Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Sports

Et si Zidane prenait la tête des Bleus ?

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 05/07/2012

Favori pour remplacer Laurent Blanc, Didier Deschamps n’a toujours pas communiqué de réponse définitive à la Fédération française de football (FFF). En attendant, Noël Le Graët a fait un appel du pied à un autre champion du monde : Zidane.

C’est Bixente Lizarazu qui a lancé l’idée au lendemain du départ de Laurent Blanc. Et le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, semble ne pas avoir exclu l’hypothèse : Zinedine Zidane pourrait devenir le prochain sélectionneur de l’équipe de France. 

L’ancien meneur de jeu des Bleus, champion du monde en 1998, est actuellement directeur du Real Madrid. Le voir sur le banc de l’équipe de France, difficile à imaginer il y a quelques années encore, devient aujourd’hui plausible.

Et l’intéressé ne cache pas son envie de s’y frotter. "Il y a dix ans, je ne voulais pas être entraîneur. Aujourd'hui, j'ai envie de me diriger vers ça. Donc on verra. Peut-être que dans dix ans, je serai sélectionneur de l'équipe de France. On ne sait pas", explique-t-il dans un documentaire diffusé dimanche 2 juillet sur la chaîne Canal+, à l’occasion de ses quarante ans. 

"Zidane s’intéresse aux Bleus"

Dans l’attente d’une réponse de Didier Deschamps, Noël Le Graët apprécie que "Zidane s’intéresse aux Bleus". Impossible de savoir, pour l’instant, si Zizou fait partie de la "short-list" des potentiels sélectionneurs pour l’équipe de France, mais le patron de la FFF a trouvé "extrêmement attachant" que l’ancien tricolore exprime cet intérêt pour les Bleus. "Si ce n'est pas possible immédiatement, il rêve de diriger l'équipe nationale d'ici moins de dix ans."

Deuxième personnalité préférée des Français, selon le dernier baromètre du "JDD", Zinedine Zidane n’a ni diplôme ni expérience d’entraîneur. S’il venait à succéder à Laurent Blanc, ce ne serait pourtant pas une première : Michel Platini se trouvait dans les mêmes conditions lorsqu’il est devenu sélectionneur de l’équipe de France en 1988. Le Graët serait même disposé à l'inscrire à Clairefontaine pour passer son diplôme d'entraîneur professionnel.

L’image de Zidane

Les mauvais gestes de Zizou

À défaut d’une formation de coaching, Noël Le Graët note que le Ballon d’Or 1998 "travaille à Limoges (au Centre de droit et d’économie du sport) pour une meilleure connaissance économique, et qui dans le temps, à Madrid, est avec Mourinho, ce qui n’est pas une mauvaise école". Bref, "un sélectionneur crédible", comme le soulignait son ancien partenaire de l’équipe de France, Bixente Lizarazu, sur TF1.

Des atouts qui placeraient même Zinedine Zidane "au même niveau de priorité" que Didier Deschamps, selon "L’Équipe", et ce en dépit du fait que Zidane, le joueur, n’a pas laissé une bonne image de discipline sur le terrain. Des exclusions pour des gestes d’humeur ont accompagné, jusqu’à la fin, sa carrière de footballeur. À l’image de ce coup de tête dans le thorax de l’Italien Marco Matterazzi en finale de la Coupe du monde 2006.

Dans tous les cas, il faudra attendre la semaine prochaine pour connaître le nom de celui qui dirigera la campagne de l’équipe de France pour les éliminatoires du Mondial-2014 prévu au Brésil.

Première publication : 05/07/2012

COMMENTAIRE(S)