus suffire à son placement en garde à vue, ce qui va obliger le gouvernement à créer un nouveau dispositif pour les sans-papiers susceptibles d'être soumis à une procédure d'expulsion.

La première chambre civile de la haute juridiction avait été saisie de plusieurs pourvois formés par des étrangers qui avaient été placés en garde à vue pour le seul motif qu'ils étaient en situation irrégulière.

Dans des arrêts rendus publics par son président Christian Charruault, elle leur a donné raison, suivant en cela un avis de la chambre criminelle rendu il y a un mois.

Me Patrice Spinosi, avocat de l'association d'aide aux étrangers Cimade, s'est réjoui devant la presse de cette décision qui concerne 60.000 personnes par an.

Elle est à ses yeux "absolument fondamentale" car elle signifie que "le regard de l'ensemble de la société française a vocation à changer pour les sans papiers: il a été affirmé clairement qu'ils ne peuvent plus être assimilés à des délinquants".

La pratique de la garde à vue était plus que jamais remise en cause par les associations de défense des étrangers, depuis que la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) avait rendu, en avril puis en décembre 2011, deux arrêts affirmant qu'un étranger en séjour irrégulier ne pouvait être emprisonné sur ce seul motif.

Or, la réforme entrée en vigueur en France au printemps 2011 limite le recours à la garde à vue aux seuls cas où une personne est soupçonnée d'une infraction punie d'une peine d'emprisonnement.

"voie législative"

Le précédent gouvernement avait jugé l'arrêt de la CJUE compatible avec la pratique de la garde à vue. Mais, sur le terrain, les tribunaux rendaient des décisions contradictoires, tantôt favorables aux étrangers, tantôt non.

Désormais, les personnes sans-papiers "doivent certes être raccompagnées (à la frontière) puisqu'elles ne sont pas dans une situation légale en France, mais elles doivent l'être dans le cadre d'une procédure administrative et non plus pénale" et "dans le respect du droit européen", a souligné Me Spinosi.

Il existe déjà des "solutions alternatives à la garde à vue", qui sont les vérifications d'identité et les auditions libres, mais elles sont limitées à quatre heures.

Il est donc "nécessaire qu'une réforme fondamentale soit engagée sur cette question", a estimé l'avocat.

Le ministère de l'Intérieur s'était préparé à cette décision et ne cache pas la nécessité de "passer par la voie législative" pour y répondre. "La voie réglementaire ne suffira pas", a indiqué à l'AFP l'entourage de Manuel Valls. Un texte pourrait ainsi être préparé avec présentation au Parlement sans doute "pour la rentrée".

Il faudra "une nouvelle mesure de pré-rétention administrative, qui permettra d'arrêter la personne et de vérifier son identité, pendant une durée de huit à dix heures maximum", puis "le cas échéant, d'enclencher la procédure de retour", a estimé Me Spinosi.

"Ce qu'on peut craindre, c'est que le législateur invente une procédure d'exception, dérogatoire au droit commun", a cependant relevé Stéphane Maugendre, président du Groupe d'information et de soutien des travailleurs immigrés (Gisti).

"Le sentiment que j'ai, c'est qu'il y aura une demande des parquets de chercher un délit connexe", a-t-il également souligné.

 

Première publication : 05/07/2012

  • FRANCE

    Manuel Valls souhaite régulariser les sans-papiers au cas par cas

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    L'UE n'exclut plus de fermer ses frontières en cas de forte pression migratoire

    En savoir plus

  • FRANCE

    La très controversée "circulaire Guéant" a été abrogée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)