Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement Samaras obtient la confiance du Parlement

Vidéo par Sammy BERRAHMOUN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2012

Le Parlement a accordé sa confiance au gouvernement de coalition d'Antonis Samaras dans la nuit de dimanche à lundi. Auparavant, le Premier ministre, qui veut privilégier les privatisations, avait exposé les grandes lignes de sa feuille de route.

REUTERS - Le gouvernement de coalition d’Antonis Samaras a obtenu dans la nuit de dimanche à lundi la confiance du parlement grec, après avoir exposé les grandes lignes de son plan pour accélérer les privatisations et redresser l’économie.

Antonis Samaras, dont le parti Nouvelle Démocratie a remporté les élections du 17 juin, est à la tête d’une grande coalition qui rassemble les socialistes du Pasok et du petit parti de la Gauche démocratique.

Un vote de confiance pour Antonis Samaras



Ensemble, ces trois partis contrôlent 179 des 300 sièges de la Vouli, le Parlement monocaméral grec.

Le résultat du vote ne constitue pas une surprise.

Samaras a dit souhaiter relancer le pays méditerranéen à travers des privatisations et des réformes structurelles, jugeant qu’elle pourraient constituer les premières mesures pouvant permettre de regagner la confiance des bailleurs de fonds.

« Nous l’avons dit et répété, la seule manière d’éviter la banqueroute et une sortie de l’euro est de privilégier la croissance et les investissements », a déclaré le chef du gouvernement lors d’un discours prononcé avant le vote de confiance.

Le gouvernement grec doit affronter une opposition hostile aux conditions du plan de sauvetage international de 130 milliards d’euros.

« Le plan d’aide est un crime politique et économique imposé au pays par la troïka (FMI, BCE, UE) », a déclaré Alexis Tsipras, chef de file du parti d’extrême gauche Syriza, dimanche au Parlement.

« Vous n’êtes pas pro-européens, vous êtes des ‘Merkelistes’, Berlin va conduire l’Europe à sa dissolution », a-t-il ajouté, en référence à la chancelière allemande Angela Merkel, très impopulaire en Grèce.

En retour, Samaras a vilipendé l’attitude de Tsipras, l’accusant de « terroriser » des investisseurs potentiels avec sa rhétorique hostile au plan d’aide et de faire partie d’un « lobby favorable au retour de la drachme ».

La Grèce connaît sa cinquième année de récession et le chômage touche désormais près d’une personne sur quatre.

 

Première publication : 09/07/2012

  • GRÈCE

    Le Premier ministre Samaras s'entretient avec la troïka des bailleurs de fonds

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Antonis Samaras nomme un nouveau ministre des Finances

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes accusée d'avoir recruté des fonctionnaires par milliers malgré l'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)