Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Afrique

Les libéraux affirment faire la course en tête aux législatives

Vidéo par Marine OLIVESI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2012

Après les premières élections libres organisées en Libye, la coalition des libéraux de Mahmoud Jibril affirme être en tête dans la plupart des circonscriptions. Les islamistes reconnaissent une "nette avance" de leurs rivaux à Tripoli et Benghazi.

AFP - La commission électorale libyenne a commencé lundi soir à diffuser des résultats préliminaires des élections législatives plutôt favorables aux libéraux face aux islamistes, mais le dépouillement pourrait durer encore quatre ou cinq jours.

Les libéraux de l'Alliance des forces nationales (AFN) ont remporté une victoire écrasante à Janzour, dans la banlieue de Tripoli: 26.798 voix contre 2.423 pour le Parti de la justice et de la construction (PJC, issu des Frères musulmans), qui arrive en deuxième position.

Le résultat est également sans appel à Zliten, près de Misrata, avec 19.273 voix pour l'AFN contre 5.626 pour le PJC, après le décompte de 74% des voix.

Élections en Libye : une kyrielle de partis politiques



Mais dans la ville de Misrata, qui a été un bastion rebelle assiégé pendant des mois à 200 km à l'est de Tripoli lors du conflit contre les forces de Mouammar Kadhafi en 2011, l'AFN n'est que 4e, loin derrière une petite formation locale, le PJC et le Front national (tendance islamiste).

La commission, qui n'a pas fixé de date pour l'annonce des résultats définitifs, a précisé que la collecte des données et le dépouillement des votes devraient prendre plus de temps que prévu, compte tenu des distances à parcourir et des problèmes liés à la sécurité.

Les urnes sont acheminées, le plus souvent par avion, depuis les différentes régions vers l'aéroport militaire de Mitiga à Tripoli, où le dépouillement effectué dans les bureaux de vote est vérifié avant la validation des résultats.

Malgré des violences et des actes de sabotage de militants autonomistes dans l'Est, le premier scrutin libre après plus de quatre décennies de dictature sous le régime de Mouammar Kadhafi, qui avait banni les élections, est un succès.

Les électeurs étaient appelés à choisir les 200 membres du Congrès national général, qui doit prendre le relais du Conseil national de transition (CNT) jusqu'à l'adoption de la future Constitution.

Au vu des premiers résultats, le pays semble avoir résisté à la vague islamiste qui a déferlé sur l'Egypte et la Tunisie voisines dans la foulée du Printemps arabe, même si l'AFN a, comme tous les partis dans cette société ultra-conservatrice, fait aussi campagne sur le thème de l'islam.


Cette coalition rassemble une soixantaine de partis ainsi que personnalités indépendantes, sous la direction de technocrates ayant vécu à l'étranger et prônant un islam modéré, la libéralisation économique et l'ouverture à l'Occident.



appel à l'unité

Dans une allocution s'apparentant à un discours d'investiture, le chef de l'AFN, Mahmoud Jibril, ancien Premier ministre du Conseil national de transition (CNT), a appelé dimanche soir les autres partis politiques à l'unité.

Lundi, le chef du Front national, Mohamed Saad, a répondu que son parti voulait "attendre d'abord les résultats officiels" des élections.

"Nous avons des échéances importantes. Nous devons trouver des dénominateurs communs qui unissent tous les courants qui ont participé aux élections", a-t-il toutefois ajouté à l'AFP. "La question des idéologies va disparaître au Congrès national général. C'est l'intérêt national qui triomphera", a-t-il assuré.

Dimanche, le secrétaire général de l'Alliance, Faiçal al-Krekchi, avait assuré que la coalition était "en tête dans la plupart des circonscriptions électorales".

Le chef du PJC, Mohamed Sawan, a reconnu de son côté une "nette avance" à Tripoli et Benghazi de l'AFN, qui réunit une soixantaine de petites formations autour d'architectes de la révolte de 2011.

M. Jibril a toutefois indiqué que son parti "gardait le silence" et attendait les résultats officiels.

Les premières estimations des partis portent sur les 80 sièges réservés aux listes des formations politiques, dans la prochaine assemblée qui compte 200 membres. Mais la tendance devrait être la même pour les 120 sièges réservés aux candidats individuels, dont une majorité sont soutenus par des partis politiques.

Neuf mois après la fin du conflit armé qui a provoqué la chute puis la mort de Mouammar Kadhafi, quelque 2,8 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes, et le taux de participation au scrutin a atteint 62%, selon la Commission électorale.

Les élections ont été émaillées de violences et d'actes de sabotage dans l'Est, où des partisans de l'autonomie dénoncent la répartition des sièges au sein de l'assemblée (100 pour l'Ouest, 60 pour l'Est et 40 pour le Sud).

Mais la communauté internationale n'a pas tari d'éloges sur le déroulement du scrutin et les observateurs de l'Union européenne ou du Centre Carter ont salué un grand succès pour une nation qui entame une transition démocratique en l'absence d'institutions.

"La Commission électorale a montré sa compétence et sa détermination à remédier rapidement aux problèmes de sécurité et a été en mesure de garantir le fonctionnement des centres de vote dans les zones touchées", ont indiqué les observateurs européens dans un communiqué.

Première publication : 08/07/2012

  • LIBYE - REPORTAGE

    À Benghazi, la démocratie ne pâlit pas devant les violences

    En savoir plus

  • LIBYE

    Élections législatives : le taux de participation atteint 60 %

    En savoir plus

  • LIBYE - REPORTAGE

    Benghazi, une ville entre peurs et espoirs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)