Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, un mandat d'arrêt délivré contre le capitaine

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

Moyen-orient

Mahmoud Jibril, l'homme qui veut rassembler les Libyens

©

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 12/07/2012

La victoire de la coalition libérale de l'ancien leader du CNT aux élections législatives libyennes du 7 juillet se confirme. En cas de victoire, Mahmoud Djibril deviendrait le nouvel homme fort de la Libye. Portrait.

À la tête de l'Alliance des forces nationales (AFN), une coalition de 61 petits partis en passe de remporter les élections législatives libyennes, Mahmoud Jibril s’affirme comme le nouvel homme fort de Libye.

Assuré de la victoire à Tripoli, la capitale, mais également à Benghazi, la deuxième ville du pays, ainsi qu’à Tobrouk et à Derna, fiefs de l’est considérés comme des bastions des mouvements islamistes, l’AFN aurait battu les islamistes. Elle devancerait le Parti de la justice et de la reconstruction, un parti islamiste affilié aux Frères musulmans, et la formation El-Watan, dirigée par l’ancien djihadiste Abdelhakim Belhadj.
 
Considéré comme un religieux modéré par l’Occident, comme un laïc par les islamistes libyens et comme un révolutionnaire par le peuple, Mahmoud Jibril a su jouer sur tous les tableaux - tribaux, religieux, autonomistes - pour convaincre le plus grand nombre.
 
Samedi 7 juillet, jour de l’élection, son nom était sur toutes les lèvres, à commencer par celle des électeurs. "Jibril est un homme cultivé, éduqué et transparent. On sait ce qu’il va faire, alors il est le candidat le mieux placé de tous", confiait Mohamed Riany, un banquier à la retraite de 74 ans vivant à Tripoli qui n’a eu aucun mal à convaincre les indécis en quête de conseils dans les files d’attente des bureaux électoraux.
 
Cet habile tacticien de 60 ans bénéficie, en effet, de l’image d’un homme compétent, formé à l’étranger. Diplômé d’une maîtrise en sciences politiques de l’université du Caire et d’un doctorat de l’université de Pittsburgh, aux États-Unis, il a enseigné plusieurs années outre-Atlantique et s’est forgé un carnet d’adresse international qui l’a placé en tête des négociations pendant la Révolution du 17-Février.
 
L’homme de la révolution
 
Si son appartenance à la tribu des Warfalla, la plus importante du pays, lui a certainement donné du poids, la recette de son succès réside surtout dans sa notoriété et le rôle qu'il a joué dans la révolution. Comme le rappelle Abdelkader Kadura, professeur de droit constitutionnel à l’université de Benghazi, les "Libyens ordinaires ont voté pour ceux qu’ils connaissaient, pour les têtes qu'ils avaient vues à la télé". Jibril s’est imposé en prenant la tête du conseil exécutif et des affaires internationales du gouvernement de transition, le 23 mars 2011, dès le début de l’insurrection libyenne.
 
Il a alors parcouru les capitales étrangères pour tenter d’obtenir le soutien de la communauté internationale, rencontrant en mars 2011 l’ancien président français Nicolas Sarkozy, premier à reconnaître la légitimité du Conseil national de transition (CNT). Londres et Washington ont suivi.
 
Les Libyens lui sont reconnaissants d’avoir véhiculé une image positive de la Libye à l’étranger, ce qui, pour certains, éclipse le rôle qu’il a joué sous le règne de Mouammar Kadhafi : de 2007 à 2010, Jibril était en effet responsable du Bureau du développement économique et social du pays. "Qui n’a pas travaillé avec Kadhafi ? Pendant 42 ans, il tenait tous les rênes du pouvoir et de l’économie. Il était inévitable", relativise Mohamed Riany, non sans avouer avoir été obligé de traiter des affaires avec des suppôts du régime.
 
Dissensions dans l’est
 
Partenaire indispensable au début de la révolution, Mahmoud Jibril a néanmoins été sous le feu des critiques après la mort de l’ancien Guide libyen, à Syrte, et poussé à la démission du CNT le 23 octobre. Trop occupé à régler les dissensions internes au sein de l'instance, il s'est vu reprocher de ne pas œuvrer en faveur du développement et de la relance du pays, dans l’est et le sud plus particulièrement.
 
À Benghazi par ailleurs, berceau de la révolution où des revendications fédéralistes se sont fait entendre ces derniers mois, de nombreux citoyens "ne voulaient pas voir un ancien partisan de Kadhafi remettre les pieds sur leur territoire", comme l’affirme Abdelkader Kadura.
 
En Cyrénaïque (est), certains lui reprochaient aussi d’avoir perpétué la centralisation des pouvoirs à Tripoli mise en place sous Kadhafi. "La révolution est partie de Benghazi et le CNT n’a même pas une branche ici !", s’offusque Hecham Kadura, étudiant en médecine à l’université de Benghazi. Mais Mahmoud Jibril a su parler aux fédéralistes qui grondaient depuis plusieurs mois contre la répartition des sièges au sein de l’Assemblée, faisant passer un amendement de dernière minute. Moins de 48 heures avant la tenue des élections, le CNT a modifié les attributions de la nouvelle assemblée qui ne nommera plus, comme prévu initialement, les membres de la commission chargée de rédiger la Constitution.
 
Un geste qui n’a pas été sans effet. L'AFN se dirige finalement vers une victoire écrasante à Benghazi, où elle obtiendrait 95 733 voix contre 16 143 au Parti de la justice et de la reconstruction (PJR).
 
Jibril parle aux musulmans
 
Dès le lendemain du vote, Mahmoud Jibril a appelé à un gouvernement d’unité pour établir une coalition de consensus. Une proposition qui n’est pas sans plonger les islamistes dans l’embarras alors qu’ils ont tenté de détourner son vote en le taxant de candidat "laïc" dans un pays profondément musulman.
 
Là encore, Jibril a su jouer d’habilité, rappelant que la charia - la loi islamique - serait "l'une des sources de la Constitution". Durant la campagne, il s’était également habilement exclamé : "Mes voisins peuvent attester que je me rends à la prière le vendredi".
 
Si les résultats se confirment, Mahmoud Jibril aura la lourde tâche de concilier musulmans modérés et radicaux, séparatistes de l’est et unionistes de Tripoli. Ainsi que de faire oublier le rôle qu’il a joué sous Kadhafi, pour lancer les bases de la reconstruction du pays.
 
 
 

 

Première publication : 12/07/2012

  • LIBYE - REPORTAGE

    À Benghazi, la démocratie ne pâlit pas devant les violences

    En savoir plus

  • LIBYE

    Élections législatives : le taux de participation atteint 60 %

    En savoir plus

  • LIBYE - REPORTAGE

    Benghazi, une ville entre peurs et espoirs

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)