Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

Les mutins du M23 prennent le contrôle de plusieurs localités à l'est de la RDC

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2012

Après s'être emparés de Bunagana, près de l'Ouganda, les rebelles du Mouvement du 23 mars ont mené dimanche une série d'attaques dans l'est de la République démocratique du Congo. Ils réclament le retour des réfugiés congolais bloqués au Rwanda.

AFP - Les mutins du Mouvement du 23 mars ont poursuivi dimanche leur offensive dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), prenant Rutshuru et d'autres localités de la province du Nord-Kivu sans rencontrer de résistance, 48H à peine après avoir conquis la ville de Bunagana, près de l'Ouganda.

Après avoir pris tôt le matin les villes de Rusthuru, Rubare, Kako, Kalengera et Katale, le chef du Mouvement du 23 mars (M23), le colonel Sultani Makenga, a déclaré en fin de journée à quelques journalistes, dont celui de l'AFP, qu'ils allaient se retirer de ces villes, sans toutefois donner de date ni d'échéance. Il a précisé qu'ils allaient en revanche rester à Bunagana, un poste-frontière avec l'Ouganda pris vendredi à l'issue d'âpres combats contre l'armée congolaise (FARDC).

"Nous allons nous retirer (des villes prises dimanche) et les laisser à la Monusco (Mission de l'ONU) et à la police nationale (...) Mais nous allons garder Bunagana parce que nous devons éloigner nos ennemis de nos positions", a déclaré à Bunagana le colonel Makenga, en uniforme de l'armée congolaise, portant un képi et un pistolet à la hanche, et entouré de nombreux gardes armés.

"C'est le gouvernement de Kinshasa qui détermine s'il veut la paix, s'il veut cesser de nous combattre. S'ils veulent la guerre, ils continueront à nous attaquer et nous les poursuivrons", a-t-il ajouté.

Dimanche à la mi-journée, quelques dizaines de combattants du M23, bien armés, se trouvaient à Rutshuru, d'où les soldats congolais s'étaient retirés avant leur arrivée, a constaté l'AFP.

La plupart des habitants avaient fui la veille et quelques pillages commis par les FARDC ont été signalés par des témoins.

A partir de Rusthuru, les localités de Rubare, Kako, Kalengera et Katale se suivent sur une vingtaine de km vers le sud sur la route qui mène à Goma, la capitale du Nord-Kivu, située à environ 60 km de Rusthuru.

Les mutins ont aussi annoncé avoir pris Ntamugenga, une petite localité à l'est de Rubare.

Samedi soir, "les FARDC sont venues dans notre position de Mbuzi. Nous avons décidé de les poursuivre", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23.

Des blindés de la Monusco se sont retirés de Rutshuru pour retourner à leur base de Kiwanja -5 km au nord-, où de nombreux habitants venaient se réfugier dans un camp de déplacés attenant à la base onusienne, a constaté l'AFP.

Vendredi, les mutins avaient déjà pris Bunagana -à une vingtaine du km au sud-est de Rutshuru-, mais cette fois après d'âpres combats contre les FARDC, dont 600 soldats ont fui en Ouganda, abandonnant de l'armement lourd et des munitions.

Plus de 230.000 réfugiés et déplacés


Un Casque bleu indien a été mortellement blessé lors de ces affrontements. Depuis samedi, la Monusco a quitté Bunagana où elle avait renforcé sa présence ces dernières semaines.

Avant leur avancée, les mutins, qui ont commencé à faire défection en avril, étaient cantonés depuis mai à une dizaine de km au sud de cet axe, sur plusieurs collines dans le sud-est du parc national des Virunga, adossé à l'Ouganda et au Rwanda, où ils ont résisté aux bombardements réguliers des FARDC.

Le M23 est constitué d'ex-combattants de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans les FARDC dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009. Les mutins réclament la pleine application de ces accords.

"Nos principales revendications le gouvernement les connaît: le retour des réfugiés congolais qui sont au Rwanda, une bonne démocratie, et nos grades militaires doivent être confirmés...", a affirmé le colonel Makenga, ancien N.3 du CNDP.

L'officier a démenti être aux côtés du général Bosco Ntaganda, ex-chef d'état-major du CNDP, recherché par la Cour pénale internationale (CPI), et accusé par le gouvernement de Kinshasa d'être à la tête de la mutinerie.

Samedi soir, un Conseil supérieur de la défense, présidé par le chef de l'Etat Joseph Kabila, a prononcé la radiation de l'armée de Ntaganda, Makenga et des officiers du M23, avec ordre de les rechercher pour les juger.

Le chef du M23 a également démenti avoir l'appui du Rwanda, alors qu'un rapport d'experts de l'ONU a affirmé que le mutins sont soutenus par des hauts responsables rwandais, notamment le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, et le chef d'état-major des armées, le général Charles Kayonga, qui auraient apporté "une aide directe" à la création du M23, en fournissant des armes, des munitions et des recrues.

Kigali a toujours nié tout appui à la mutinerie et rejeté ce rapport.

Le regain de violences dans l'est de la RDC a fait plus de 200.000 déplacés et plus de 30.000 réfugiés au Rwanda et en Ouganda.
 

Première publication : 09/07/2012

  • RD CONGO

    Des centaines de soldats congolais fuient en Ouganda après une attaque de mutins

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Des Rwandais auraient été recrutés pour combattre aux côtés des mutins au Nord-Kivu

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Le camp présidentiel obtient la majorité absolue à l'Assemblée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)