Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" serait déprogrammé du FESPACO

En savoir plus

FOCUS

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

En savoir plus

FOCUS

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

En savoir plus

FOCUS

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

En savoir plus

FOCUS

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En savoir plus

FOCUS

Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fumio Kishida , ministre des Affaires étrangères du Japon

En savoir plus

POLITIQUE

"Le vrai problème, c’est le fonctionnement de l’État grec"

En savoir plus

EUROPE

François Hollande défend l'idée d'une Europe "à plusieurs vitesses"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2012

Lors d'une conférence de presse donnée mardi avec le Premier ministre britannique David Cameron, François Hollande a défendu l'idée d'une "Europe à plusieurs vitesses", selon laquelle chaque pays membre pourrait s'y impliquer à des degrés divers.

AFP - Le président français François Hollande a affirmé qu'il était concevable d'avoir une "Europe à plusieurs vitesses", lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre britannique David Cameron mardi à Londres.

"Nous devons concevoir l'Europe à plusieurs vitesses, chacun prenant ce qu'il veut dans l'Union", a déclaré M. Hollande à Downing Street lors de sa première visite officielle au Royaume-Uni.

"Nous ne sommes pas dans la même situation, la Grande-Bretagne n'entend pas devenir membre de la zone euro, mais nous pouvons comprendre nos positions respectives, la Grande-Bretagne n'entend pas freiner" la zone euro, et "nous, on ne va pas obliger qui que ce soit à nous rejoindre", a ajouté le président français.

"Nous avons besoin d'une Europe qui soit compétitive, l'aspect fiscal n'est pas ce qui nous différencie le plus", la France et la Grande-Bretagne, a-t-il fait remarquer, pointant la tranche d'imposition supérieure à 45% au Royaume-UNi alors qu'elle n'est actuellement que de 41% en France. "Je n'ai pas vu de Britanniques s'installer en France", a-t-il plaisanté.

Le Premier ministre britannique Cameron lui a emboîté le pas en estimant qu'il y avait des "occasions pour les pays (européens) d'avoir des relations différentes" dans le cadre de l'Union européenne.

Première publication : 10/07/2012

  • DIPLOMATIE

    François Hollande en visite en Grande-Bretagne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande et Angela Merkel célèbrent 50 ans d'amitié franco-allemande

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Les Français sont prêts à quitter le navire", avertit le "Financial Times"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)