Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Economie

Pour la première fois, la France emprunte à des taux négatifs

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/07/2012

Paris a, pour la première fois, ce lundi, emprunté à court terme à des taux d’intérêt négatifs. Toutefois, selon l'économiste Pascal de Lima, la confiance des marchés dans la dette d'un État se mesure surtout par rapport aux emprunts à long terme.

Les investisseurs se sont rués, lundi, sur les bons à court terme du Trésor français. Conséquence : les taux des obligations à trois et six mois ont été négatifs (respectivement -0,005 % et -0,006 %) pour la première fois de l’histoire en France. En clair, Paris remboursera moins que le montant emprunté puisque les investisseurs sont prêts à perdre une petite somme d'argent sur ces opérations. L’Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l'État, a ainsi placé près de 6 milliards d'euros de bons, soit le maximum de ce qu’elle comptait lever sur les marchés.

Paris rejoint ainsi le club très fermé de l’Allemagne, des Pays-Bas ou encore de l’Autriche qui parviennent, depuis le début de l’année, à placer leurs bons du Trésor à des taux négatifs.

Alors que le taux auquel l’Espagne emprunte à dix ans atteignait récemment les 7 %, cette évolution semble indiquer que les marchés financiers font de la France un havre de sécurité financière. Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences-Po, juge toutefois qu’il ne faut pas en tirer de conclusions trop hâtives.

FRANCE 24 : Pourquoi des investisseurs acceptent-ils d’emprunter à des taux négatifs ?

Pascal de Lima : La plupart des banques et fonds de pension ont comme règle d’avoir dans leurs portefeuilles des placements sûrs. Les emprunts à court terme d’un pays qui, comme la France, détient un triple A auprès de deux agences de notation sur trois rentre dans cette catégorie.

Étant donné qu'il y a de moins en moins de placements dans ce cas-là, ces investisseurs sont obligés de se rabattre sur les quelques émissions de bons, qui restent des valeurs refuge, même si cela signifie qu’ils vont perdre un tout petit peu d’argent.

FRANCE 24 : Est-ce que ça veut dire que le risque d’un scénario à la grecque ou à l’espagnole s’éloigne pour la France ?

Pascal de Lima : Il faut se méfier des effets d’annonce. Les bons du Trésor à court terme sont des assurances tout risque dans des stratégies d’investissement global. Ces taux négatifs ne peuvent se comprendre que si on analyse tous les autres placements, qui servent, eux, à prendre des risques pour gagner de l’argent. Ce sont surtout les emprunts à long terme qui indiquent si les marchés ont confiance ou non dans la dette d’un pays.

FRANCE 24 : Qu’en est-il alors pour la France ?

Pascal de Lima : Lors du dernier placement de bons à 10 ans, la semaine dernière, le taux a atteint un rendement moyen de 2,70 % contre 3,50 %. Cela donne en effet l’impression que les choses vont bien pour Paris. Mais cela montre aussi que pour l’instant, la France bénéficie de la tempête que traversent d’autres pays et qui transforme les bons du Trésor en valeurs refuge.

Première publication : 09/07/2012

  • ÉCONOMIE

    La BCE abaisse son taux directeur à un niveau inédit de 0,75%

    En savoir plus

  • BOURSES

    Le sommet de Bruxelles n'a pas rassuré les marchés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Espagne emprunte plus de deux milliards d'euros à taux élevé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)