Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement Samaras obtient la confiance du Parlement

Vidéo par Sammy BERRAHMOUN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2012

Le Parlement a accordé sa confiance au gouvernement de coalition d'Antonis Samaras dans la nuit de dimanche à lundi. Auparavant, le Premier ministre, qui veut privilégier les privatisations, avait exposé les grandes lignes de sa feuille de route.

REUTERS - Le gouvernement de coalition d’Antonis Samaras a obtenu dans la nuit de dimanche à lundi la confiance du parlement grec, après avoir exposé les grandes lignes de son plan pour accélérer les privatisations et redresser l’économie.

Antonis Samaras, dont le parti Nouvelle Démocratie a remporté les élections du 17 juin, est à la tête d’une grande coalition qui rassemble les socialistes du Pasok et du petit parti de la Gauche démocratique.

Un vote de confiance pour Antonis Samaras



Ensemble, ces trois partis contrôlent 179 des 300 sièges de la Vouli, le Parlement monocaméral grec.

Le résultat du vote ne constitue pas une surprise.

Samaras a dit souhaiter relancer le pays méditerranéen à travers des privatisations et des réformes structurelles, jugeant qu’elle pourraient constituer les premières mesures pouvant permettre de regagner la confiance des bailleurs de fonds.

« Nous l’avons dit et répété, la seule manière d’éviter la banqueroute et une sortie de l’euro est de privilégier la croissance et les investissements », a déclaré le chef du gouvernement lors d’un discours prononcé avant le vote de confiance.

Le gouvernement grec doit affronter une opposition hostile aux conditions du plan de sauvetage international de 130 milliards d’euros.

« Le plan d’aide est un crime politique et économique imposé au pays par la troïka (FMI, BCE, UE) », a déclaré Alexis Tsipras, chef de file du parti d’extrême gauche Syriza, dimanche au Parlement.

« Vous n’êtes pas pro-européens, vous êtes des ‘Merkelistes’, Berlin va conduire l’Europe à sa dissolution », a-t-il ajouté, en référence à la chancelière allemande Angela Merkel, très impopulaire en Grèce.

En retour, Samaras a vilipendé l’attitude de Tsipras, l’accusant de « terroriser » des investisseurs potentiels avec sa rhétorique hostile au plan d’aide et de faire partie d’un « lobby favorable au retour de la drachme ».

La Grèce connaît sa cinquième année de récession et le chômage touche désormais près d’une personne sur quatre.

 

Première publication : 09/07/2012

  • GRÈCE

    Le Premier ministre Samaras s'entretient avec la troïka des bailleurs de fonds

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Antonis Samaras nomme un nouveau ministre des Finances

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes accusée d'avoir recruté des fonctionnaires par milliers malgré l'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)