Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 19/07/2012

Bahreïn : un activiste emprisonné pour un tweet

Un activiste bahreïni emprisonné pour un tweet, la Toile réagit, l’utilisation par la police indienne de « sérum de vérité » suscite la polémique en ligne et le pilote de rallye américain Ken Block s’amuse dans les rues de San Francisco.

Bahreïn : un activiste emprisonné pour un tweet

Nabeel Rajab, un opposant au régime bahreïni, a été condamné lundi à 3 mois d’emprisonnement. Son crime : avoir publié un tweet le mois dernier dans lequel il contestait la légitimité du Premier ministre du pays, Cheik Khalifa, au pouvoir depuis 1971. Une décision de justice vivement critiquée dans la blogosphère.

Parmi les premiers à réagir : le centre bahreïni pour les droits de l’Homme dont Rajab est le président. Dans un communiqué publié sur son site, l’Organisation explique que son arrestation a été décidée en haut lieu par le régime pour empêcher l’activiste de poursuivre son travail dans le pays. Un point de vue partagé par le principal intéressé lui-même qui a affirmé, dans un tweet rédigé le jour précédant son incarcération, que la seule raison pour laquelle il allait prochainement se retrouver derrière les barreaux est qu’il avait ouvertement critiqué la monarchie au pouvoir.

Une arrestation qui s’est déroulée au domicile de Rajab où il était assigné à résidence dans l’attente du verdict. Ces images amateurs mises en ligne par ses proches montrent ainsi des membres des forces de l’ordre, masqués, emmener lundi matin l’homme dans un véhicule de police. Direction : la prison centrale de Jaw où sont emprisonnés de nombreux autres opposants au régime et où il passera donc les 3 prochains mois.

Face à cette situation, il sont nombreux à être montés au créneau sur les réseaux sociaux pour réclamer sa libération immédiate. Se servant des mots-clés « Free Nabeel », les internautes appellent les autorités bahreïnies à faire preuve de clémence et à respecter la liberté d’expression dans le pays. Et pour marquer leur soutien à l’activiste emprisonné, certains n’ont pas hésité à remplacer leur photo de profil par celle de Nabeel Rajab.

En attendant, Rajab, lui, semble garder le moral. Dans un dernier message mis en ligne quelques minutes seulement avant d’être arrêté, il expliquait que le combat contre la tyrannie ne faisait que commencer à Bahreïn et qu’être derrière les barreaux ne l’empêcherait pas de poursuivre sa lutte pour plus de justice dans son pays.

La police indienne a recours au « sérum de vérité »

S’il est parfois difficile de faire parler un suspect, en Inde les policiers peuvent gagner du temps en lui injectant un « sérum de vérité » plongeant leur interlocuteur dans un état de semi conscience. Une pratique qui suscite de vives réactions sur la Toile.

Selon le quotidien britannique The Guardian, cette méthode d’interrogatoire appelée « narcoanalyse » s’est retrouvée récemment sous le feu des projecteurs indiens, en raison d’une affaire mêlant un politicien accusé de corruption. L’homme a refusé d’être soumis à la procédure. Depuis 2010 l’injection sans consentement est en effet interdite par la Cour Suprême du pays.

Un dossier qui a, en tout cas, relancé le débat sur l’utilisation du sérum de vérité par les autorités dans la blogosphère. Ses détracteurs y voient ainsi un acte de torture, la méthode est même qualifiée d’inhumaine et de dangereuse. Si certains utilisent l’ironie pour dénoncer la pratique, notamment en imaginant les propos incongrus que pourraient tenir un suspect, d’autres s’insurgent contre les effets secondaires engendrés par ces injections et les risques qu’ils font courir à ceux qui y sont soumis.

De son côté l'ONG « Truth Lab » qualifie la narcoanalyse d’antidémocratique, d’antiscientifique voire d’illégale même si elle rappelle que son utilisation n’est pas considérée comme un acte de torture aux yeux de la communauté internationale.

Mais les défenseurs de la narcoanalyse montent également au créneau. Pour eux, cette pratique est dénuée de toute violence et encadrée par des praticiens. Ils parlent d’un outil « précieux » pour les enquêteurs, alors même que des spécialistes expliquent que sous l’emprise du sérum, les policiers peuvent aisément faire dire aux suspects ce qu’ils ont besoin d’entendre…

La propriété d’un blog débattue devant la justice américaine

Scott Smith, un Américain de 43 ans, a décidé d’attaquer en justice son ex-petite amie au motif que celle-ci l’aurait dépossédé de son blog d’une valeur estimée à près de 500 000 dollars. Le site en question baptisé « Sammy and the City » a pour protagoniste un Poméranien, un chien posant dans divers accoutrements pour le bonheur des internautes. En attendant la décision de la justice, le plaignant qui affirme que son ex-compagne aurait modifié ses mots de passe a choisi de créer un blog parallèle nommé « Everybody loves Sammy » mettant lui aussi en scène son petit chien...

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

« #Katy meet Anthony » ou « Katy rencontre Anthony » en français sont les mots clés dont se servent les utilisateurs de Twitter pour qu’Anthony Harrison, un jeune homme de 20 ans atteint d’un cancer en phase terminale, puisse réaliser son rêve ultime avant de mourir : côtoyer quelques heures son idole, la chanteuse américaine Katy Perry. Une mobilisation touchante pour Anthony qui n’a pour l’instant toujours pas porté ses fruits mais qui devrait se poursuivre aussi longtemps que la pop star n’aura pas accepté de le rencontrer.

Vidéo du jour

Les rues de San Francisco aux Etats-Unis transformées en véritable terrain de jeu pour le pilote professionnel de rallye californien Ken Block. C’est ce à quoi pourront assister les internautes en visionnant la dernière vidéo en date publiée en ligne par le champion américain dans laquelle on peut le voir multiplier les figures et autres dérapages en milieu urbain au volant de son bolide.

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

24/04/2014 Réseaux sociaux

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

Au sommaire de cette édition : une opération de communication de la police de New York tourne au cauchemar ; la Toile mexicaine se mobilise contre la censure d’Internet ; et un...

En savoir plus

23/04/2014 Ukraine

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

Au sommaire de cette édition : une carte de visite devient la risée du web ukrainien ; la compagnie Air Canada est critiquée pour son traitement des bagages ; et un photographe...

En savoir plus

22/04/2014 Syrie

Un père syrien se bat en ligne pour retrouver son fils

Au sommaire de cette édition : un père syrien se bat en ligne pour retrouver son fils de 5 ans ; les femmes turques dénoncent le harcèlement dans les transports en commun ; et...

En savoir plus

21/04/2014 France

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

Au sommaire de cette édition : les internautes français expriment leur émotion après la libération de 4 otages ; le Vatican investit la Toile à l’occasion de la canonisation de...

En savoir plus

19/04/2014 Réseaux sociaux

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

Les géants du net savent tout de vous. Votre profil sur les réseaux sociaux, mais pas seulement. Pour protéger la vie privée des internautes, l'association de consommateurs "Que...

En savoir plus