Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

Economie

Les erreurs stratégiques de Peugeot Citroën

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/07/2012

Le bilan est rude pour PSA, qui finalise la première fermeture d’un site de construction automobile en France depuis 1992 et supprime quelque 8 000 emplois. Retour sur les raisons qui ont fait plonger le premier constructeur automobile français.

Il n’y avait pas eu de fermeture de site de construction automobile en France depuis Renault-Billancourt il y a vingt ans. C’est dire si la décision prise par le groupe PSA Peugeot Citroën de mettre un terme à l'exploitation de son usine d’Aulnay-sous-Bois, en 2014, est un coup de tonnerre dans le ciel industriel français. Au-delà des 3 000 emplois menacés sur ce site, cette mesure symbolise toutes les difficultés économiques que rencontre le premier constructeur automobile français.

Montebourg "n'accepte pas" le plan de restructuration

AFP - Le gouvernement socialiste "n'accepte pas" le plan de restructuration présenté jeudi par le groupe automobile français PSA Peugeot Citroën, qui prévoit la suppression de 8.000 postes et la fermeture du site d'Aulnay, a déclaré le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

PSA multiplie, en effet, les mauvais indicateurs. Le groupe a annoncé, le 12juillet, une perte opérationnelle de 700 millions d’euros et des ventes en Europe en recul de 15,2 % au premier semestre de 2012. L'an dernier, l’action en Bourse avait perdu 60 % de sa valeur. La situation ne devrait pas s'arranger de sitôt : la crise économique qui monte actuellement en puissance en Europe risque de ne pas arranger les affaires du constructeur automobile.

Un constat d'autant plus dur à avaler que les résultats de son concurrent français Renault sont, pour le moins, encourageants. La marque au losange a pu, en 2011, réduire son endettement de plus d’un milliard d’euros tandis que celui de PSA a augmenté dans les mêmes proportions.

Pourquoi le moteur économique de Peugeot Citroën est-il grippé ? Éléments de réponse.

"Pour faire face à un tsunami commercial"

Trop d’Europe. PSA, deuxième constructeur européen de voitures, juste derrière l’allemand Volkswagen, réalise 61 % de son chiffre d’affaires sur le Vieux Continent. À l’heure où tous les regards sont tournés vers la Chine et les Bric (Russie, Inde et Brésil), cette euro-dépendance n’est pas de bonne augure. Renault, de son côté, a limité à 53 % ses ventes en Europe.

Le groupe reconnaît en outre, dans son rapport financier de 2011, être trop présent dans les pays du sud de l’Europe - Espagne, Portugal, Italie - où la crise économique est la plus sévère.

Trop isolé. Où est le Nissan de PSA ? Renault bénéficie à plein de son partenariat avec

Cliquez pour agrandir l'image

le constructeur japonais qui lui permet d’avoir des chaînes de construction communes et des volumes de ventes cumulés (8,03 millions de voitures vendues) comparables à ceux de Volkswagen ou de General Motors. Peugeot Citroën a beau avoir signé un accord “stratégique” avec General Motors fin février 2012, les effets ne devraient pas se faire sentir avant... 2016, selon le PDG de PSA, Philippe Varin.

Trop cher. Les coûts de production de PSA ne sont pas du tout du goût des marchés. Le constructeur français produit encore 44 % de ses voitures en France, contre seulement 23 % pour Renault. Selon un calcul effectué, jeudi, par le quotidien conservateur "Le Figaro", la construction d’une automobile en France coûte, par exemple, 700 euros de plus qu’en Slovaquie.

Avec la chute de la demande européenne, les usines européennes de Peugeot Citroën ne tournent qu’à 65 % de leur capacité. Or, pour être rentable, elles doivent, selon une étude publiée début 2012 par la banque allemande Deutsche Bank, produire à  75 % de leurs possibilités au moins.

Trop haut de gamme ? La messe n’est pas encore dite, mais le pari de Philippe Varin - faire monter PSA en gamme - paraît risqué. Le patron du groupe est parti du constat selon lequel, en Europe, ce sont les citadines et les petites voitures de Peugeot Citroën qui ont particulièrement souffert (-10 % de ventes en 2011 par rapport à 2010). D'un autre côté, les marchés émergents sont saturés de marques low-cost. Le groupe PSA devrait donc davantage se positionner sur le haut de gamme. Reste que Peugeot Citroën risque de se heurter aux marques allemandes qui dominent ce segment depuis des lustres.

Première publication : 12/07/2012

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Licenciements chez PSA : le site d'Aulnay-sous-Bois n'est pas le seul concerné

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Le gouvernement prépare un plan de soutien à la filière automobile

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    PSA supprime 8 000 emplois en France

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)