Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Amériques

"On m'a offert 500 pesos pour mon vote"

Vidéo par Laurence CUVILLIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/07/2012

Des vidéos montrant des militants du PRI achetant des votes ont été diffusées peu avant l'élection présidentielle. Laurence Cuvillier, correspondante de France 24 au Mexique, a mené l’enquête sur les méthodes douteuses du parti de Nieto.

"Je vous demande de me ramener dix électeurs [...], si je n’ai pas ces dix électeurs, je ne pourrai pas vous garantir la prochaine paie." La scène se passe dans un coin de rue en plein cœur de Mexico, quelques jours avant l’élection présidentielle. Un délégué du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) - parti du président élu Enrique Pena Nieto - corrompt, au vu et au su de tous, une dizaine de citoyens rassemblés autour de lui.

Si acheter un vote constitue un délit au Mexique, la majorité des électeurs reconnaissent que la pratique - aujourd’hui devenue banale - n’a jamais inquiété les hommes politiques s’y adonnant. "Le système de contrôle électoral n’est pas dissuasif. Un cas avéré de fraude est passible d’une simple amende", rappelle Laurence Cuvillier, correspondante de FRANCE 24 au Mexique et auteure du reportage : "Nieto, à quel prix ?".

Difficile aussi de lutter contre un fléau connu mais tu. Pour Beatriz Camacho, présidente d’une association qui surveille les processus électoraux depuis 20 ans, c’est autant le mutisme des citoyens que le déni de la police qui pose problème. "Des plaintes pour fraudes, on en a déposé des dizaines à la police, aucune n’a abouti", déplore-t-elle. Elle dénonce aussi une loi trop complaisante avec les escrocs. Même si un achat de voix est constaté, il faut savoir que seule la "personne qui donne les consignes sera sanctionnée, pas le parti", précise-t-elle.

Un combat vain

De droite comme de gauche, peu d’hommes politiques savent résister à la tentation de l’achat massif de voix. "Ils m’ont convoqué à une réunion. On était environ une centaine. Ils m’ont offert 500 pesos pour mon vote", raconte à visage caché Jame, un habitant de Mexico. "Ils savent aussi repérer les leaders. À ceux-là, ils leur offrent des terrains, des appartements", explique-t-il. Une véritable institution de fraude organisée à laquelle les citoyens n’ont pas d’autres choix que de se plier. "On ne peut rien dire. C’est très dangereux. Ils nous menacent, ils peuvent nous passer à tabac voire même nous tuer quand on dénigre un candidat. Et ce, que ce soit le Parti de gauche ou le PRI", continue Jame.

Au Mexique, on estime que plus d’un électeur sur quatre a été sollicité durant cette campagne présidentielle pour vendre son vote. Un chiffre difficilement vérifiable qui donne toutefois une indication de l’état démocratique du pays. "Il est compliqué d’évaluer le nombre exact de fraudeurs. Beaucoup n’avoueront jamais", explique Laurence Cuvillier.

En ce qui concerne l'élection présidentielle du 1er juillet, l’Institut électoral fédéral précise que les tribunaux ont jusqu’à septembre pour examiner les accusations de fraude. Un combat vain, selon Laurence Cuvillier qui s'interroge : "À quoi bon recompter les bulletins et affiner les résultats ? La plupart des fraudes n’ont pas été visibles dans les urnes". Mais dans les rues.

Première publication : 11/07/2012

  • MEXIQUE

    Exclusif : au Mexique, un vote s'achète pour une poignée de pesos

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MEXICAINE

    Des dizaines de milliers de manifestants contestent la victoire d'Enrique Peña Nieto

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Après recomptage, Peña Nieto déclaré vainqueur de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)