Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

FRANCE

Le droit de Seïf al-Islam Kadhafi à un procès équitable "compromis"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2012

Selon l'avocate du fils de Mouammar Kadhafi désignée par la Cour pénale internationale, son client, soupçonné de crimes contre l'humanité, pâtira des accusations d"'atteinte à la sécurité nationale" formulées à l'encontre de la défense.

AFP - Le droit de Seif al-Islam à un procès équitable a été "irrémédiablement compromis", a déclaré vendredi son avocate, l'Australienne Melinda Taylor, qui a été libérée le 2 juillet après avoir été détenue pendant près d'un mois en Libye.

"Indépendamment de toutes les questions concernant ma propre conduite personnelle, les droits de mon client, M. Seif al-Islam, ont été irrévocablement compromis pendant ma visite à Zenten", a déclaré Mme Taylor, lors d'une conférence de presse dans la banlieue de La Haye, à Voorburg.

L'équipe de défense de Seif al-Islam, composée de Melinda Taylor, 36 ans, et de l'avocat désigné par la CPI, Xavier-Jean Keïta, estime que "les évènements récents ont complètement démontré qu'il sera impossible pour M. Kadhafi d'être jugé de manière impartiale et indépendante dans les tribunaux libyens", a ajouté Mme Taylor.

Celle-ci avait été arrêtée le 7 juin en Libye avec la délégation de la Cour pénale internationale (CPI) dont elle faisait partie après avoir rendu visite au fils du défunt Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, emprisonné à Zenten, à 170 kilomètres au sud-ouest de Tripoli, depuis son arrestation.

Seif al-Islam, 40 ans, fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI pour des crimes contre l'humanité commis pendant la révolte qui a provoqué la chute puis la mort de Mouammar Kadhafi en 2011.

Les autorités libyennes ont accusé la délégation d'atteinte à la "sécurité nationale".

Mme Taylor, 36 ans, est en effet accusée d'avoir apporté un stylo-caméra lors de sa visite et d'avoir essayé de transmettre à Seif al-Islam une lettre codée de son ancien bras droit, Mohammed Ismaïl, l'un des hommes les plus recherchés par la justice libyenne.

"Les autorités libyennes ont délibérément trompé la défense au sujet de la surveillance de la rencontre avec M. Kadhafi et elles ont saisi des documents qui étaient protégés par le secret professionnel et les consignes de la CPI", a ajouté Mme Taylor.

Outre l'avocate australienne, son interprète libanaise Helen Assaf et deux membres du greffe, le Russe Alexander Khodakov, 60 ans, et le chef de la section d'aide aux conseils, l'Espagnol Esteban Peralta Losilla, 48 ans, étaient détenus, selon la CPI.

Les ex-rebelles de Zenten, qui détiennent Seif al-Islam, ont traité les quatre employés de la CPI "avec respect et dignité", selon Mme Taylor, qui a précisé avoir pu parler avec sa famille une fois pendant ses 26 jours de détention.

"Parler avec ma fille de deux ans dans de telles circonstances a été à la fois vital et déchirant", a assuré Mme Taylor.

Les autorités libyennes, qui souhaitent juger elles-mêmes Seif Al-Islam, ont déposé le 1er mai une requête contestant la compétence de la CPI pour poursuivre le seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye.

Première publication : 06/07/2012

  • LIBYE

    Seïf al-Islam Kadhafi, le réformateur devenu guerrier

    En savoir plus

  • LIBYE

    La CPI propose de juger Seïf al-Islam en territoire libyen

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les acteurs-clés de la scène politique libyenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)