Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Patricia Essong, la nouvelle sensation soul

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : une ONG chrétienne ramène des réfugiés syriens en Italie

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en Autriche : quelle leçon pour l’Europe ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en Autriche : quelle leçon pour l’Europe ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dette grecque : le bras de fer entre le FMI et l'Allemagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Revers pour le "Trump autrichien""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron sans tabou"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Autriche: dernier avertissement pour l'Europe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

En Tunisie, Ennahda tourne le dos à l'islam politique, jugé dépassé

En savoir plus

asie

Les États-Unis durcissent encore leurs sanctions contre l'Iran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/07/2012

Washington va renforcer ses sanctions financières contre plus de 50 entités iraniennes soupçonnées de participer au programme nucléaire de Téhéran. Des entreprises d’État, déjà sous le coup de sanctions depuis 2005, sont notamment concernées.

AFP - Le Trésor américain a annoncé jeudi renforcer ses sanctions financières contre plus de 50 entités en Iran qu'il accuse de participer au programme nucléaire, notamment les entreprises d'Etat liées aux Forces armées iraniennes et aux Gardiens de la Révolution.

"L'Iran est sous une pression intense, la pression de sanctions multilatérales, et nous continuerons à accroître la pression tant que l'Iran refusera de répondre aux inquiétudes fondées de la communauté internationale au sujet de son programme nucléaire", a indiqué le sous-secrétaire au Trésor chargé du renseignement financier et de la lutte antiterroriste, David Cohen, en annonçant ces mesures largement symboliques dans un communiqué.

La plupart des entités concernées par cette annonce sont déjà sous le coup de sanctions du Trésor américain annoncées depuis 2005, notamment l'administration iranienne chargée de la logistique des forces armées, l'organisation publique de l'Industrie aérospatiale, la compagnie maritime publique (IRISL) et le corps des Gardiens de la Révolution.

Mais depuis l'annonce de ces sanctions, certaines d'entre elles ont changé de nom ou ont été attachées à d'autres ministères, ce qui a conduit le Trésor à identifier à nouveau une cinquantaine d'entités.

Par exemple, le Trésor indique avoir "actualisé les informations permettant d'identifier 57 bateaux affiliés à l'IRISL, qui avaient été renommés ou avaient changé de pavillon depuis qu'ils avaient été frappés de sanctions, et identifié sept nouveaux bateaux" affiliés à la compagnie maritime publique iranienne.

Les Etats-Unis accusent l'Iran d'utiliser sa compagnie maritime publique pour transporter du matériel lié à son programme nucléaire, en violation des sanctions internationales qui frappent le pays.

Le Trésor répertorie également de nouveaux responsables des ministères concernés.

En vertu de la loi américaine, les avoirs que toutes ces entités détiendraient aux Etats-Unis sont gelés, et tout ressortissant américain commerçant avec elles sera désormais passible de poursuite pénales.
 

Première publication : 12/07/2012

  • NUCLÉAIRE

    Échec des négociations entre l'Iran et les grandes puissances sur le nucléaire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Calcutta, Hillary Clinton appelle l'Inde à réduire davantage ses importations de pétrole iranien

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama impose de nouvelles sanctions contre l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)