Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : une réunion pour trouver une issue à la crise du lait

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Rio : l'heure du bilan

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En une seconde, tout s'est écroulé"

En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement Samaras obtient la confiance du Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2012

Le Parlement a accordé sa confiance au gouvernement de coalition d'Antonis Samaras dans la nuit de dimanche à lundi. Auparavant, le Premier ministre, qui veut privilégier les privatisations, avait exposé les grandes lignes de sa feuille de route.

REUTERS - Le gouvernement de coalition d’Antonis Samaras a obtenu dans la nuit de dimanche à lundi la confiance du parlement grec, après avoir exposé les grandes lignes de son plan pour accélérer les privatisations et redresser l’économie.

Antonis Samaras, dont le parti Nouvelle Démocratie a remporté les élections du 17 juin, est à la tête d’une grande coalition qui rassemble les socialistes du Pasok et du petit parti de la Gauche démocratique.

Un vote de confiance pour Antonis Samaras



Ensemble, ces trois partis contrôlent 179 des 300 sièges de la Vouli, le Parlement monocaméral grec.

Le résultat du vote ne constitue pas une surprise.

Samaras a dit souhaiter relancer le pays méditerranéen à travers des privatisations et des réformes structurelles, jugeant qu’elle pourraient constituer les premières mesures pouvant permettre de regagner la confiance des bailleurs de fonds.

« Nous l’avons dit et répété, la seule manière d’éviter la banqueroute et une sortie de l’euro est de privilégier la croissance et les investissements », a déclaré le chef du gouvernement lors d’un discours prononcé avant le vote de confiance.

Le gouvernement grec doit affronter une opposition hostile aux conditions du plan de sauvetage international de 130 milliards d’euros.

« Le plan d’aide est un crime politique et économique imposé au pays par la troïka (FMI, BCE, UE) », a déclaré Alexis Tsipras, chef de file du parti d’extrême gauche Syriza, dimanche au Parlement.

« Vous n’êtes pas pro-européens, vous êtes des ‘Merkelistes’, Berlin va conduire l’Europe à sa dissolution », a-t-il ajouté, en référence à la chancelière allemande Angela Merkel, très impopulaire en Grèce.

En retour, Samaras a vilipendé l’attitude de Tsipras, l’accusant de « terroriser » des investisseurs potentiels avec sa rhétorique hostile au plan d’aide et de faire partie d’un « lobby favorable au retour de la drachme ».

La Grèce connaît sa cinquième année de récession et le chômage touche désormais près d’une personne sur quatre.

 

Première publication : 09/07/2012

  • GRÈCE

    Le Premier ministre Samaras s'entretient avec la troïka des bailleurs de fonds

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Antonis Samaras nomme un nouveau ministre des Finances

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes accusée d'avoir recruté des fonctionnaires par milliers malgré l'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)