Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Princess Erika : le nouveau single d'une guerrière pacifique

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Migrations : les 28 à hue et à dia

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Manfred Weber, président du PPE, sur l'asile : "Sans solution européenne, tout finira dans le désordre"

En savoir plus

FOCUS

Les enfants volés de l'ex-RDA

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Economie

Licenciements chez PSA : le site d'Aulnay-sous-Bois n'est pas le seul concerné

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 12/07/2012

La direction de PSA Peugeot Citroën a annoncé des mesures d’économie qui dépassent le cadre de la fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois. Le constructeur veut supprimer, au total, 8 000 postes en France d’ici à 2014. Revue de détail.

L'usine d’Aulnay-sous-Bois n'est pas le seul site dans le collimateur de la direction de PSA Peugeot Citroën. La fermeture programmée de cette usine pour 2014, qui met en péril plus de 3 000 postes au sein du groupe, représente, certes, la mesure choc du plan d’économie dévoilé, ce jeudi, par Philippe Varin, le patron de l'entreprise. Mais le constructeur compte supprimer, au total, 8 000 postes en France sur un effectif hexagonal de 104 000 salariés. Quels sont les autres sites affectés par cette vaste restructuration ?

Rennes : 1 400 emplois, sur un total de 5 600 salariés, vont être supprimés sur le site de Rennes. Raison invoquée par PSA Peugeot Citroën : la mauvaise forme du marché des grandes berlines en Europe. Les ouviers bretons construisaient, en effet, les Peugeot 508 et Citroën C54 et C6, trois modèles qui entrent dans cette catégorie. Le groupe a, toutefois, précisé que Rennes pourrait hériter de la construction d’un nouveau modèle quand il sera mis en chantier.

Poissy : Pas de licenciement mais une montée en charge pour les salariés de ce site de la région parisienne qui - tout comme Aulnay-sous-Bois - produisent les petites voitures des deux marques et risquent de voir leur cadence de travail s’alourdir. C’est, en effet, cette usine qui va devoir reprendre l’activité d’Aulnay-sous-Bois. “Afin d’assurer un taux d’utilisation satisfaisant, il est désormais nécessaire de regrouper la production sur un seul site”, souligne, dans son communiqué de presse, la direction de PSA.

La direction proposerait à la moitié des salariés d’Aulnay d'accepter un poste à Poissy afin que le site puisse faire face à un surcroît de production.

Dans le reste de la France : En plus des cas particuliers d'Aulnay et de Rennes, PSA va supprimer 3 600 postes "sur l'ensemble des sites de France", selon le communiqué de presse. "Les plus grands risques concernent la R&D [recherche et développement, NDLR]”, a affirmé, jeudi, Patrick Couche, le délégué CFTC au quotidien spécialisé dans l’industrie L'Usine nouvelle. La recherche et le développement sont les spécialités de Sochaux, le bassin historique de Peugeot. Si l'information se confirme, ce serait alors un nouveau symbole de l'industrie automobile française qui viendrait à vaciller.

Première publication : 12/07/2012

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    PSA supprime 8 000 emplois en France

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    "Drame", "catastrophe", "crime social" : les syndicats de PSA sont sous le choc

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Les erreurs stratégiques de Peugeot Citroën

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)