Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Pour la première fois, la France emprunte à des taux négatifs

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/07/2012

Paris a, pour la première fois, ce lundi, emprunté à court terme à des taux d’intérêt négatifs. Toutefois, selon l'économiste Pascal de Lima, la confiance des marchés dans la dette d'un État se mesure surtout par rapport aux emprunts à long terme.

Les investisseurs se sont rués, lundi, sur les bons à court terme du Trésor français. Conséquence : les taux des obligations à trois et six mois ont été négatifs (respectivement -0,005 % et -0,006 %) pour la première fois de l’histoire en France. En clair, Paris remboursera moins que le montant emprunté puisque les investisseurs sont prêts à perdre une petite somme d'argent sur ces opérations. L’Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l'État, a ainsi placé près de 6 milliards d'euros de bons, soit le maximum de ce qu’elle comptait lever sur les marchés.

Paris rejoint ainsi le club très fermé de l’Allemagne, des Pays-Bas ou encore de l’Autriche qui parviennent, depuis le début de l’année, à placer leurs bons du Trésor à des taux négatifs.

Alors que le taux auquel l’Espagne emprunte à dix ans atteignait récemment les 7 %, cette évolution semble indiquer que les marchés financiers font de la France un havre de sécurité financière. Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences-Po, juge toutefois qu’il ne faut pas en tirer de conclusions trop hâtives.

FRANCE 24 : Pourquoi des investisseurs acceptent-ils d’emprunter à des taux négatifs ?

Pascal de Lima : La plupart des banques et fonds de pension ont comme règle d’avoir dans leurs portefeuilles des placements sûrs. Les emprunts à court terme d’un pays qui, comme la France, détient un triple A auprès de deux agences de notation sur trois rentre dans cette catégorie.

Étant donné qu'il y a de moins en moins de placements dans ce cas-là, ces investisseurs sont obligés de se rabattre sur les quelques émissions de bons, qui restent des valeurs refuge, même si cela signifie qu’ils vont perdre un tout petit peu d’argent.

FRANCE 24 : Est-ce que ça veut dire que le risque d’un scénario à la grecque ou à l’espagnole s’éloigne pour la France ?

Pascal de Lima : Il faut se méfier des effets d’annonce. Les bons du Trésor à court terme sont des assurances tout risque dans des stratégies d’investissement global. Ces taux négatifs ne peuvent se comprendre que si on analyse tous les autres placements, qui servent, eux, à prendre des risques pour gagner de l’argent. Ce sont surtout les emprunts à long terme qui indiquent si les marchés ont confiance ou non dans la dette d’un pays.

FRANCE 24 : Qu’en est-il alors pour la France ?

Pascal de Lima : Lors du dernier placement de bons à 10 ans, la semaine dernière, le taux a atteint un rendement moyen de 2,70 % contre 3,50 %. Cela donne en effet l’impression que les choses vont bien pour Paris. Mais cela montre aussi que pour l’instant, la France bénéficie de la tempête que traversent d’autres pays et qui transforme les bons du Trésor en valeurs refuge.

Première publication : 09/07/2012

  • ÉCONOMIE

    La BCE abaisse son taux directeur à un niveau inédit de 0,75%

    En savoir plus

  • BOURSES

    Le sommet de Bruxelles n'a pas rassuré les marchés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Espagne emprunte plus de deux milliards d'euros à taux élevé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)