Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Guerre des nerfs"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola : ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

SUR LE NET

Firechat, l'application anti-censure des Hongkongais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus… La Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

Afrique

Ennahda se réunit en congrès pour renouveler sa doctrine politique

Vidéo par David THOMSON

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 13/07/2012

Réuni en congrès du 12 au 15 juillet, le parti islamiste Ennahda va renouveler sa doctrine politique. Son chef, Rached Ghannouchi, entend imposer une ligne islamiste modérée. Mais les radicaux du parti comptent bien faire entendre leur désaccord.

C’est un congrès historique qui se tient durant quatre jours, près de Tunis, à partir de ce jeudi 12 juillet. Ce neuvième congrès du parti islamiste tunisien Ennahda est le premier à être organisé en toute légalité depuis 1988. À cette occasion, la formation de Rached Ghannouchi, qui doit renouveler ses dirigeants mais aussi sa doctrine, dit vouloir s'ancrer dans un islamisme "modéré".

Un an et demi après la révolution qui a renversé le régime de Ben Ali, les organisateurs ont choisi de faire de ce rendez-vous un évènement de grande ampleur. Quelque 30 000 participants sont attendus, 1 100 délégués seront présents et 500 journalistes ont été accrédités. Des personnalités de marque ont également été invitées, telles que Khaled Mechaal, président du bureau exécutif du mouvement islamiste palestinien Hamas, et le président du Conseil national de transition (CNT) libyen, Moustapha Abdeljalil. "Un moyen d’afficher la force du parti face à une opposition morcelée", note David Thomson, correspondant de FRANCE 24 en Tunisie.

"S’adapter à la vie politique"

Les 1 103 délégués locaux sont appelés à élire leurs représentants nationaux, mais aussi à renouveler l’idéologie politique du parti, au pouvoir depuis huit mois. "Notre doctrine est née sous la dictature. Mais aujourd’hui, l’environnement politique a changé, estime Riadh Chaïbi, président du comité d’organisation du congrès d'Ennahda, interrogé par FRANCE 24. Il existe une plus grande marge de liberté. C’est pour cela qu’il faut que nos idées et nos doctrines se renouvellent et s’adaptent à la vie politique."

Dans un entretien publié mercredi 11 juillet par le journal tunisien en ligne Leaders, le chef d’Ennahda, Rached Ghannouchi, a déclaré que "la plus importante [dimension du congrès] est sans doute celle d'ancrer Ennahda en tant que mouvement islamiste modéré, ouvert, porté sur les préoccupations des Tunisiens et des Tunisiennes, concentré sur la réalisation de leurs ambitions, un projet islamiste d'Ennahda prometteur d'espoir et de prospérité". Ce dernier dit aussi tenir à l'alliance au pouvoir qui a prouvé sa "solidité", même s'il n'est pas "facile à conduire" un tel gouvernement en période de transition. La coalition au pouvoir est également constituée de deux formations de centre gauche, le Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol.

Ghannouchi, influent mais contesté

Ce congrès sera l’occasion de s’assurer que tous les militants partagent la vision de Ghannouchi, estime David Thomson. Certains membres du parti lui reprochent de décider seul, de s’entourer uniquement des "exilés de Londres" revenus comme lui en Tunisie dès la nouvelle de la chute du président Ben Ali, mais aussi de faire des compromis trop libéraux et d’avoir refusé d’instaurer la charia (loi islamique) dans la nouvelle Constitution.

"Aujourd’hui, le parti s’intéresse à la politique et surtout au pouvoir, commente Sadok Chourou, député Ennahda interrogé par FRANCE 24. Nous avons peur que cette nouvelle donne n’altère les principes du mouvement qui sont basés sur un projet islamique intégral." Le parti islamiste se compose de différents courants, des modérés aux tenants d'une ligne idéologique plus radicale. La frange conservatrice du parti entend bien faire entendre sa voix lors de ce congrès, précise David Thomson. Considéré comme très influent, Rached Ghannouchi devrait toutefois conserver son poste.

Pointé du doigt pour ses tentations hégémoniques, Ennahda plaide pour un régime parlementaire dans lequel le président serait élu non au suffrage universel mais par les députés, alors que l’opposition préférerait un régime présidentiel. Pour David Thomson, ce sera l’occasion pour le parti islamiste de se positionner dès maintenant en vue des prochaines élections législatives fixées à mars 2013.

Première publication : 12/07/2012

  • TUNISIE

    L'ancien Premier ministre de Kadhafi extradé de Tunisie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La révolution tunisienne selon Leïla Trabelsi

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les islamistes renoncent à manifester pour "défendre les valeurs du sacré"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)