Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

En Égypte, l'Assemblée du peuple se réunit et défie la justice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2012

L'Assemblée du peuple, dominée par les Frères musulmans et dissoute en juin par l'armée sur décision de la Haute cour constitutionnelle, s'est réunie ce mardi après un décret du président islamiste Mohamed Morsi qui a ordonné son rétablissement.

AFP - L'Assemblée du peuple égyptienne, dissoute à la mi-juin, s'est réunie mardi matin après un décret du président islamiste Mohamed Morsi ordonnant son rétablissement, défiant ainsi l'armée et la justice.

"Ce dont nous discutons aujourd'hui c'est du mécanisme d'application" du jugement de la Haute cour constitutionnelle (HCC) qui a déclaré l'Assemblée invalide, a déclaré à l'ouverture de la session le président de la chambre basse, le Frère musulman Saad al-Katatni.



"Le Parlement connaît très bien ses droits et ses devoirs, n'intervient pas dans les affaires du pouvoir judiciaire et ne commente pas les jugements de la justice", a-t-il ajouté, en assurant que les élus respectaient la justice et la loi.

"Je veux souligner que nous ne sommes pas en contradiction avec le jugement" de la HCC, a-t-il encore dit, avant de lever la session.

La position de M. Katatni est conforme à celle de la présidence, pour qui le décret de M. Morsi, également issu des Frères musulmans, "ne contredit ni ne contrevient au jugement de la Cour constitutionnelle" car ce dernier peut ne pas être "immédiatement" appliqué.

Les députés des Frères musulmans et des fondamentalistes salafistes, qui dominent l'Assemblée, étaient présents, mais les élus d'autres partis notamment libéraux ont boycotté la session, certains qualifiant le décret de M. Morsi de "coup d'Etat constitutionnel".

Le nouveau président égyptien a ordonné dimanche par décret le rétablissement du Parlement, en invitant l'Assemblée à se réunir de nouveau et à exercer ses prérogatives.

La Cour, qui avait jugé l'Assemblée invalide le 14 juin en raison d'un vice juridique dans la loi électorale, a rejeté le décret présidentiel, en affirmant dans un communiqué que ses jugements étaient "définitifs et contraignants pour toutes les institutions de l'Etat".

Epreuve de force

Après la dissolution de l'Assemblée, les militaires -- à qui Hosni Moubarak, chassé par la rue en février 2011, avait remis les rênes du pays-- ont récupéré le pouvoir législatif, provoquant la colère de ceux qui veulent les voir sortir de la politique.

L'armée, qui a tenu une réunion d'urgence après le décret présidentiel, a appelé lundi au respect de "la loi et de la Constitution", en se disant "confiante que toutes les institutions de l'Etat respecteront ce qui a été dit dans les déclarations constitutionnelles".

Ces derniers développements illustrent l'épreuve de force engagée entre le nouveau président et le Conseil suprême des forces armées (CSFA), surtout après l'adoption par les militaires d'une "Déclaration constitutionnelle complémentaire" qui a considérablement affaibli la fonction présidentielle.

Les Frères musulmans avaient accusé les militaires d'avoir orchestré la dissolution du Parlement pour s'adjuger le pouvoir législatif, dénonçant un véritable "coup d'Etat" et affirmant que pour eux, l'Assemblée du peuple restait valide et gardait ses prérogatives.

La HCC a de son côté assuré qu'elle "n'était partie prenante dans aucune lutte politique" et que sa mission était de "protéger le texte de la Constitution". Elle est néanmoins accusée par plusieurs groupes et hommes politiques d'être biaisée.

Les Etats-Unis ont appelé les dirigeants égyptiens au "respect des principes démocratiques" pour sortir de cette confrontation, et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a réclamé mardi un "dialogue intensif entre tous les protagonistes".

"Les Egyptiens devraient obtenir ce pour quoi ils se sont battus et ceux pour qui ils voté, à savoir un gouvernement élu qui prend des décisions pour que le pays avance", a déclaré Mme Clinton, qui doit rencontrer M. Morsi ce week-end.

Les Frères musulmans, rivaux historiques des militaires qui dominent le système politique depuis la chute de la monarchie en 1952, ont annoncé qu'ils manifesteraient dans la journée "pour soutenir les décisions du président et le rétablissement du Parlement".


 

Première publication : 10/07/2012

  • ÉGYPTE

    Le président Mohamed Morsi annule la dissolution de l'Assemblée du peuple

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Frère musulman Mohamed Morsi investi président

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Place Tahrir, le président Mohamed Morsi prête symboliquement serment

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)