Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

Moyen-orient

La défection du général Manaf Tlass frappe le pouvoir au sommet

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/07/2012

La défection del Manaf Tlass (à droite), général de la Garde républicaine et ami intime de Bachar al-Assad, est un coup dur pour le président syrien ainsi que pour le premier cercle du pouvoir.

La défection sans précédent d’un cacique du régime est-elle le signe que le régime de Bachar al-Assad est en train de se fissurer ? Rien n’est moins sûr. Toutefois, celle du général Manaf Tlass, annoncée jeudi, est un coup dur personnel pour le président syrien et pour le premier cercle du pouvoir.

 
En effet, ce haut gradé sunnite de 50 ans était l’un des ses plus proches collaborateurs et un ami de longue date. Membre du comité central du Parti baas, au pouvoir en Syrie depuis 1963, Manaf Tlass était également aux commandes de la brigade 105, une unité d’élite de la Garde républicaine affectée à la défense de la capitale. Il est désormais le plus haut gradé à avoir rompu avec le régime en proie à un soulèvement populaire et à une insurrection armée, depuis seize mois.
 
Allié symbolique du régime
 
Plus qu’un ami intime, Bachar al-Assad perd surtout un allié symbolique, puisque Manaf Tlass était l'un des rares responsables parmi les proches du président alaouite à appartenir à la majorité sunnite. "La famille Tlass a été au cœur du régime depuis son instauration, elle était la clé de voûte de l’alliance entre alaouites et sunnites qui a pérennisé le régime depuis quatre décennies", explique sur son blog "Syria Comment", Joshua Landis, universitaire spécialiste du pays à l'Oklahoma University.
 
Et pour cause, Manaf est issu d’une famille sunnite très influente, voire peut-être la plus puissante de Syrie, originaire de la ville d’Al-Rastan, le foyer de plusieurs centaines de militaires et d’officiers sunnites souvent nommés par le père de Manaf : le général Moustapha Tlass. Ce dernier fut le plus fidèle compagnon de l’ancien président Hafez al-Assad et l’indéboulonnable ministre de la Défense de 1972 à 2004 - un record en Syrie. Il a par ailleurs amplement facilité l'arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad après la mort de son père, en 2000.
 
Certains observateurs estiment que cette défection spectaculaire pourrait accélérer celle d’autres hauts gradés sunnites et encourager la bourgeoisie issue de la même communauté à lâcher le régime. Selon Joshua Landis, la fuite de Manaf Tlass démontre que "le régime syrien est au plus mal", et qu’il ne s’agit plus "d’un soulèvement de jeunes hommes en colère dans la campagne".
 
"Quitter le mauvais chemin"
 
Selon un courriel non authentifié reçu par l'AFP et attribué au général Manaf Tlass, ce dernier appelle ses collègues militaires à "quitter le mauvais chemin". Ecarté du pouvoir depuis quelques mois car jugé peu fiable, selon une source proche du pouvoir citée par l’AFP, il aurait refusé de mener l'offensive en février-mars contre Baba Amr, un quartier de Homs contrôlé par les rebelles.
 
Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a indiqué vendredi que l'officier supérieur, arrivé cette semaine en Turquie, se dirigeait vers Paris, où habitent son père et sa sœur Nahed, veuve d'un riche marchand d'armes saoudien et bien implantée socialement. Son frère Firas, richissime homme d'affaires qui a fait fortune grâce à la proximité de sa famille avec le clan Assad, serait lui à Dubaï.
 
Les secrets du général Tlass
 
Abdel Basset Sayda, le président du CNS (qui rassemble la majeure partie des opposants syrien), a salué la défection du général Tlass. "Nous allons chercher à coopérer avec lui et nous appelons à d'autres défections", a-t-il déclaré vendredi lors d'une conférence de presse. Mais d’aucuns au sein de l’opposition syrienne se méfient toujours des raisons qui ont poussé cet homme "lié intrinsèquement au régime", à faire défection, 16 mois après le début de la campagne de répression.
 
Contacté par FRANCE 24, un opposant syrien vivant en France, et qui a requis l’anonymat, se demande si Manaf a fui "par conviction ou pour sauver sa fortune après avoir pressenti la chute du régime". La fortune amassée par la famille Tlass et ses privilèges passés "limitent sa crédibilité, justement à cause de cette proximité avec les cercles du pouvoir et leur fonctionnement corrompu", juge Ayham Kamel, un expert de la Syrie au sein de l’Eurasia Group, basé à Washington, interrogé par le Wall Street Journal
 
Néanmoins, quelles que soient les intentions du général, du côté de Damas on frémit d’avance des secrets qu’il pourrait dévoiler sur le régime qui l’a vu grandir.
 

 

Première publication : 07/07/2012

  • FRANCE - SYRIE

    À Paris, pays occidentaux et arabes font pression sur Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ONG Human Rights Watch décrit un "archipel de la torture"

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Syrie : union nationale ou transition... Bachar al-Assad reste au pouvoir !

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)