Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Economie

CSG, TVA, même combat ?

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/07/2012

Au lendemain de la conférence sociale qui s'est tenue à Paris, l'hypothèse d'une augmentation de la CSG est évoquée pour palier au manque à gagner dû à l'abandon de la TVA sociale, mesure phare de l'ancien Président Nicolas Sarkozy.

Après la TVA sociale de Nicolas Sarkozy, la CSG de François Hollande. Une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) serait, même si elle n’est pas encore officielle, “la vraie décision” de la récente conférence sociale a assuré, mercredi sur RTL, l’ancien Premier ministre François Fillon. Que nenni lui a retorqué, sur France 2, le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac (photo), pour qui une augmentation de cette taxe a bien été évoquée par le gouvernement mais qu’elle “n’est pas inéluctable”.

Deux taxes, deux mécanismes

CSG : la Contribution sociale généralisée a été inventée en 1990 par le gouvernement de Michel Rocard pour diversifier le financement de la Sécurité sociale. Cet impôt prélevé à la source des revenus couvre une assiette extrêmement large : salaires, revenus du capital et retraites. S'il y a un taux général de 7,5 % pour les revenus d'activité, les retraités bénéficient d'un taux réduit de 6 %, tandis que les revenus du patrimoine sont taxés à 8,20 % et ceux provenant du jeu à 9,50 %.

TVA : la taxe sur la valeur ajoutée, créée en 1954, est un impôt indirect car il n'est pas prélevé à la source du revenu mais à chaque fois qu'une transaction à lieu. En France, le taux standard de cette taxe sur la consommation est de 19 % et il existe trois taux réduits de 7 %, 5,5 % et 2,1 %. La TVA est, par ailleurs, l'une des principales exportations fiscales françaises puisque la plupart des pays du monde l'ont adoptée.

La CSG, qui rapporte 80 milliards d’euros par an à l’État, est en tout cas au cœur du débat politico-économique de ce début d’été. Décider une hausse de cet impôt permettrait à François Hollande de tenir sa promesse de campagne de supprimer la TVA sociale de Nicolas Sarkozy, sans pour autant se priver des rentrées d’argent de cette mesure. Un point de CSG en plus (actuellement à 7,5 % des revenus) rapporterait plus de 10 milliards d’euros à l’État, presque autant que les rentrées fiscales escomptées avec la TVA sociale.

Depuis sa création en 1990 par le gouvernement de Michel Rocard, cette taxe a été l’une des armes favorites de la gauche - mais pas seulement - pour faire entrer de l’argent rapidement dans les caisses de l’État. Si elle est davantage marquée à gauche que sa grande sœur la juteuse TVA (140 milliards d’euros de recettes fiscales en 2011), c’est parce qu’elle est considérée comme moins injuste.

“S’il faut faire rentrer de l’argent en urgence, l’augmentation de la CSG est la moins pire des solutions”, affirme ainsi à FRANCE 24 Noam Leandri, économiste et directeur de l’Observatoire des inégalités. Son assiette, très large, lui vaut de frapper à égalité les Français les plus pauvres et les plus aisés. Cette taxe s’applique, en effet, aussi bien aux revenus du travail que du capital “qui est surtout détenu par les Français fortunés”, rappelle à FRANCE 24 Antoine Bozio, directeur de l’Institut des politiques publiques.

Et l’impôt sur le revenu ?

Un égalitarisme qui n’est pas de mise dans le cas de la TVA. “Les ménages les plus modestes vont dépenser une plus grande part de leurs revenus en consommation - donc soumis à la TVA - que les plus riches qui peuvent toujours décider d’épargner”, explique Noam Leandri. En outre, l'assiette de la TVA ressemble de plus en plus à un gruyère. “Il existe plusieurs taux de TVA, et des secteurs entiers sont exonérés tels que la banque ou les dépenses de logement”, ajoute Antoine Bozio.

Mais la CSG n’est pas non plus le nec plus ultra en terme de justice fiscale. “Prélevez 7 % des revenus lèsera davantage un smicard qu’un millionnaire”, nuance Noam Leandri. Si le gouvernement voulait jouer à fond la carte de l’équité, il revaloriserait l’impôt sur le revenu qui est progressif, c’est-à-dire qui fait peser un taux d’imposition d’autant plus important qu’on gagne plus d’argent. Mais à une période où il faut réduire rapidement ces déficits, “une vaste réforme fiscale de l’impôt qui incluerait une fusion entre la CSG et l’impôt sur le revenu, comme l’avait évoquée le candidat François Hollande pendant la campagne, serait longue à mettre en place”, souligne Antoine Bozio.

Une hausse de la CSG serait plus rapide à mettre en musique, mais le prix politique risque d'être élevé pour le gouvernement Ayrault. “Tout augmentation de la CSG va se traduire, dans le mois, par une baisse du salaire net. Une pilule qui risque d’être difficile à faire passer”, remarque Noam Leandri. Et “même si la conséquence est la même en terme de pouvoir d’achat”, selon cet économiste, une hausse de la TVA passe davantage inaperçue.

Première publication : 11/07/2012

  • FRANCE

    Le chômage des jeunes au cœur de la conférence sociale à Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    TVA sociale : sitôt évoquée, sitôt controversée

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Cour des comptes préconise une réduction drastique des dépenses publiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)