Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Afrique

La bannière d'Ansar Dine flotte désormais sur tout le Nord-Mali

©

Vidéo par Moussa KAKA , Anne SOETEMONDT

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 13/07/2012

Après avoir évincé tous les rebelles touareg du nord du Mali, les islamistes armés d’Ansar Dine et leurs alliés contrôlent désormais la totalité de la région. La police islamiste a d'ores et déjà commencé à faire régner la charia.

La bannière noire et blanche d'Ansar Dine est désormais érigée sur tous les bâtiments officiels du Nord-Mali. En trois mois, les islamistes du groupe armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), alliés aux islamistes du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), ont repoussé les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Laurent Fabius juge une intervention militaire "probable"

AFP - Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a estimé jeudi que l'usage de la force au nord du Mali était "probable à un moment ou à un autre" et que la France était "l'ennemi principal" d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et de ses alliés.
Le ministre a cependant ajouté, au cours d'une rencontre avec la presse diplomatique, que "la France, pour des raisons évidentes, ne peut pas être en première ligne" dans une intervention militaire.

Ansar Dine et le Mujao ont profité d'un coup d'État militaire, le 22 mars à Bamako, pour accélérer leur progression dans tout le nord du Mali, une région désormais totalement sous leur contrôle. Contrairement aux rebelles touareg laïcs qui avaient déclaré unilatéralement l’indépendance de cette région, les islamistes, alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), veulent y imposer la charia (loi islamique).

"Nous allons ordonner les Maliens dans leur mode de vie"

Interrogé par FRANCE 24 à Tombouctou en juin dernier, l’un des combattants d’Ansar Dine explique l’idéologie du groupe, qui exige "que l’on vive en bon musulman, en bon croyant, en bon pratiquant et que l’on meurt en martyr". La plupart des Maliens sont des musulmans qui pratiquent la charia, estime-t-il, avant d’ajouter : "Nous allons les guider, les ordonner dans leur mode de vie". La police islamiste a déjà commencé à faire régner leur loi dans le nord du Mali. Dans les trois grandes villes - Tombouctou, Gao et Kidal-, les buveurs d'alcool, les fumeurs et les couples illégitimes sont fouettés publiquement.

À Tombouctou, ville mythique du Sahara classée au patrimoine mondial de l'humanité, Ansar Dine a détruit depuis la fin juin au moins huit des seize mausolées de saints musulmans de la ville, monuments qu’ils considèrent hérétiques. Sous les regards indignés des habitants et du monde occidental, ils ont également brisé la porte sacrée de la mosquée Sidi Yahia. Selon les croyances locales, elle se devait de rester fermée : son ouverture éventuelle porterait malheur.

"On va continuer notre progression dans toute l’Afrique"

Armés et déterminés, les islamistes ont l’ambition de s’étendre dans tout le pays et bien au-delà. "On va continuer notre progression dans tout le Mali, toute l’Afrique, mais aussi aux États-Unis, en Europe et en Orient", a fait savoir le combattant d’Ansar Dine devant la caméra de FRANCE 24.

Le pouvoir malien est en lambeaux, depuis le coup d’État contre Amadou Toumani Touré, le 22 mars, et la violente agression du président par intérim, Dioncounda Traoré. Le gouvernement de transition mis en place à Bamako après le retrait de militaires putschistes, reste totalement impuissant face à la progression des islamistes dans le Nord-Mali.

Les pays de la Cédéao préparent depuis plusieurs semaines l'envoi éventuel au Mali d'une force militaire, qu’elle souhaite forte de plus de 3 300 hommes. Elle peine à réunir ce contingent, et attend par ailleurs un mandat de l'ONU, ainsi une demande officielle d'intervention de la part du pouvoir central, à Bamako.
 

Première publication : 12/07/2012

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Un habitant de Tombouctou : "Avec les salafistes, c'est notre culture qui disparaît"

    En savoir plus

  • MALI

    Pour la première fois, les islamistes s’attaquent à une mosquée de Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Bamako réaffirme son refus de la création d'un État islamique dans le Nord

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)