Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abdellah Taïa, écrivain, marocain, gay et musulman

En savoir plus

MODE

Salon Première Vision : la technologie à l'assaut de la mode

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Westminster : Londres pleure les victimes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le "J’accuse" de Fillon

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les secrets d'Houdan, la ville française au quasi-plein emploi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : l'Europe à nouveau défiée (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

François Hollande défend l'idée d'une Europe "à plusieurs vitesses"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2012

Lors d'une conférence de presse donnée mardi avec le Premier ministre britannique David Cameron, François Hollande a défendu l'idée d'une "Europe à plusieurs vitesses", selon laquelle chaque pays membre pourrait s'y impliquer à des degrés divers.

AFP - Le président français François Hollande a affirmé qu'il était concevable d'avoir une "Europe à plusieurs vitesses", lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre britannique David Cameron mardi à Londres.

"Nous devons concevoir l'Europe à plusieurs vitesses, chacun prenant ce qu'il veut dans l'Union", a déclaré M. Hollande à Downing Street lors de sa première visite officielle au Royaume-Uni.

"Nous ne sommes pas dans la même situation, la Grande-Bretagne n'entend pas devenir membre de la zone euro, mais nous pouvons comprendre nos positions respectives, la Grande-Bretagne n'entend pas freiner" la zone euro, et "nous, on ne va pas obliger qui que ce soit à nous rejoindre", a ajouté le président français.

"Nous avons besoin d'une Europe qui soit compétitive, l'aspect fiscal n'est pas ce qui nous différencie le plus", la France et la Grande-Bretagne, a-t-il fait remarquer, pointant la tranche d'imposition supérieure à 45% au Royaume-UNi alors qu'elle n'est actuellement que de 41% en France. "Je n'ai pas vu de Britanniques s'installer en France", a-t-il plaisanté.

Le Premier ministre britannique Cameron lui a emboîté le pas en estimant qu'il y avait des "occasions pour les pays (européens) d'avoir des relations différentes" dans le cadre de l'Union européenne.

Première publication : 10/07/2012

  • DIPLOMATIE

    François Hollande en visite en Grande-Bretagne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande et Angela Merkel célèbrent 50 ans d'amitié franco-allemande

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Les Français sont prêts à quitter le navire", avertit le "Financial Times"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)