Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Afrique

Le Soudan du Sud souffle sa première bougie sur fond de tensions avec Khartoum

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2012

Le Soudan du Sud célèbre, ce lundi, le premier anniversaire de son indépendance. Un évènement marqué par l'absence de dirigeants du Soudan, duquel le pays a fait sécession et avec qui les relations demeurent très tendues.

AFP - Le Soudan du Sud célébrerait lundi le 1er anniversaire de son indépendance, en présence de dirigeants étrangers, mais en l'absence notable de représentants de haut niveau du Soudan, avec qui les relations restent très tendues après des combats frontaliers au printemps.



Parmi les invités figurent le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le président de la Commission de l'Union africaine (UA) Jean Ping et le président en exercice de l'Union africaine Boni Yayi.

Selon le programme officiel, aucun responsable soudanais de premier plan n'est attendu dans la capitale sud-soudanaise, contrastant avec la présence il y a un an jour pour jour du président soudanais Omar el-Béchir, chaleureusement accueilli à Juba pour assister aux célébrations marquant la partition du Soudan.

Dans le centre de Juba, la capitale, la foule a convergé dès l'aube vers le mémorial John Garang, chef historique de la rébellion sudiste, mort en 2005.

Le début des cérémonies officielles - prières, parade militaire et discours - était prévu en fin de matinée, mais la fête a commencé dès minuit dans les rues, où des concerts de klaxons ont marqué le 1er anniversaire de la séparation après près d'un demi-siècle de guerres civiles ayant fait plusieurs millions de morts.

"C'est un grand jour, parce que c'est le premier anniversaire de mon pays", a expliqué Rachel Adau, une infirmière, arrivée dès l'aube, afin d'être sûre d'avoir une place, non loin de troupes de danseurs s'échauffant dans une cacophonie de sifflets, tambours, maracas, you-yous et cris.

"Aujourd'hui, nous célébrons le jour où le peuple s'est libéré de la domination des Arabes", explique Michael Kenyi Benjamin, un étudiant, en référence au pouvoir arabo-musulman honni de Khartoum.

Malgré la joie affichée, l'euphorie de la célébration de l'indépendance, le 9 juillet 2011, a laissé place un an plus tard à la dure réalité.

Cette première année d'existence a été particulièrement difficile, marquée par des tensions graves avec l'ancien dominateur soudanais, qui ont conduit en janvier le jeune Etat à arrêter sa production de pétrole - le privant de 98% de ses ressources - et ont dégénéré en combats frontaliers d'ampleur entre mars et mai.

Le vice-président, Riek Machar, a admis que les autorités n'avaient pas satisfait les attentes de la population, attribuant cet échec "aux difficultés imprévues (...) rencontrées".

Aux portes du mémorial, des volontaires sollicitaient des dons pour l'armée.

Administration, infrastructures, services de base: tout reste aujourd'hui à construire dans un pays parti quasiment de zéro, Khartoum n'ayant jamais développé la région.

La population adulte est illettrée à 73%, le taux de scolarisation dans le secondaire est d'à peine 6%. Une Sud-Soudanaise a statistiquement plus de chances de mourir en couches que de terminer des études secondaires.

"Il n'y a eu que peu de changements, mais ça ne peut pas changer si vite, cela va changer doucement, doucement", assure Rachel Adau, l'infirmière. "Dans l'année à venir de bonnes choses vont arriver (...) J'espère qu'elles arrivent".

Des violences tribales dans plusieurs parties du pays ont également fait naître des craintes pour l'unité du Soudan du Sud.

"Tout ce dont nous avons besoin au Soudan du Sud, c'est la paix. Et si nous avons la paix nous pourrons travailler ensemble," estime l'un des danseurs Bandere Sangeli Santos.

"Nous avons beaucoup combattu dans le maquis (...) on ne veut plus de guerre", ajoute-t-il.

Dimanche, dans un message de félicitations, Washington a souligné les "défis importants" auquel fait face le jeune pays, rappelant que les combats et les difficultés économiques "menaçaient les fondations mêmes sur lesquelles le Soudan du Sud doit bâtir son avenir".
 

Première publication : 09/07/2012

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    L'ONU confirme le retrait des troupes de Khartoum de la région d'Abyei

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Reprise des négociations de paix entre les deux Soudans

    En savoir plus

  • SOUDAN - SOUDAN DU SUD

    Juba accuse Khartoum d'avoir bombardé son territoire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)